Navigation – Plan du site
Penser les émotions en Occident : de l'Antiquité à nos jours

Le corps social à l’origine de l’invention du mot « émotion »

Nicole Hochner

Résumés

Bien que les historiens analysent les émotions des sociétés passées, le terme émotion lui-même est un mot récent qui n'apparaît qu'au courant du XVe siècle. Cette « invention », qui se fait en France, se dissémine rapidement dans d'autres langues, comme en anglais par exemple. À l'origine le mot « émotion » a une signification politique et désigne un soulèvement ou une révolte populaire. Cette étude se propose d'examiner le contexte précis de gestation et d'apparition du mot émotion, qui n'a curieusement suscité aucun examen systématique jusqu'à nos jours. En comblant cette lacune, on pourra mieux comprendre la dimension politique originelle du terme et, surtout, prouver que ce ne sont pas nécessairement les agitations et les perturbations politiques qui secouent la France qui suffisent pour expliquer l'apparition de ce nouveau terme. Il est indéniable que les réalités politiques ont leur place dans le contexte culturel et politique de l'invention du terme « émotion », mais cet article prouve que l'élément indispensable et constitutif à la formation du mot « émotion » est la référence au corps imaginaire de la société qui est profondément bouleversée par Nicole Oresme. Cet article démontrera comment et pourquoi le corps politique doit être considéré comme le berceau métaphorique du mot « émotion » qui depuis a perdu sa teneur politique

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est dédié à la mémoire de Philippa Maddern qui m’avait accueillie au Centre pour l’Histoire des Émotions en Australie, en 2012, lorsque l’aventure de cet article a débuté.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Jan Plamper, The History of Emotions, Oxford, Oxford University Press, 2015, tradu (...)
  • 2 Peter N. Stearns et Carol Z. Stearns, « Emotionology : Clarifying the History of Emotions and Emoti (...)
  • 3 Jesse Prinz, The Emotional Construction of Morals, Oxford, Oxford University Press, 2007.
  • 4 William M. Reddy, The Navigation of Feeling. A Framework for the History of Emotions, Cambridge, Ca (...)
  • 5 Barbara H. Rosenwein, Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca, Cornell University Pr (...)

1Le mot « émotion » a une histoire, et même une histoire assez turbulente. S’il est notoire que sa signification est constamment revue et débattue, sa composition première, par contre, demeure floue1. Les historiens des émotions n’ont pourtant pas manqué de souligner que le mot n’est apparu qu’assez tardivement, certains invoquent 1534, d'autres suggèrent le courant du xve siècle. L’engouement pour l’histoire des émotions semble avoir plutôt privilégié l’invention de nouveaux dérivés comme par exemple « émotionologie », soit l’attitude de la société par rapport aux émotions2, ou « émotionisme » qui est l’idée que les émotions sont essentielles à l’éthique et à la morale3, ou encore « émotif » comme énoncé performatif que William Reddy souhaite replacer dans un contexte de régimes émotionnels foucaldiens4, ou bien citons encore l’idée de « communautés émotionnelles » suggérée par Barbara Rosenwein5. Les tentatives pour définir le mot émotion aspirent à une nomenclature qui distinguerait les émotions des passions et des sentiments, et les affects des humeurs. Mais cet effort de définition et l’examen sémantique ne se préoccupe pas de l’histoire du mot dont les conditions d’émergence et les contextes culturels et politiques sont à éclaircir. L’objet de cet article portera précisément sur l’origine du mot « émotion » et la nécessité de mieux comprendre le cadre politique de l'« invention » originelle de cette notion.

  • 6 Voir Peter N. Stearns « Modern Patterns in Emotions History », Doing Emotions History, p. 17-40, et (...)
  • 7 Reddy, The Navigation of Feelings, op. cit. Pour une approche différente voir Sophie Wahnich, Les É (...)
  • 8 Thomas Dixon, From Passions to Emotions. The Creation of a Secular Psychological Category, Cambridg (...)
  • 9 Daniel M. Gross affirme que « early modern understanding of social passions was incapacitated by a (...)

