Navigation – Plan du site

« Mon parent et amy » : la solidarité dans une parentèle : l'exemple des Sublet, de la Renaissance à la Révolution

Thèse soutenue le 30 mai 2015
Camille Lefauconnier-Ripoll

Texte intégral

1Composition du jury :

Robert Descimon, directeur de thèse, directeur d'études à l'EHESS ;
François-Joseph Ruggiu, professeur des Universités, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, président du jury ;
Katia Béguin, directrice d'études ÉHESS ;
Françoise Hildesheimer, conservateur général du patrimoine aux Archives nationales et professeur associée à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ;
Michel Nassiet, Professeur des universités, Université d’Angers ;
Sylvie Steinberg, directrice d'études ÉHESS.

2Thèse soutenue le 30 mai 2015, mention très honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité

Résumé

3La famille Sublet a connu une ascension sociale à l'époque moderne, qui l'a menée de la finance dans le pays de Blois, à l'anoblissement et à l'exercice de hautes charges à la cour des rois de France. Cette ascension sociale est un mouvement dynamique qui entraîne tout un groupe d'individus liés par le sang et par l'alliance. La famille est à la fois contrainte et ressource. Elle est le lieu de l'expression des solidarités entre parents face aux questions démographiques, économiques, sociales et politiques. Ces solidarités passent par un va et vient d'échanges, qu'ils soient économiques, affectifs, matrimoniaux ou culturels. La famille se construit dans un entre-soi qui peut cependant s'ouvrir au lointain, et capable de s'adapter à de nouvelles configurations. Les Sublet possèdent des traits communs à l'exercice du pouvoir (achat de terres, construction de châteaux, service du roi en particulier par les armes à partir de l'anoblissement) mais aussi des particularités notables : passée de Blois à Paris, installée en Normandie et plus tard en Lorraine, elle connaît peu d'insertion dans le milieu de la robe parisienne, use peu de la transmission des charges au fils aîné tout réussissant à obtenir la faveur du roi, et fait preuve d'une forte dévotion catholique et d'une grande sensibilité au monde des lettres. Les Sublet font en outre le choix de la multiplication des branches, à l'inverse de la tendance générale observée dans les comportements nobiliaires de l'époque moderne. La conquête de places qui donnent du pouvoir et du patrimoine se fait par une double dynamique, celle du groupe qui agit er front de parenté, et celle des individus en mobilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Lefauconnier-Ripoll, « « Mon parent et amy » : la solidarité dans une parentèle : l'exemple des Sublet, de la Renaissance à la Révolution », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/7051

Haut de page

Auteur

Camille Lefauconnier-Ripoll

professeur de paléographie à l’École nationale de Chartes.
E-mail : clefauco [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org