Navigation – Plan du site
Épistémologie et psychologie des émotions

L’émergence des émotions dans les sciences psychologiques

Bernard Rimé

Résumés

Les sciences psychologiques ont précédé les autres disciplines en matière d’étude des émotions. Depuis la fin du dix-neuvième siècle, un intérêt à la fois marginal et continuel s’y est manifesté pour cette question. L’article passe en revue les différents courants de recherche qui ont contribué à l’établissement d’une culture commune au sein des échanges internationaux dans ce champ disciplinaire. Ces courants sont au nombre de trois. Le courant biologique est le plus ancien. Inspiré de la théorie de l’évolution, il conçoit les émotions comme des dispositifs biologiques adaptatifs résultant de l’histoire des espèces. L’approche physiologique de l’émotion constitue un deuxième courant, qui s’est centré l’examen des modifications corporelles de l’émotion. Ce courant est à la source de l’étude neuropsychologique contemporaine des émotions. Enfin, un courant cognitiviste apparu plus tardivement aborde l’ensemble des processus mentaux impliqués, avec un intérêt particulier pour le rôle des processus cognitifs dans le déclenchement de l’émotion.

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

1L’exposé qui va suivre se propose d’effectuer un tour d’horizon des courants de pensée qui sont à l’origine de la vision communément adoptée à propos des émotions de nos jours dans les sciences psychologiques. Dans ce champ disciplinaire, l’étude de l’émotion a constitué un souci constant dès le début de son développement, que l’on situe généralement dans les dernières décennies du dix-neuvième siècle. D’une manière marginale mais régulière, des chercheurs en psychologie, en sciences du comportement, en psychophysiologie, en psychologie cognitive et en psychologie sociale notamment ont contribué à la construction progressive d’un ensemble de concepts qui permettent aujourd’hui de tenir un discours scientifique sur ce que représentent les émotions chez l’être humain et chez l’animal. Les années 1960 et 1970 ont été le cadre de progrès théoriques importants. L’évolution conceptuelle qui en a résulté a probablement joué un rôle causal dans le mouvement fédérateur qui s’est constitué au cours des années 1980 parmi les chercheurs engagés en cette matière. Ainsi, en 1985, ils ont mis en œuvre une Société Internationale de Recherches sur l’Emotion à laquelle ils ont donné une vocation interdisciplinaire. Ses membres, au nombre de quelques dizaines au départ et principalement liés aux sciences psychologiques, se comptent aujourd’hui par centaines et représentent de très nombreuses disciplines scientifiques. Plusieurs périodiques scientifiques essentiellement consacrés à l’étude de l’émotion ont ensuite rapidement vu le jour. L’essor qui s’est ainsi manifesté en cette matière au sein des sciences psychologiques a précédé de peu un essor analogue qui s’est manifesté dans la plupart des disciplines de sciences humaines. Ainsi, les philosophes, les économistes, les historiens, les littéraires, les anthropologues, les sociologues et bien d’autres encore développent désormais l’étude de l’émotion selon la perspective de leur champ propre. Mais quand il s’agit de situer ou de resituer leur objet, les auteurs de ces disciplines font généralement appel aux concepts qui ont été développés par les sciences psychologiques. Ainsi par exemple, aucun auteur ne peut se passer de la notion d’évaluation – développée en psychologie des émotions à partir de 1960 sous le vocable anglais d’appraisal – quand il s’agit des conditions déterminantes des émotions. Aucun ne peut se passer de ce que l’on sait ou de ce dont on débat en psychologie à propos du visage dans l’émotion quand il s’agit de la question de l’expression émotionnelle. Les sciences psychologiques proposent à propos des émotions un socle qui, pour n’être pas toujours univoque, fournit néanmoins des balises indispensables à tous les chercheurs concernés. Il peut donc être intéressant de revenir de manière synthétique sur l’histoire des courants qui ont contribué à élaborer ce socle au cours des cent et quelques années que compte la psychologie des émotions. C’est donc l’objet de cet article.

2L’auteur de ces lignes n’est pas historien, et il ne prétendra donc pas faire œuvre d’Histoire au sens disciplinaire du terme. Son propos est très différent. La recherche sur les émotions telle qu’elle est conduite en sciences psychologiques aujourd’hui s’appuie sur un ensemble de référents qui constitue la culture commune des chercheurs – ce que tout le monde sait. Étant donné l’internationalisation de la recherche et la préséance de la langue anglaise qui y prévaut, il était fatal que ces référents communs émergent de textes qui ont été diffusés dans cette langue. Ainsi, tous les chercheurs en sciences psychologiques qui contribuent aux échanges internationaux en matière d’émotions évoqueront les travaux de Cannon, d’Arnold, de Schachter, de Frijda ou de Scherer par exemple. Mais ils ignoreront très généralement les importants textes qui ont été publiés pas des auteurs de langue française comme Georges Dumas, Jean-Paul Sartre, ou Paul Fraisse. Dans le texte qui suit, notre propos sera d’évoquer les référents qui sont aujourd’hui communément retenus dans les sciences psychologiques comme fondements de la psychologie contemporaine des émotions. Une telle évocation a l’avantage de fournir un éclairage sur cette discipline. Elle a l’inconvénient de laisser dans l’ombre de nombreux auteurs qu’une véritable Histoire des émotions en science psychologiques se devrait de remettre en lumière.

