Skip to navigation – Site map

Faire des corps avec les images : La contribution visuelle de la velina au charisme de Berlusconi

Thèse soutenue le 2 décembre 2015
Francesca Martinez Tagliavia

Full text

1Composition du jury :

Yves Cohen, directeur d’études, École des Hautes Études en Sciences Sociales, directeur de thèse ;
Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure, Université de Paris VIII Vincennes-Saint-Denis ;
Éric Michaud, directeur d’études, École des Hautes Études en Sciences Sociales ;
Antonio Somaini, professeur, Université de Paris III Sorbonne-Nouvelle, rapporteur ;
Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite, Université de Lyon I, rapporteuse.

2Thèse soutenue le 2 décembre 2015, mention très honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité

Résumé

3À la fin des années 2000, l’image de la velina – soubrette hyper-érotisée de la télévision italienne – endosse dans les discours de la critique anti-berlusconienne le rôle de symbole de la marchandisation des corps féminins et de la subalternité féminine dans l’espace public, qui caractérise le ventennio berlusconien. Puisant ses outils dans l’épistémologie des Visual Studies anglo-saxons et dans la culture visuelle italienne contemporaine, la thèse vise d’abord à analyser les manières dont les images font le corps de la velina. La généalogie de la velina rassemble des images emblématiques et opposées de la féminité comme les Jeunes Italiennes fascistes, les Tiller Girls américaines et les héroïnes du cinéma softcore italien des années soixante-dix, pour se cristalliser ensuite dans cette image, au moment où elle fait irruption dans l’émission télévisuelle Striscia la notizia (Mediaset, groupe Berlusconi) en 1989. Par l’analyse d’une étude de cas spécifique – les pratiques et les micropolitiques quotidiennes de l’image de Giulia Calcaterra, velina de l’édition 2012-2013 de Striscia la notizia – on déconstruit ensuite le point crucial des argumentaires excluant les veline du savoir et de la politique. Selon la critique mainstream, la velina serait un sujet aliéné, ornement passif du Spectacle. À partir de sa propre parole au sujet de son action, elle émerge au contraire comme un sujet autoréflexif et intelligent, et comme une actrice privilégiée de l’économie esthétique et culturelle, sur la base de laquelle Silvio Berlusconi a construit son consensus politique à partir de la fin des années soixante-dix. La thèse se concentre ensuite sur le rapport entre l’image de la velina et l’image de Berlusconi, par l’analyse d’images qui connectent la velina au « chef » Berlusconi. Le « charisme » de Berlusconi est visuellement construit par Berlusconi lui-même, par les intermédiaires culturels de son parti, la presse anti-berlusconienne, le cinéma et d’autres productions visuelles, en connexion avec l’image de la velina. On retrace différents moments-clés de l’exercice d’une propagande politique fondée sur des politiques et des pratiques visuelles qui s’entrelacent à des pratiques discursives et à d’autres types de pratiques politiques, scientifiques, techniques et sociales visant à susciter dans l’électorat un « amour de la domination », à travers une « domination de l’amour ». Si l’image de la velina contribue activement au « charisme » de Berlusconi, c’est parce qu’elle attribue au chef le pouvoir érotique nécessaire pour que celui-ci inspire du désir pour sa domination.

Abstract

4In the late 2000s, the image of the velina - hyper-eroticised soubrette of the Italian television - becomes the symbol of the commodification of the female body and of the female subordination in the public space, characterising Berlusconi’s ventennio. Thanks to the epistemological tools of Visual Studies and to the images of contemporary visual culture, the dissertation aims first to analyse how images build the velina’s body. Her visual genealogy brings together iconic and opposed images of femininity, as the Young Italian fascists, the american Tiller Girls and the heroines of Italian softcore cinema of the seventies. In 1989, the iconography crystallises in the velina’s image, when it emerges in the television program Striscia la notizia (Mediaset, Berlusconi). Through the analysis of a specific case study - the daily practices and micropolitics of Giulia Calcaterra, velina of the 2012-2013 edition -, the dissertation deconstructs the crucial arguments excluding veline from knowledge and politics. The velina is not, as argued by mainstream critique, an alienated, marginal and passive subject of the society of the Spectacle. Rather, from her speech about her own action, she appears as a self-reflexive and intelligent subject, as well as a privileged actress of the aesthetic and cultural industry, on the basis of which Berlusconi has built his political consensus, since the late seventies. The dissertation then focuses on the relationship between the velina’s image and Berlusconi’s image. We analyse images connecting the velina and Berlusconi as a « chief ». Berlusconi’s « charisma » is visually built by himself, by the cultural intermediaries of his political party, the anti-berlusconian press, cinema and other visual productions, in connection to the velina’s image. Taking the example of some key elements of his political propaganda, we can see how it is based on visual practices intertwined to discursive and other political, scientific, technical and social practices aimed at raising in the electorate a « love for domination », through a « domination of love ». If the velina actively contributes to Berlusconi’s « charisma », it is because she has the power to grant him the necessary erotic charge for him to inspire in the public a desire to be dominated.

Top of page

Attachments

Top of page

References

Bibliographical reference

Francesca Martinez Tagliavia a notamment participé à des projets de recherche collectifs : ainsi en 2014 coordination avec Maxime BOIDY (MISHA, Université de Strasbourg) au projet de recherche « Philosophie politique et culture visuelle ». Interdisciplinary Cluster for the Advancement of Visual Studies (iCAVS/IrDIVE) Lille, EquipEX 2011, Universités Lille 1, Lille 3 et CNRS. L'auteure a également été membre du groupe de recherche « Visualidades Críticas : reescritura de las narrativas a través de las imágenes (Critical Visualities: rewrite narratives through images) », Département d’Histoire de l’art, Faculté des Beaux-Arts, Universidad Complutense de Madrid.

Electronic reference

Francesca Martinez Tagliavia, « Faire des corps avec les images : La contribution visuelle de la velina au charisme de Berlusconi », L’Atelier du Centre de recherches historiques [Online], 2015, Online since 31 December 2015, connection on 28 April 2017. URL : http://acrh.revues.org/7103

Top of page

About the author

Francesca Martinez Tagliavia

Depuis octobre 2015, en tant que Visiting Scholar au Département de Media, Culture and Communication de la New York University, Francesca Martinez Tagliavia a conduit une recherche intitulée « L’image comme société. La naissance de la visualité dans les sciences sociales françaises (1890-1914) ». Par recherche interdisciplinaire entrelaçant les études de la culture visuelle, l’histoire de la sociologie et la théorie sociale, l'auteure entend ouvrir les implications épistémologiques et politiques du rapport entre la société et l’image, entendue comme un fait collectif. Ce travail entend mettre au jour la relation fondative qui réside entre les études de la culture visuelle et les sciences sociales, à partir de celle qui se noue, au passage entre le XIXe et le XXeosiècle, entre la visualité et la société.
E-mail : f francesca.martinez [arobase] gmail [point] com ou fmt250 [arobase] nyu [point] edu

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org