2La perspective historique nous semble particulièrement nécessaire car le mot « émotion » a très souvent été conçu comme l’œuvre de la culture des Lumières6. Un tel postulat soutient que le xviiie siècle engendre une nouvelle culture du moi tournée vers les sentiments et la sensibilité. Le thème des émotions retient donc l’attention des historiens des cultures modernes et contemporaines. En effet, selon William M. Reddy, le type de sentimentalisme qui émerge avec le xviiie siècle influe profondément la culture moderne qui prône la gratification personnelle et la réalisation de soi7. De son côté, Thomas Dixon soutient que les Lumières introduisent une rupture essentielle entre « passion » et « émotion ». À l’origine, l’approche chrétienne conçoit la passion et les affects comme l’émanation active du péché, par la suite, une distinction s’impose entre cette vision des penchants corrompus de l’âme pécheresse et la conception nouvelle de l’émotion, comme d’une « notion positiviste » et laïque de sentiments involontaires et irrationnels8. En d’autres termes, l’émotion se serait progressivement séparée des sentiments et des passions pour devenir une entité autonome et profondément moderne, prélude à l’émergence de la psychologie. En simplifiant grossièrement, on peut dire qu’une telle rupture suppose que les passions sont associées aux appétits et aux désirs humains, alors qu’à l’inverse l’émotion est le fruit de l’inconscient et se distingue par son irrationalité9. Or si William M. Reddy s’est intéressé avant tout à la Révolution française, et Thomas Dixon à ce qu’il appelle « la sécularisation de la psychologie », aucun d’eux ne s’est penché sur les premiers usages du terme, alors même qu’ils admettent à l’unisson que la notion est relativement récente. En réalité Thomas Dixon n’a pas totalement négligé l’approche médiévale puisqu’il consacre un chapitre à la littérature patristique et scolastique, mais il fait ensuite un bond de Thomas d’Aquin au xviie siècle.

  • 10 Susan James, Passion and Action : The Emotions in Seventeenth Century Philosophy, Oxford, Oxford Un (...)
  • 11 En particulier dans René Descartes, Les Passions de l'âme, Paris, Flammarion, 1998, article 147.

3Pour Susan James la césure daterait plutôt du xviie siècle, la transformation des mots « passion » et « émotion » s’amorcerait ainsi avant les Lumières10. James admet certes que les deux termes sont encore souvent synonymes au xviie siècle, mais qu'on observe que le terme « émotion » – qui d'ordinaire a un sens général de passion – tend à désigner un sentiment intérieur ou un sentiment intellectuel. C’est ce que Descartes désigne par « émotion intérieure »11. Susan James étudie minutieusement le développement de cette nouvelle notion d’« émotion intérieure » au xviie siècle, mais sans tenter de tracer les origines même du terme. En définitive, les approches de William M. Reddy, Thomas Dixon ou Susan James sont certes très différentes, mais elles ont en commun avec les très nombreuses autres études de l’émotion dans la culture moderne, de négliger les racines du terme et les causes de l’invention du mot.

  • 12 Pour une réflexion sur la notion d’affectus voir Damien Boquet, « Les Mots avant les choses, mystiq (...)
  • 13 Barbara H. Rosenwein, « Worrying about Emotions in History », American Historical Review, vol. 107, (...)
  • 14 Damien Boquet et Piroska Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », Médiévales, 2011, p. 5-24 ; (...)
  • 15 Boquet et Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », op. cit., p. 12.
  • 16 Antonio R. Damasio, Descartes' Error : Emotion, Reason and the Human Brain, London, G. P. Putnam’s (...)
  • 17 Na’ama Cohen-Hanegbi, Accidents of the Soul : Physicians and Confessors on the Conception and Treat (...)

