Navigation – Plan du site

La jeunesse en mouvement : Scouts et guides en Malaisie britannique (1910-1966)

Thèse soutenue le 28 avril 2015
Jialin Christina Wu

Texte intégral

1Composition du jury :

Laura Lee Down, directrice de thèse, directrice d’études, ÉHESS et IUE, Florence ;
Paul Servais, directeur de thèse, Professeur à l'Université Catholique de Louvain ;
Marie Emmanuelle Chessel, directrice de recherches, CNRS – ÉHESS ;
John Darwin, Professor of Global and Imperial History, University of Oxford ;
Michel Dumoulin, Professeur émérite, Université Catholique de Louvain ;
Tim Harper, Reader in Southeast Asian and Imperial History, University of Cambridge ;
Jean-Marie Yante, président du jury, Professeur ,Université Catholique de Louvain.

2La thèse a été soutenue en cotutelle avec l'Université catholique de Louvain le 28 avril 2015, mention très honorable avec félicitations du jury à l'unanimité

Résumé

3Initialement conçus pour préparer l’enfant britannique à son futur rôle d’« homo imperialis », le scoutisme et le guidisme peuvent être considérés des outils impérialistes. Ces deux mouvements de jeunesse se développent cependant rapidement bien au-delà de la métropole britannique jusque dans les colonies, où ils s’installent à grande échelle. En Malaisie britannique, ils bénéficient même d’une immense popularité parmi la jeunesse autochtone et les élites locales, à tel point qu’ils survivent à sa décolonisation. Comment expliquer ce paradoxe, une telle popularité et une telle pérennité de structures impérialistes auprès d’autochtones et de nationalistes de la Malaisie britannique ? Comment expliquer cette attirance des « indigènes » pour de tels vestiges coloniaux ? Comment comprendre la réappropriation par les nationalistes autochtones de ces mouvements pour la formation des enfants vers une « bonne citoyenneté » dans une certaine forme d’« ingénierie sociale » ? Est-ce là un exemple de l’influence inaltérable du colonialisme, ou bien une manifestation du « soft power » des Britanniques qui persisterait même après le fait colonial ?

4À la croisée de l’histoire de la jeunesse, du genre, des études coloniales et de l’histoire globale, cet ouvrage explore et s’attaque ainsi aux nombreux paradoxes liés aux mouvements scout et guide en Malaisie britannique. Riche des témoignages inédits des acteurs historiques tant autochtones que britanniques, ce livre constitue un observatoire privilégié des liens et des continuités entre le passé colonial et le présent post-colonial.

Abstract

5Youth in Movement(s): Scouts and Guides in British Malaya (1910 - 1966).
Initially conceived in England in 1907 and 1910 to toughen and to prepare British youths for their roles as ‘bricks in the wall of Empire’, Scouting and Guiding were thus instruments of colonialism par excellence. Yet both movements quickly expanded beyond the metropole and into the colonies, where they thrived and flourished on a global scale, enjoying immense popularity amongst indigenous parents and children alike. Indeed, in Malaya, both movements outlasted colonialism. Both continue to be popular in the post-colonial era, as the newly independent states of Malaysia and Singapore (former British Malaya) have also re-appropriated the movements for their own nationalistic agendas of ‘social engineering’ and ‘nation-building’. Why is this so? Is this an example of imperial ‘soft power’, whereby Scouting and Guiding effectively served imperial agendas by being a cultural heavyweight in post-independent Southeast Asia? Or, conversely, have both movements actually facilitated decolonisation? More crucially, the Scout and Guide philosophy of ‘independence’ and emphasis on ‘good citizenship’ could have also been subverted against the colonial agenda by indigenous nationalists. As such, to what extent were the boundaries between ruler and ruled constantly (re)-defined by these organisations? How can we understand the impact of these global youth movements upon Malaya and imperialism at large?

6This thesis seeks to answer these questions by drawing upon a wide range of archival sources such as colonial records and over 950 hours of oral accounts of Malayan Scouts and Guides. Situated within current historical concerns of gender and childhood in colonialism, this thesis aims to contribute towards on-going debates on a relatively recent area of research in imperial history by emerging with a deeper understanding of youth movements as a historical and global phenomena in its colonial past and post-colonial present.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jialin Christina Wu, « La jeunesse en mouvement : Scouts et guides en Malaisie britannique (1910-1966) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/7219

Haut de page

Auteur

Jialin Christina Wu

Jialin Christina Wu est historienne et chercheuse post-doctorante du FNRS (Fonds national de la recherche scientifique) à l'Université catholique de Louvain en Belgique. Ses travaux actuels portent sur l'histoire de l'enfance et de la jeunesse en Asie coloniale. Ses publications les plus récentes sur ces sujets sont un article dans la revue Gender & History (2014), intitulé « A Life of Make-Believe: Being Boy Scouts and ‘Playing Indian’ in British Malaya (1910–42) », ainsi qu'un chapitre dans l'ouvrage collectif, Transnational Histories of Youth in the Twentieth Century (Palgrave Macmillan, 2015), intitulé « A Malayan Girlhood on Parade: Colonial Femininities, Transnational Mobilities and the Girl Guide Movement in British Malaya ».
Voir pour davantage d'informations : http://crh.ehess.fr/index.php?3225.
E-mail : christina [point] wu [arobase] ehess [point] fr et christina [point] wu [arobase] uclouvain [point] be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org