Navigation – Plan du site

Une expérience française des Balkans ? Ruptures d’intelligibilité et mobilisations citoyennes face aux crises roumaine et yougoslaves (1989-1999)

Thèse soutenue le 21 novembre 2015
Anne Madelain

Texte intégral

1Composition du jury :

2Marie-Élizabeth Ducreux, directrice de thèse, directrice de recherche au CNRS ;
Christophe Prochasson, directeur de recherche à l’EHESS ;
Antoine Marès, professeur à Paris 1 ;
Bernard Lory professeur à l’INALCO ;
Dubravka Stojanović, professeur à l’Université de Belgrade ;
Nadège Ragaru, chargée de recherche au CNRS (Sciences Po-CERI).

3La thèse a été soutenue 21 novembre 2015, mention très honorable avec les félicitations du jury.

Résumé

4La thèse a pour objet les perceptions, les représentations et les questionnements produits en France par les crises que traverse la péninsule balkanique entre 1989 et 1999, en particulier par la crise « humanitaire » en Roumanie après la chute de Nicolae Ceausescu et par l’éclatement sanglant de la Yougoslavie. Ces évènements ont été l’occasion d’interventions politiques, militaires, médiatiques ou humanitaires d’un type nouveau dans lesquels la France a été fortement impliquée. Leur observation et leur traitement ont provoqué des ruptures d’intelligibilité, sensibles dans la multiplication des discours stéréotypés qui essentialisent les Balkans et ses violences mais aussi, et surtout en France, dans la mobilisation d’individus et de collectifs associatifs qui y ont vu des causes européennes à défendre.

5En interrogeant les cadres temporels et conceptuels qui conditionnent cette expérience des années 1990, on saisit des continuités qui ont influé durablement sur les perceptions et la connaissance de la région, tels que l’absence de familiarité, les filtres militants et idéologiques, la fascination pour la culture dite populaire, qui renvoient à un vécu hexagonal marqué par la conception unitaire de l’État et par une culture républicaine et universaliste.

6Sur les cas de ces crises balkaniques des années 1990, la thèse interroge les cadres nationaux et transnationaux dans lesquels se (re)composent les discours sur la nation, l’ethnicité et l’engagement politique dans le contexte d’une Europe bouleversée par la fin du communisme. Elle questionne enfin le rapport entre expérience et connaissance à une période où ce rapport est profondément remis en cause.

Abstract

7This Ph.D. dissertation looks at the perceptions, representations, and questioning generated in France by the upheavals and crises occurring in the Balkan Peninsula between 1989 and 1999, especially by the “humanitarian” crisis in Romania after the fall of Nicolae Ceausescu and the bloody collapse of Yugoslavia. These events created the opportunity for new types of foreign political, military, media, and humanitarian operations, in which France was a major participant. Their observation and treatment produced breakdowns in intelligibility, discernible in the proliferation of pejorative, stereotyped, and structured discourses essentializing the Balkans and their violence, but also in the mobilization, particularly in France, of individuals and associations who saw European causes to defend.

8The analysis of the temporal and conceptual frameworks of this experience in the 90’s shows that the continuities that have durably influenced the perception and knowledge of the Balkan region, such as a lack of familiarity, militant and ideological filters, and an interest in Balkan folk culture, can be explained by a French past marked by a unitary conception of the State and by a republican and universalistic culture. Using the Balkan crises of the 90’s as a case study, this dissertation examines the national and transnational frameworks within which a discourse on nationhood, ethnicity, and political commitment was being reconstructed in the context of a Europe upended by the fall of Communism. Finally, it examines the relationship between experience and knowledge at a time when these connections were profoundly called into question.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Madelain, « Une expérience française des Balkans ? Ruptures d’intelligibilité et mobilisations citoyennes face aux crises roumaine et yougoslaves (1989-1999) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 31 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/7080

Haut de page

Auteur

Anne Madelain

Anne Madelain est historienne du culturel et yougoslaviste, chercheure associée au CERCEC. Elle est chargée d’enseignement à l’Institut d’études politiques de Lille depuis 2006 et chargée de coopération internationale à l’EHESS depuis 2007. Elle a été attachée de coopération culturelle et linguistique pour le ministère français des Affaires étrangères à Podgorica, Belgrade et Bucarest entre 1996 et 2003.
Ses recherches actuelles portent sur les transferts culturels et les circulations de savoirs entre l’espace balkanique (en particulier yougoslave et post-yougoslave) et la France, avec une attention aux enjeux conceptuels, littéraires et historiographiques et aux processus de transmission sur la longue durée. Un deuxième terrain est celui des transformations des formes de militantisme et d’engagement public face aux ‘événements du monde’ depuis les années 1980, dans une perspective comparatiste entre l’espace balkanique et plusieurs pays de l’Europe occidentale.
E-mail : madelain [point] anne [arobase] gmail [point] com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org