4L’histoire médiévale des émotions, de son côté, se propose d’explorer les émotions alors qu’elles n’en portent pas encore le nom, ou plus exactement alors que les émotions sont évoquées par une large palette d’autres termes. On cite habituellement pathos (pathē) ou plus fréquemment les mots latins passio, affectus, motus, ou inclinatio12. Ce que les médiévistes remarquent à raison, c’est que l’idée de mouvement y est centrale. La résonance se retrouve évidemment dans motus animae mais également dans les termes de perturbatio, passio ou affectus. Ces termes désignent tous une forme d’agitation, de remous, de bouleversement ou de trouble. Barbara H. Rosenwein, dans son manifeste méthodologique « Worrying about Emotions in History », appelle à une étude historique sensible aux champs sémantiques et aux questions lexicales13.Damien Boquet et Piroska Nagy qui sont également très attentifs aux questions terminologiques explorent la notion d’émotion et ses variantes dans bien d’autres langues, comme l’espagnol (Emoción), l’italien (Emozione), et l’allemand (Gefühl, Empfindung, Affekt). Ils invoquent entre autres Thomas Dixon pour nous rappeler que la première apparition du mot est française et qu’elle date du xvie siècle, mais se suffisent de cette remarque sans aller plus avant en la matière14. Heureusement, ils nous livrent le conseil judicieux d’explorer la branche généalogique de la notion d’émotion, et surtout nous encouragent à reconstruire « le jeu serré des réseaux sémantiques et conceptuels »15. Les travaux de Damien Boquet et Piroska Nagy mettent tout particulièrement en lumière ce qu’ils appellent avec éloquence « la chair des émotions », c'est-à-dire le fait que le corps est le site par excellence des émotions. Le neuro-psychologue Antonio Damasio lui-même avait construit sa théorie sur les marques somatiques16. La combinaison de l’esprit et du corps, de l’âme et de la chair est essentielle pour comprendre les conceptions classiques et médiévales des mouvements de l’âme17.

  • 18 Jacques Bos, « The Rise and Decline of Character : Humoral Psychology in Ancient and Early Modern M (...)
  • 19 Pour un exemple médiéval, voir Esther Cohen, « The Animated Pain of the Body », The American Histor (...)

5C’est la centralité de ces liens qui attache les théories médicales aux discours théologiques. Les mouvements du corps sont en effet intimement liés aux passions de l’âme, passiones animae. Les visions théologiques et médicales sont donc ancrées toutes deux dans la perception du corps comme lieu de mouvements. La théorie des humeurs est sans nul doute le soubassement de cette perspective. Selon la théorie médicale et ancienne des humeurs, l’homme est composé de quatre humeurs, et l’équilibre entre celles-ci garantit sa santé et son bien-être, de même que la synergie des humeurs forge son caractère18. De surcroît, la théorie des humeurs appartient à un large système symbolique de correspondances qui inclut quatre types de caractères (sanguin, mélancolique, flegmatique et colérique), quatre saisons, quatre états, quatre éléments et quatre couleurs. De même que les mouvements de l’âme génèrent des effets corporels, de même les mouvements des humeurs ont un impact immense sur la santé de l’âme. Ce modèle humoraliste a ses racines dans la Grèce ancienne et elle inclut des notions comme celles de juste disposition, ou hexis, que l’on trouve chez Hippocrate ou Aristote. Pour maintenir un régime équilibré et garantir la bonne gouvernance de ses propres passions, il est nécessaire de conserver un corps « tempéré » c’est-à-dire à la fois vigoureux et sain19. Les résonances politiques possibles de ces considérations ne passent pas inaperçues.

6Pour l’histoire du terme « émotion », une telle vision holiste du corps et de l'âme constitue un élément fondamental qui nous éclaire sur la façon dont le Moyen Âge pense les émotions dans leur double attache au corps et à l’âme, et à la théorie des humeurs. Cependant ces recherches ne répondent aucunement à la question de l’invention du terme « émotion » et à ce qui a pu causer la formation d’un tel terme. Comme on le verra plus tard, le corps comme site des humeurs, lieu de mouvements et de troubles, est toutefois essentiel à la compréhension des origines et la formation du mot « émotion ».