Introduction

3Trois grands courants de pensée se sont développés dans l’étude psychologique des émotions au long du vingtième siècle. Pris ensemble, ces trois courants fournissent les fondements de la manière dont les sciences psychologiques abordent, examinent, réfléchissent et discutent les questions qui concernent les émotions. Même si les positions théoriques défendues par ces différents courants seront en opposition sur des points particuliers, les axes d’investigation qu’ils ont développés sont bien davantage complémentaires que concurrents.

4Le plus ancien de ces axes est constitué par le courant biologique. D’origine darwinienne, et donc inspiré directement de la théorie de l’évolution, ce courant conçoit les émotions comme des dispositifs biologiques adaptatifs qui se sont construits au cours de l’histoire de l’évolution des espèces. Comme telles, les émotions sont innées, automatiques, et universelles. Leurs manifestations les plus importantes résident dans les réponses corporelles, et surtout dans l’expression faciale émotionnelle dont ce courant prendra en charge l’étude scientifique.

5Un deuxième axe s’est développé avec l’étude physiologique de l’émotion. Il est né du souci de saisir les changements internes à l’organisme qui sous-tendent les nombreuses manifestations corporelles de l’individu en état d’émotion. L’approche physiologique a d’abord étudié les fonctions remplies par les modifications corporelles. Elle s’est ensuite orientée vers l’étude des systèmes cérébraux qui assurent leur déclenchement et leur coordination. Ce courant est aussi à la source de l’étude neuropsychologique contemporaine des émotions.

6Enfin, un troisième courant est apparu beaucoup plus tardivement que les deux précédents. Il aborde la partie proprement psychologique de l’émotion avec l’étude des processus cognitifs. Pendant la première moitié de son histoire scientifique, la psychologie a largement résisté à entreprendre l’étude des processus mentaux. C’est seulement en 1960, année de la « révolution cognitive » en psychologie, qu’un consensus s’est établi sur les moyens conceptuels et méthodologiques d’une étude scientifique des « cognitions ». Au même moment est née l’étude cognitive des émotions qui aborde l’ensemble des processus mentaux impliqués, avec un intérêt particulier pour le rôle des processus cognitifs dans le déclenchement de l’émotion.

Le courant biopsychologique évolutionniste

Darwin et l’expression des émotions

7L’ouvrage de Charles Darwin sur L’expression des émotions chez l’homme et les animaux (1872) a constitué le point de départ de l’étude scientifique de l’émotion. Pour Darwin, rendre compte d’une question aussi délicate que celle des émotions au moyen de la théorie de l’évolution représentait un défi qu’il avait très à cœur de relever. Il s’est attaché à établir la manière dont les expressions émotionnelles ont émergé graduellement au cours de l’évolution pour prendre ensuite racine dans l’innéité. Son ouvrage déborde d’observations sur la manière dont les enfants, les animaux, les malades mentaux et même les « indigènes » de pays éloignés expriment leurs émotions. Il concluait à l’existence d’un nombre limité d’émotions distinctes. Celles-ci trouveraient leur origine dans l’évolution et se présenteraient donc de manière analogue dans toutes les cultures. Les manifestations faciales et posturales qui les caractérisent auraient rempli des fonctions utiles au regard de la survie. Ainsi, dans la surprise, l’ouverture des yeux et la fixité du regard auraient facilité la détection et l’identification des événements inattendus. Dans le chagrin, les larmes auraient lubrifié les globes oculaires lors de leur trop forte compression au moment de pousser des cris de détresse. Les automatismes fonctionnels sont ainsi mis au centre de l’étude de l’émotion.

8De l’ouvrage de Darwin, on retiendra surtout sept thèses qui découlent de son analyse évolutionnaire de l’émotion et qui inspireront largement l’étude scientifique de l’émotion et de l’expression plus tard. La première thèse est celle de l’innéité de l’émotion. Puisqu’elle l’émotion résulte de l’évolution, elle ferait partie du bagage adaptatif de l’individu dès la naissance. La deuxième thèse avance la notion de continuité phylogénétique. Les manifestations émotionnelles qui caractérisent l’être humain seraient en continuité relative avec celles des espèces qui s’en rapprochent. Il n’y aurait donc pas de rupture de continuité entre les expressions émotionnelles des primates et celles des humains. La troisième thèse concerne les catégories d’émotion. Selon cette notion, l’être humain serait équipé de huit types d’émotions discrètes : (1) souffrances et pleurs ; (2) abattement, chagrin, anxiété ; (3) joie et gaieté ; (4) réflexion, mauvaise humeur, bouderie ; (5) haine et colère ; (6) mépris, dégoût ; (7) surprise, étonnement, crainte, horreur ; (8) honte, timidité, rougeur. Chacune de ces émotions répondrait à des circonstances particulières de déclenchement ; à chacune correspondrait une expression faciale caractéristique. La quatrième thèse est celle des expressions analysables. Le visage comporte des muscles en grand nombre et chaque expression émotionnelle pourrait être analysée et indicée selon les unités musculaires qu’elle y met en œuvre. Une cinquième thèse concerne la communication sociale de l’émotion. Puisqu’une liaison spécifique s’établit entre chaque catégorie d’émotion et une expression faciale donnée, l’observation d’un individu en état d’émotion informerait automatiquement sur la nature de cet état. La sixième thèse établit l’universalité de l’expression. Puisqu’elles résultent de l’histoire des espèces, les émotions et leurs manifestations visibles seraient nécessairement les mêmes dans toutes les cultures. Enfin, la dernière thèse concerne l’impact de l’expression sur l’expérience subjective de l’émotion : « le simple acte de simuler une expression tend à la faire naître dans notre esprit ». Cette idée a par la suite occupé une place importante dans l’étude psychologique des émotions et elle y a trouvé un soutien empirique important.