  • 20 « the early history of emotion and the developments in its early modern meanings deserve closer att (...)
  • 21 « A political agitation, a public commotion or uprising », D. Thorley, « Towards a History of Emoti (...)
  • 22 D. Thorley, « Towards a History of Emotion », op. cit., p. 4, quoique Flori dans sa traduction des (...)
  • 23 « Emotion’s use in the second half of the sixteenth century seems to have been restricted to this p (...)

7En définitive, l’un des rares travaux, à notre connaissance, à approcher le chantier de l’invention du mot « émotion » est l’article de David Thorley qui déplore le désintérêt historique pour la période de gestation du mot et s’engage à entamer l’étude de l’émergence du mot : « L’histoire préliminaire du mot émotion et les développements de ses premières significations méritent un examen plus attentif », au détail près que Thorley se limite à l’usage anglais du mot et non au terme français originel20. Cela dit, il reconnaît l’origine française du terme, et souligne que la signification première du mot « émotion » est : « une agitation politique, une commotion politique ou un soulèvement »21. Selon Thorley son premier usage anglais peut être précisément daté à l’année 1596, le mot serait alors entré dans la langue anglaise grâce à la fameuse traduction des Essais de Montaigne par John Florio22. Thorley admet qu’il n’a pas trouvé d’occurrences antérieures au mot « emotion » et affirme que la signification première du mot se limite à ce sens politique. Il assure que « l’usage du mot émotion dans la seconde moitié du xvie siècle semble être restreint à ce sens politique »23. Pourtant Thorley, qui souligne l’origine française du mot émotion, se désintéresse de cet antécédent, et se consacre uniquement à l’évolution du mot dans la culture anglophone après son « invention » en 1596.

  • 24 Christine de Pizan, Le Livre du corps de policie, édition critique avec introduction, notes et glos (...)

8L’examen de la genèse du terme « émotion » reste donc encore à faire. Néanmoins on peut déjà souligner la dimension politique du mot. En effet, esmotion en français, a été inventé ni pour décrire un état spirituel, ni pour désigner un phénomène médical mais bien pour dénoncer une situation politique troublée. L’état de confusion sociale et les perturbations politiques qui secouent la France au moment où le mot émerge ne sont pourtant pas suffisants pour expliquer l’émergence du nouveau terme, quoique ces réalités politiques aient bien entendu leur importance. Dans cet article nous soutenons que c’est la référence au corps imaginaire de la société qui est l’élément constitutif nécessaire à la formation du mot « émotion ». En effet, la gestation du mot émotion s’amorce au moment même où une mutation importante bouleverse l’imaginaire du corps politico-social. Alors que le mot «émotion» fait son apparition, le corps social, que Christine de Pizan (1364-c.1430) désigne comme un « corps de policie »24, se métamorphose d’un organisme immobile formé d’organes en un « corps physiologique », composé d’humeurs en mouvement permanent. Cette nouvelle vision d’un corps en mouvement concoure à la création du nouveau mot « émotion » dans son sens originel de déséquilibre social.

9En conséquence, cet article sur le mot « émotion » visera à montrer les liens intimes entre l’histoire du mot émotion et l’histoire de la métaphore politique du corps social qui, en se transformant, a rendu possible la création du mot « émotion ». Cet article aura donc deux volets, dans un premier temps on cherchera à éclaircir les conditions des premiers énoncés du mot. Dans un second temps, il sera question de l’imaginaire du corps politique, considéré comme le berceau métaphorique du terme et qui donne naissance à une notion politique qui a depuis cessé d’être en usage.