9Ces différentes propositions constituent une véritable mine pour l’étude scientifique de l’émotion et de l’expression. Cependant, elles n’auront cependant guère de portée à cette époque et elles tomberont dans l’oubli. Elles trouveront leur véritable écho en psychologie un siècle plus tard seulement.

Le courant néo-darwinien

10Auteur d’un important ouvrage intitulé Affect, Imagery, Consciousness, Silvan Tomkins (1962), professeur au Département de Psychologie de Princeton et théoricien de la personnalité, a développé à son tour une théorie fondée sur la construction, au cours de l’évolution, d’un ensemble limité d’émotions distinctes. Comme Darwin, Tomkins conçoit les émotions comme des systèmes automatiques d’assistance à la survie qui font partie du bagage génétique de l’espèce. Á une époque où les théories psychologiques de la motivation s’appuyaient unanimement sur la notion de besoin, cet auteur affirmait que les besoins ne disposent pas de la puissance nécessaire pour motiver l’organisme. Ainsi, disait-il, si on empêche soudain une personne de respirer, celle-ci manifestera la panique et se débattra. Les psychologues diront que c’est le besoin d’oxygène qui déclenche ces réponses. Mais pour Tomkins, la panique résulte en fait de la brusquerie de l’assaut. Si la privation d’oxygène intervient lentement, il n’y aura pas de panique. Ainsi, lors des premiers vols aériens à haute altitude, les pilotes qui négligeaient de porter leur masque à oxygène étaient saisis d’euphorie et mourraient le sourire aux lèvres.

11Selon Tomkins, pour survivre, l’organisme doit nécessairement disposer d’un système d’amplification des signaux qui requièrent un passage à l’action. C’est là selon lui le rôle des émotions. Ainsi, dans le sursaut en réaction à un bruit soudain, l’émotion active, maintient, amplifie, et étend la durée et l’impact du signal extérieur. Les émotions constituent donc de puissants signaux adaptatifs qui prennent la forme de réponses musculaires, vasculaires et glandulaires. Une fois produites, ces réponses engendrent des rétroactions sensorielles qui déterminent l’expérience subjective de l’émotion et seront donc perçues comme agréables ou désagréables. Tomkins distingue ainsi neuf émotions ou « programmes d’affects » innés qui ont leur siège dans les zones sous-corticales du cerveau. Quand l’un de ces programmes est activé, ses manifestations envahissent instantanément l’organisme, mais c’est au niveau du visage que se produit la différenciation des affects. Chaque affect se caractérise par des manifestations faciales typiques. Ces manifestations différenciées sont également à la source de l’expérience émotionnelle subjective. Comme Darwin, Tomkins considère en effet que l’expérience subjective résulte de rétroactions des muscles faciaux vers le cortex cérébral. L’expérience subjective de l’émotion, c’est donc la prise de conscience des modifications faciales.

12Selon Tomkins, les systèmes qui déclenchent l’émotion doivent être non spécifiques. Pour être utile, un programme d’affect doit pouvoir répondre à une large variété d’événements extérieurs. L’organisme doit être sensible à la fois à tout ce qui est nouveau, à tout ce qui n’est pas optimal et se prolonge, ainsi qu’à tout ce qui cesse. Le déclencheur de l’affect serait constitué par la pente de la stimulation afférente qui peut prendre trois formes différentes : la stimulation croissante, qui selon sa pente peut activer respectivement l’intérêt, la surprise ou la peur ; la stimulation constante qui selon son intensité active la tristesse ou la colère ; et la stimulation décroissante, qui active la joie ou le plaisir. De cette manière, les programmes d’affects peuvent répondre à toutes les conditions.

13La théorie de Tomkins a suscité des développements considérables en psychologie, notamment par la place centrale qu’elle accorde à l’expression faciale. Elle a remis les thèses de Darwin sur l’expression des émotions à l’ordre du jour. Indépendamment l’un de l’autre, Paul Ekman, (p. ex., 1973) à l’Université de Californie et Carol Izard (p. ex., 1977) à l’Université du Delaware, tous deux élèves de Tomkins, ont placé ces thèses au centre de leurs préoccupations dès les années 1960. On leur doit l’essentiel des abondants développements scientifiques sur l’expression faciale des cinq dernières décennies. Ces travaux ont apporté un appui important aux différentes thèses darwiniennes.

Le courant physiologique

La théorie périphérique des émotions

14William James (1884), qui fut successivement professeur de physiologie, de psychologie, puis de philosophie à Harvard et qui est unanimement vénéré comme « père de la psychologie américaine », était particulièrement soucieux d’asseoir la psychologie sur des bases empiristes rigoureuses. Or à son époque, les philosophes et les psychologues abordaient généralement les émotions comme des entités psychiques auxquelles on n’accédait que par la voie descriptive, fastidieuse, et dépourvue d’intérêt scientifique. Dans cette perspective, la primauté revenait à l’état mental tandis que les modifications corporelles de l’émotion n’en étaient que les résultantes. Nous serions d’abord insultés par un rival, nous nous mettrions ensuite en colère, et enfin, nous pousserions de hauts cris. En prenant appui sur Darwin, James a renversé cette logique. L’état mental n’est pas premier dans l’émotion. La perception de l’élément émouvant déclenche d’abord des modifications corporelles par un mécanisme réflexe. Ainsi, nous nous mettons en colère parce que nous crions, et nous avons peur parce que nous tremblons. L’émotion ne serait rien d’autre que la prise de conscience des changements réflexes qui se produisent à la périphérie du système nerveux, dans les organes viscéraux et dans la musculature squelettale. La théorie restera donc dans les mémoires comme « théorie périphérique des émotions ». Elle allait rencontrer l’opposition du courant comportementaliste qui devait lourdement peser sur l’évolution scientifique de la psychologie de 1910 à 1960.

Le behaviorisme dur et la campagne anti-émotions

15John Watson, qui fut l’initiateur du courant behavioriste au début de vingtième siècle, visait à donner à la psychologie un statut de science dure. Seul le comportement observable devait retenir l’attention de la nouvelle science du comportement. Dans ce contexte, les émotions, avec leur dimension consciente et les fonctions adaptatives que leur voyait James, devenaient des objets d’anathème. Watson (1919) s’attachera à les réduire à des réactions physiologiques héréditaires dépourvues de tout pouvoir d’adaptation. Il les décrit comme des phénomènes parasitaires qui plongent l’organisme dans un état chaotique et dont on aurait intérêt se débarrasser. Ils seraient surtout propres aux enfants et tendraient à disparaître chez les adultes. Watson fut ainsi à l’origine d’une idée qui hantera la littérature psychologique pendant plusieurs décennies: celle selon laquelle l’état émotionnel ne serait qu’un indicateur de la désorganisation ou du bouleversement des réponses de l’individu dans des circonstances problématiques pour lui. Selon son point de vue, l’étude de l’émotion relevait de la physiologie plutôt que de la psychologie. Ces prises de position eurent pour effet de bloquer l’évolution de l’étude psychologique de l’émotion pendant longtemps.

Les réponses physiologiques d’urgence

16Après Watson, la parole en matière d’émotion sera donc laissée aux seuls physiologistes. Walter Cannon, professeur de physiologie à Harvard et lui-même physiologiste de la digestion au départ, devint le promoteur de ce courant après qu’il eut constaté qu’une condition émotionnelle entraîne automatiquement l’arrêt des fonctions digestives. Ses travaux à ce sujet le conduiront à énoncer dès 1915 la théorie homéostatique de l’émotion (Cannon, 1915/1929). Celle-ci conférait à l’émotion le statut d’un système de mise en alerte physiologique de l’organisme. En temps ordinaire l’organisme assure son approvisionnement en énergie. En cas de menace ou de péril, ce processus routinier est brusquement suspendu à la fois par une décharge du système nerveux sympathique et par une libération d’adrénaline dans le flux sanguin. Ces deux dispositifs activent les réactions d’urgence, avec des modifications périphériques majeures comme l’accélération des rythmes cardiaque et respiratoire, l’augmentation de la pression sanguine, ou l’augmentation des transporteurs d’oxygène dans le flux sanguin. Tous ces changements ont pour finalité de soutenir le déploiement d’une activité musculaire importante, comme l’attaque ou la fuite. Selon Cannon (1915/1929), ces changements se manifestent dans tous les types d’émotions. Comme ses travaux portaient sur des animaux, leur portée explicative pour les émotions humaines est limitée. Mais ils ont permis à l’émotion de retrouver sa place au sein des processus de l’adaptation. L’ouvrage que Cannon a publié en 1932 sous le titre La sagesse du corps ne laissait aucun doute à ce sujet.

Le rôle des structures sous-corticales

17La théorie homéostatique avait décrit les manifestations périphériques de l’émotion mais elle avait laissé ouverte la question des mécanismes nerveux en cause. Il s’agissait donc de déterminer comment le système nerveux assure le déclenchement de l’émotion. La psychologie scientifique naissante telle qu’elle avait notamment été initiée par Wilhem Wundt à Leipzig (Wundt, 1903), voyait dans les émotions une manifestation particulière de la conscience, ce qui conduisait à localiser leur siège dans le cortex cérébral. Par contre, l’américain James (1884) situait l’origine des manifestations émotionnelles dans des réflexes périphériques issus de l’histoire évolutionnaire. Qui a raison ? Le laboratoire de Cannon a s’est saisi de cette question et deux séries d’expériences furent menées pour y répondre. Dans la première série, on a procédé à l’ablation du cortex cérébral chez des chats. Or, dès la dissipation de l’anesthésie, le chat décortiqué présentait des réactions complètes de « colère froide », une colère qui se déclenche sans objet localisable. Le cortex cérébral ne joue donc pas de rôle décisif au regard des manifestations de l’émotion. Cela signifie-t-il que James avait raison ? Dans une seconde série d’expériences, on a procédé à l’ablation du système sympathique de l’animal, éliminant ainsi les réflexes périphériques que James considérait comme la source des manifestations émotionnelles. Et ici encore, au réveil, le chat manifestait la réaction de colère froide, du moins dans ses composantes posturo-motrices. Le siège des émotions ne se situe donc pas non plus là où James le supposait. Les recherches ultérieures montrèrent que les manifestations émotionnelles subsistent même après l’ablation des parties du cerveau antérieures au diencéphale et ne disparaissent que quand on touche au thalamus. Cannon (1927) énonce alors la théorie centrale de l’émotion. Elle avance que le siège de l’émotion réside là où personne ne l’avait encore situé, c’est-à-dire, dans les régions situées sous le cortex cérébral, régions dites « sous-corticales ». De ces régions partent les innervations parallèles qui déclenchent d’une part les réponses périphériques – les réactions homéostatiques d’urgence – et d’autre part l’expérience émotionnelle subjective.