Premiers usages politiques du mot esmotion

Révolte et désordre : les esmotions de Jacques et Maillets

10L’étymologie du mot émotion nous apprend que le mot est construit sur le latin emovere, à partir de ex et movere, soit hors de et mouvoir/susciter. Tous les dictionnaires attestent de l’origine française du mot. Le Grand Robert (édition 2000) affirme que le mot esmotion apparait en 1534 et donne la définition suivante :

  • 25 Alain Rey (éd.), Le Grand Robert de la langue française, Paris, Le Robert, 2001, 2nd éd., vol. 2, p (...)

Mouvement (par opposition à l’état normal de calme) d’un corps collectif, agitation et fermentation populaire à l’occasion d’un événement inquiétant, pouvant dégénérer en troubles civils, par extension ces troubles25.

  • 26 Il faut citer Montaigne : « Encore avons nous dequoy le comparer au faict d'Alexandre, en ce grand (...)
  • 27 The Essays of Michel de Montaigne done in English by John Florio, p. 314. Florio traduit ce passage (...)
  • 28 La définition du mot émotion est la suivante: « d’après l’ancien et moyen français motion ‘mouvemen (...)
  • 29 Voir par exemple un passage de sa Chronique dans J.- A.- C. Buchon (éd.), Choix de chroniques et mé (...)

11La signification première d’émotion est donc l’agitation ou la confusion qui existe au sein d’un corps collectif, soit un chaos civil ou un désordre social. Le premier exemple donné par le Grand Robert est justement une citation des Essais de Montaigne (1533-1592) où, dans le chapitre « Du Dormir », il est question de « l’émotion de Catilina », soit de la fameuse conspiration qui marqua le crépuscule de la république romaine26. La référence à Montaigne semble faire écho au fait que selon Thorley, le mot « émotion » est entré dans la langue anglaise grâce à la première traduction des Essais de Montaigne27. En réalité, la date de 1534 indique bien que le mot précède l’œuvre de Montaigne. Par ailleurs si on consulte le Dictionnaire historique de la langue française, ou encore le Trésor de la Langue Française, on trouvera dans les deux cas la date approximative de 1475 avec dans le Trésor une référence à Georges Chastellain (1415-1475)28, qui place prudemment le terme esmotion avant sa mort cette année-là29. Malheureusement, il faut conclure que le Dictionnaire historique, le Grand Robert, et Le Trésor de la Langue Française donnent des datations incorrectes ou très imprécises.

  • 30 À ma connaissance, seul le Oxford English Dictionary donne la date précise de 1429 avec la définiti (...)
  • 31 À propos de Cabaret d’Orville voir Françoise-Hazel-Marie Le Saux, « Cabaret d'Orville », Encycloped (...)
  • 32 « Introduction », dans Chroniques du bon duc Loys, in A.M. Chazaud (éd), Paris, Librairie Renouard, (...)
  • 33 Gustave Schlumberger, Jean de Châteaumorand. Un des principaux héros français des arrière-croisades (...)
  • 34 Raquel Homet, « Une conception politique nobiliaire au temps de la guerre de Cent Ans », Journal of (...)
  • 35 La Chronique du bon roy Loys de Bourbon, op. cit., p. 266. Voir également Ibid, p. xxv.
  • 36 La Chronique du bon roy Loys de Bourbon, op. cit., p. 266-268.