La neuropsychologie des émotions

18Les travaux ultérieurs spécifieront les fonctions des sites sous-corticaux dans les émotions. Philip Bard (1934), un collaborateur du laboratoire de Walter Cannon, a précisé que le site critique pour l’émotion n’est pas le thalamus, mais bien l’hypothalamus. Plusieurs moments importants d’évolution ont ensuite contribué à compléter et à préciser le rôle des centres sous-corticaux dans le processus de l’émotion. Ainsi, Papez (1937), a modélisé un circuit cérébral qui relie les projections des voies sensorielles à toutes les zones du cerveau en cause dans les émotions : corps strié (le mouvement), cortex (la pensée et l’expérience consciente), hypothalamus (affects), hippocampe (mémoire). MacLean (1949) a énoncé le concept de système limbique ou cerveau viscéral, qui regroupe en un seul sous-ensemble toutes les structures sous-corticales du circuit de Papez. Le cerveau se serait développé selon trois strates successives au cours de l’évolution, et le système limbique représente l’étage intermédiaire ou « cerveau paléo-mammalien ». Il se situe entre le cerveau archaïque « reptilien » (le tronc cérébral) et le cerveau néo-mammalien (le cortex). Par la suite, Olds et Milner (1954) ont découvert que des rats mis en mesure d’activer au moyen d’un levier une électrode implantée dans leur système limbique ne cessent plus de s’autostimuler. La voie était ainsi ouverte à l’étude des effets de la stimulation de zones sous-corticales sur l’émotion. Delgado (1969) produira les effets les plus spectaculaires en utilisant la radio-commande pour activer des électrodes implantées dans le système limbique de différents animaux, faisant ainsi la démonstration du contrôle à distance des réactions émotionnelles. Ces travaux seront prolongés par ceux de LeDoux (1989) sur le rôle particulier de l’amygdale dans le déclenchement automatique des réponses émotionnelles négatives. Panksepp (1986 ; 1998) définira et localisera ce qu’il voit comme les quatre circuits nerveux encodés par la génétique chez les mammifères: celui de la « recherche » (exploration, comportements appétitifs et autostimulation), celui de la « peur » (fuite, évitement), celui de la « colère », (attaque, combat), et celui de la « panique » (détresse et recherche du contact social). Enfin, les travaux de Damasio (1995) ont montré l’importante implication du cortex orbito-frontal dans le contrôle du système limbique, et notamment dans l’inhibition des réponses émotionnelles, dans le codage de la valeur motivationnelle d’un stimulus, dans la prise de décisions et le contrôle de l’action basée sur la récompense, ainsi que dans le contrôle de l’humeur et du comportement social..

L’approche cognitive des émotions

La théorie cognitivo-psychologique

19À l’aube de la révolution cognitive, un spécialiste de la psychologie sociale de l’Université Columbia, Stanley Schachter (1964), a proposé une théorie des émotions qui répondait aux aspirations nouvelles de cette époque et qui connut un succès considérable. Elle résultait de l’idée que les sensations corporelles suscitées par l’émotion étaient ambiguës. Cannon enseignait que dans les émotions, les changements physiologiques sont toujours les mêmes, c’est-à-dire ceux des modifications physiologiques d’urgence. Chez l’animal, c’est sans conséquences. Mais l’individu humain qui éprouve ces changements dans est laissé dans un état d’indétermination. Schachter proposera que les changements physiologiques décrits par Cannon constituent une condition nécessaire pour créer l’état émotionnel. Mais ils n’y suffisent pas à eux seuls. Devant ces changements qui sont ambigus pour le sujet conscient, ce dernier mettrait en œuvre un processus cognitif visant à clarifier son propre état émotionnel. En balayant cognitivement le contexte interne (ses pensées) ou externe (sa situation présente) dont il dispose, il recherche un élément auquel son état physiologique pourrait être attribué de manière plausible. Dès que cette attribution cognitive est intervenue, l’émotion s’installe. Sa coloration particulière (joie, colère, peur, tristesse…) sera déterminée par la nature de l’objet de l’attribution.

20Dans cette perspective, l’émotion n’apparaît plus comme un processus biologique automatique et aveugle aux particularités des situations. Elle devient le résultant d’une évaluation des situations par l’individu. Cette théorie « cognitivo-physiologique » a donc ouvert la porte à l’étude du traitement de l’information dans le déclenchement de l’émotion. Elle a dominé la scène théorique pendant deux décennies. Mais les expériences sur lesquelles elle s’appuyait présentaient des faiblesses évidentes qu’on s’est refusé de voir pendant longtemps. En 1979, l’échec de plusieurs tentatives de réplication a marqué la fin de cette hégémonie théorique. D’autres propositions théoriques prirent le relais.

La théorie de l’évaluation

21C’est Magda Arnold (1960), chercheuse d’origine autrichienne émigrée aux États-Unis, qui a donné à l’approche cognitive de l’émotion son tour le plus décisif. Elle s’est inscrite dans l’axe des travaux de Donald Hebb (1949), un influent neuropsychologue canadien qui fut une des sources du mouvement qui fonda la psychologie cognitive dès 1960. Hebb pensait qu’une activité propre du cortex cérébral préexiste à toute stimulation sensorielle. Cette activité résulte de l’expérience antérieure qui suscite des phénomènes d’attentes par rapport aux stimulations reçues. La perception n’est donc jamais neutre. Elle est toujours le lieu d’une rencontre entre une sensation et des attentes du sujet. Toute perception implique donc une certaine « coloration » de la relation du sujet à l’objet perçu, c’est-à-dire, un processus d’évaluation (en anglais, appraisal) de la stimulation. Cette coloration n’a pas nécessairement un caractère émotionnel. On peut apprécier un objet comme plus grand ou plus petit qu’un autre. On peut porter des appréciations de type économique ou commercial. Mais souvent, cette évaluation se double d’une poussée définie, vers ou à l’écart de l’objet. C’est ici que prend place l’émotion selon la « théorie de l’appraisal » de Magda Arnold. L’émotion est une tendance d’action ressentie, attraction ou répulsion, qui se manifeste de manière non raisonnée et non volontaire en raison des attentes issues de l’expérience antérieure du sujet. Une telle évaluation se double immédiatement d’une attitude émotionnelle (peur, colère, dégoût…) qui s’installe presque aussi rapidement que la perception elle-même et qui suscite des impulsions nerveuses du cortex vers les centres du thalamus et de l’hypothalamus. Ceux-ci activent à leur tour des structures spécifiques d’expression faciale, de changements physiologiques et d’expérience subjective. Le processus débouche ensuite sur une phase d’évaluation secondaire qui résulte de la prise de conscience de ces différents changements qui sont alors évalués comme souhaitables ou non. Selon le cas, l’évaluation secondaire entraîne le plein déploiement de l’action émotionnelle ou au contraire son inhibition.

Développements de la théorie de l’évaluation

22Les auteurs qui se rallient à l’analyse théorique de Magda Arnold sont nombreux. Certains ont contribué de manière importante aux développements ultérieurs de la théorie de l’évaluation. Scherer (1984), psychologue d’origine allemande et professeur à l’Université de Genève, a spécifié le processus d’évaluation. Il considère que l’individu balaie continuellement les objets et événements de son champ perceptif selon une séquence qui, bien qu’extrêmement rapide, comprendrait toujours cinq niveaux différents d’évaluation de la situation : il s’agit de l’évaluation (1) de la nouveauté (y a-t-il un changement dans la situation externe ou interne ?), (2) du plaisir intrinsèque (la situation est-elle intrinsèquement agréable ou désagréable ?), (3) de la pertinence par rapport aux objectifs et aux besoins (la situation concerne-t-elle mes objectifs et besoins ? Facilite-t-elle ou gêne-t-elle leur poursuite ?), (4) de la capacité de faire face (cette situation est-elle soumise à mon contrôle ?), et (5) de la compatibilité avec les normes (la situation est-elle compatible avec les normes sociales et mes standards personnels ?). Dans chaque situation particulière, cette série d’évaluations débouche sur une configuration particulière de résultats. Cette configuration déterminerait si une réponse émotionnelle s’installera ou non, et dans le cas positif, quel type d’émotion sera déployé.

23L’américain Richard Lazarus (1991), professeur à Berkeley et pionnier de la recherche sur le stress et l’émotion, a souligné que dans une situation émotionnelle, les différentes évaluations se combinent pour constituer un « thème relationnel central ». Ainsi, dans la colère, l’événement est évalué à la fois comme pertinent pour mes objectifs, comme discordant par rapport à ces objectifs, et comme résultant de la faute d’autrui ; les trois éléments se combinent alors dans le thème relationnel de l’offense humiliante. Il s’agit de la lecture consciente que le sujet fait de la situation et cette lecture domine ensuite le cours ultérieur des événements. Chaque type d’émotion a ainsi son thème relationnel central qui lui est caractéristique.

24Nico Frijda (1986), influent théoricien des émotions de l’Université d’Amsterdam, a insisté sur le rôle central que les tendances d’action occupent dans les émotions. Selon lui, les émotions et les tendances d’action sont une seule et même chose. Elles ont émergé de la phylogenèse comme des voies de résolution des différents problèmes auxquels les humains sont régulièrement confrontés dans les différents milieux dans lesquels ils vivent. À chaque type d’émotion correspondrait une tendance d’action caractéristique et les émotions vécues résulteraient, au moins en partie, de la prise de conscience des tendances d’action, c’est-à-dire, de l’impulsion à frapper, à fuir, à rechercher, ou à « être avec », ou à rejoindre.

Discordances cognitives, intentions, et émotions

25Les théories cognitives de l’émotion partagent le point de vue selon lequel l’individu est continuellement engagé dans des opérations de comparaisons cognitives. Il confronte sa perception de la situation présente à une vision prospective qui lui vient à la fois de sa connaissance du monde, de ses croyances, de ses normes, et de ses objectifs. Pour plusieurs auteurs, les émotions trouveraient leur source dans les discordances qui résultent de cette confrontation (Berlyne, 1960 ; Mandler, 1975, 1984). Ainsi, des discordances légères entre la situation présente et la situation attendue susciteront l’intérêt ou l’excitation. Des discordances importantes déclencheront des affects négatifs.

26Beaucoup d’auteurs considèrent en outre qu’une partie importante des émotions intervient lorsque le cours du comportement projeté par l’individu est interrompu (Mandler, 1975, 1984 ; Miller, Galanter, & Pribram, 1960 ; Oatley & Johnson-Laird, 1987 ; Simon, 1967). Si l’interruption facilite l’obtention du but, on éprouvera du soulagement, de la joie, de l’excitation. Si l’interruption retarde ou empêche l’obtention de ce but, le processus se soldera par la déception, la frustration, la colère. Simon (1967) a décrit l’émotion comme un signal d’alarme qui suscite une réévaluation des priorités et un réajustement des objectifs. Selon Oatley et Johnson-Laird (1987), l’émotion prend place là où change l’évaluation de la probabilité de succès ou d’échec d’un plan. Les émotions rempliraient ainsi des fonctions importantes au regard de la coordination des plans, et notamment dans le transfert des efforts d’un plan vers un autre. Enfin, Carver & Scheier (1990, 2001) ont développé un modèle cybernétique dans lequel le système affectif a pour fonction permanente de détecter et de régler la cadence à laquelle l’organisme se rapproche de ses buts.

Le déclenchement schématique de l’émotion

27Il existe une gamme de manifestations émotionnelles que les théories cognitives précédentes peuvent difficilement expliquer. Certaines émotions font irruption sans lien cohérent clair avec le rapport individu-milieu actuel. Des manifestations d’anxiété, de peur, de phobie entrent dans ce cadre. Les théories schématiques (par ex. Bower, 1980 ; Lang, 1979 ; Leventhal, 1984 ; Leventhal & Scherer, 1987) en rendent compte. Elles reposent sur l’idée que les différentes composantes d’une expérience émotionnelle (circonstances, événements, lieux, acteurs, réponses faciales, réponses physiologiques, comportements, manifestations subjectives, etc.) sont représentées ensemble dans la mémoire du sujet et y constituent alors un système ou « schème » mnésique. Lorsqu’un élément quelconque du schème est à nouveau rencontré par la suite, l’ensemble du schème est réactivé. De cette manière, les manifestations émotionnelles du premier épisode peuvent se manifester à nouveau même si elles n’ont plus de pertinence adaptative dans la nouvelle situation. C’est le « déclenchement schématique » de l’émotion. Il explique pourquoi les individus peuvent revivre d’anciennes réponses affectives en présence de personnes et de situations nouvelles, et donc a priori dépourvues du pouvoir de déclencher ces anciennes réponses. Chaque nouvelle expérience émotionnelle engendre un schème cognitif de sorte que les processus de l’émotion s’en trouvent continuellement complexifiés et enrichis.

La construction sociale des émotions

28Selon un point de vue particulièrement bien défendu par James Averill (1980), professeur de psychologie sociale à l’Université du Massachusetts, si les enfants jouent aux parents, au docteur, ou à l’instituteur, ils jouent également à être en colère, à avoir peur, ou à être amoureux. Ces jeux intègrent à la fois leur observation des comportements des adultes, ce qu’ils apprennent par les histoires qu’on leur raconte, ainsi que les thèmes des chansons qu’ils entendent. L’ensemble contribue à leur apprendre les « rôles émotionnels ». Selon cette perspective socio-constructionniste, les émotions ne constituent pas un donné biologique fondamental mais bien plutôt des rôles sociaux temporaires. La personne qui se trouve en état émotionnel met en scène un ensemble de règles qui sont prescrites par la vie sociale. Chacun connaît celles-ci aussi bien que les règles qui régissent sa langue maternelle. Chacun les applique comme il applique les règles de la langue, c’est-à-dire sans conscience. On n’a aucune saisie intellectuelle, aucune conscience, du rôle social qu’on est en train de jouer. Et c’est ainsi qu’on entre tour à tour dans le rôle de la colère, de la peur, de l’amour, du courage, de la jalousie, de l’anxiété ou de l’espoir.

Conclusion

29Par un heureux hasard, les trois courants qu’on vient de passer en revue ont des objets complémentaires. Pour des raisons théoriques évidentes une fois qu’on a saisi la logique évolutionnaire proposée par Darwin et formulée à nouveau par Tomkins, le courant biologique a surtout porté l’attention sur l’étude de l’expression faciale, s’adressant ainsi à la partie extérieure ou visible des émotions. Le courant neurophysiologique s’est donné pour objet d’élucider les dispositifs internes à l’organisme qui assurent l’organisation, le déclenchement et l’arrêt des processus de l’émotion. Enfin, l’approche cognitive étudie les aspects proprement psychologiques des émotions. Si elle a accordé une priorité à l’examen des conditions du déclenchement de l’émotion, elle n’en étudie pas moins les aspects liés à la perception, au raisonnement, à la décision, à la mémoire, au jugement, au langage, et à bien d’autres aspects encore. Les intersections nombreuses qui existent aujourd’hui entre ces trois courants animent l’activité scientifique de l’étude psychologique des émotions.

Haut de page

Bibliographie

Références

Magda B. Arnold (1960). Emotion and personality. New York: Columbia University Press.

James R. Averill (1980). A constructivist view of emotion. In Robert Plutchik & Henry Kellerman (Eds.), Theories of emotion (305-340). New York: Academic Press.

Philip Bard (1934). On emotional expression after decortication with some remarks on certain theorical views (parts 1 and 2). Psychological Review, 41, 309-329; 424-449.

Daniel E. Berlyne (1960). Conflict, arousal and curiosity. New York: McGraw Hill.

Gordon H. Bower (1981). Mood and memory. American Psychologist, 36, 129-148.

Walter B. Cannon (1927). The James-Lange theory of emotions: A critical examination and an alternative theory. American Journal of Psychology, 39, 106-124.

Walter B. Cannon (1929). Bodily changes in pain, hunger, fear and rage. New York: Appleton. (original work published in 1915).

Walter B. Cannon (1932). The wisdom of the body. New York: Norton.

Charles S. Carver & Michael F. Scheier (1990). Origins and functions of positive and negative affect: A control-process view. Psychological Review, 97, 19-35.

Charles S. Carver & Michael F. Scheier (2001). On the self-regulation of behaviour. Cambridge: Cambridge University Press.

Antonio R. Damasio (2006). L’Erreur de Descartes : la raison des émotions. Paris : Odile Jacob.

Charles Darwin (1965). The expression of the emotions in man and animals. Chicago: University of Chicago Press. (ouvrage original publié en 1872).

Jose M. Delgado (1969). Physical control of the mind. New York: Harper & Row.

Paul Ekman (1973). Cross-cultural studies of facial expression. In Paul Ekman (Ed.), Darwin and facial expression, 169-222. New York: Academic Press.

Nico H. Frijda (1986). The emotions. Cambridge: Cambridge University Press.

Donald O. Hebb (1949). The organization of behavior: A neuropsychological theory. New York: Wiley.

Carol Izard (1977). Human emotions. New York: Plenum.

William James (1884). What is an emotion? Mind, 9, 188-205.

Richard Lazarus (1991). Emotion and adaptation. New York: Oxford University Press.

Peter J. Lang (1979). A bio-informational theory of emotional imagery. Journal of Psychophysiology, 16, 495-512.

Joseph E. LeDoux (1989). Cognitive-emotional interaction in the brain. Cognition and Emotion, 3, 267-289.

Howard Leventhal (1984). A perceptual-motor theory of emotion. In Leonard Berkowitz (Ed.), Advances in experimental social psychology (Vol. 17, 117-182). New York: Academic Press.

Howard Leventhal, & Klaus R. Scherer (1987). The relationship of emotion to cognition: A functional approach to a semantic controversy. Cognition and Emotion, 1, 3-28.

George Mandler (1975). Mind and emotion. New York: Wiley.

George Mandler (1984). Mind and body: Psychology of emotion and stress. New York: Norton.

Paul D. MacLean (1949). Psychosomatic disease and the “visceral brain”: recent developments bearing on the Papez theory of emotion. Psychosomatic Medicine, 11, 338-353.

George Miller, Eugene Galanter, & Karl H. Pribram (1960). Plans and the structure of behavior. New York: Holt, Rinehart, & Winston.

Keith Oatley, & Philip N. Johnson-Laird (1987). Towards a cognitive theory of emotions. Cognition and Emotion, 1, 29-50.

James Olds, & Peter Milner (1954). Positive reinforcement produced by electrical stimulation of septal area and other regions of the rat brain. Journal of Comparative and Physiological Psychology, 47, 419-427.

Jaak Panksepp (1986). The neurochemistry of behavior. Annual Review of Psychology, 37, 77-107.

Jaak Panksepp (1998). Affective Neuroscience: The Foundations of Human & Animal Emotions. New York: Oxford University Press.

James W. Papez (1937). A proposed mechanism of emotion. Archives of Neurology and Psychiatry, 38, 725-743.

Stanley Schachter (1964). The interaction of cognitive and physiological determinants of emotional state. In Leonard Berkowitz (Ed.), Advances in Experimental Social Psychology, (Vol. 1, 49-81). New-York: Academic Press.

Klaus R. Scherer (1984). Emotion as a multicomponent process: A model and some cross-cultural data. In Philip Shaver (Ed.), Review of Personality and Social Psychology (Vol. 5, p. 37-63). Beverly Hills, CA.: Sage.

Herbert A. Simon (1967). Motivational and emotional controls of cognition. Psychological Review, 84, 29-39.

Silvan S. Tomkins (1962). Affect, imagery, and consciousness (Vol. 1). New York: Springer.

John B. Watson (1919). Psychology from the standpoint of a behaviorist. Philadelphia: Lippincott.

Wilhelm Wundt (1903). Grunriss der Psychologie. Stuttgart: Engelmann.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Rimé, « L’émergence des émotions dans les sciences psychologiques », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/7293 ; DOI : 10.4000/acrh.7293

Haut de page

Auteur

Bernard Rimé

L'auteur est docteur en psychologie, et professeur émérite à l’Université de Louvain à Louvain-la-Neuve. Il poursuit ses recherches sur les aspects sociaux et collectifs des émotions à l’Institut de Recherches en Sciences Psychologiques de cette Université, avec un intérêt particulier pour les liens puissants qui existent entre les émotions et la communication, les relations interpersonnelles, la mémoire collective et le savoir en commun. Auteur de Le partage social des émotions (2009, PUF), il a codirigé Les émotions : Textes de base (1989), Fundamentals of nonverbal behavior (1991), Collective memory of political events (1997), et Changing emotions (2013). Il a été président de l’ISRE (International Society for Research on Emotion), ainsi que de la Société Belge de Psychologie. Il est docteur honoris causa de l'Université de Bari (Italie) ;
E-mail : Bernard [point] Rime [arobase] uclouvain [point] be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org