12En effet, le mot esmotion se trouve déjà en usage en 142930, et il n'est pas exclu qu'une date antérieure soit trouvée. Selon l’état actuel de nos travaux, le mot apparaît pour la première fois sous la plume de Jehan Cabaret d'Orville dans la Chronique du bon duc Loys de Bourbon31. Cette chronique, pourtant bien connue, n’est pas aussi célèbre que celle de son prédécesseur Jean Froissart (c. 1337-après 1404) ou que celles de sa contemporaine Christine de Pizan. Il existe cependant trois manuscrits, dont une copie enluminée aujourd’hui à Saint Pétersbourg, ainsi que trois éditions imprimées dont la plus récente dans la prestigieuse collection de la Société d’histoire de France32. Le commanditaire de la Chronique est Charles Ier duc de Bourbon, mais il est fort possible que le texte soit inspiré (sinon même éventuellement dicté à Jehan Cabaret d’Orville) par Jean de Châteaumorand (c. 1354-c. 1429) 33, un chevalier français qui joua un rôle important dans la lutte contre les Turcs aux côtés du père de Charles Ier, le duc Louis II de Bourbon (1337-1410)34. Mais quel que soit son véritable auteur, la Chronique nous livre un détail précieux, relatif à la date de sa composition. Le chapitre lxxxv fait explicitement référence au 4 mai 1429 qui est le jour où l’armée royale entre à Orléans35. Cette date n’est pas fortuite puisqu’elle est accompagnée d’une complainte sur les « mocquerie de la Fortune », la division des princes et les « ennemis Anglois »36. Notons cependant que Jeanne d’Arc n’est pas expressément évoquée. En tout cas c’est dans ce texte qu’apparait le mot « esmotion » :

  • 37 Ibid., p. 5, « en ce temps-là, le roi Charles de France qui vivait, fils du roi Jean mort en Anglet (...)

en ce temps là le roi Charles de France qui vivoit fils du roi Jehan qui mort estoit en Angleterre avoit tant à faire en son royaume, tant pour les esmotions d’aucunes ses communes, appellès Jacques et Maillets, comme pour le roi de Navarre et d’autres grandes compaignies, qui lui estoient contraires […]37

  • 38 Léon Mirot, Les Insurrections urbaines au début du règne de Charles VI (1380-1383) : leurs causes, (...)

13Il est question des esmotions des communes, soit des soulèvements civils, des révoltes populaires de cette période38. « Jacques et Maillet » font référence à deux rébellions importantes. Jacques désigne La Grande Jacquerie de 1358 laquelle, avec la révolte de Ciompi de 1378 en Italie, et la grande révolte des paysans de 1381 en Angleterre, est considérée comme l’un des trois plus grands soulèvements populaires médiévaux qu’a connu l’Europe. Maillet rappelle une autre révolte, celle de 1382, qu’on nomme la révolte des maillotins et dont le nom évoque les maillets de plomb avec lesquels les émeutiers attaquèrent les collecteurs de taxes à Paris. Ces épisodes sont à associer à d’autres soulèvements et tumultes qui agitent la France dans les années 1380, comme par exemple la révolte de la Harelle, la révolte des Tuchins et la révolte plus tardive et bien plus connue des Cabochiens en 1413. Si ces troubles civils et populaires sont animés par des revendications fiscales, le contexte général est celui d’une instabilité profonde, auquel il faut ajouter au moins deux facteurs supplémentaires : la peste et la Guerre de Cent Ans.

14Le terme « émotion » se retrouve une seconde fois dans la Chronique avec une signification légèrement différente, quoique toujours associée au récit de la Guerre de Cent Ans. Il est question de l’attaque des côtes françaises en 1373 menée par le duc de Lancastre (fils du roi d’Angleterre, Édouard III) lors de sa fameuse chevauchée:

  • 39 La Chronique du bon roy Loys de Bourbon, op. cit., p. 53: « En cette saison, le duc de Lancastre co (...)

En icelle saison le duc de Lancastre conduiseur de la gent Angloise à l’esmotion du duc de Bretaigne qui o lui estoit, accompaigné de moult de Bretons, se ordonna en belle bataille et se presenta devant Troye.39

  • 40 Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500) consulté sur le site http://www.atilf.fr/dmf/
  • 41 Cela pourrait être dû au fait que le mot esmouvement a une signification d’incitation. La racine es (...)
  • 42 L’idée de prise d’initiative ou d’instigation se retrouve fréquemment exprimée par le verbe esmovoi (...)

15La signification qu’il faut donner au mot esmotion dans ce passage est peu fréquente, « à l’esmotion du duc » doit se comprendre comme « à l’initiative du duc », ou « à l’instigation du duc »40. L’idée exprimée ici est celle d’un mouvement qui affecte la situation présente ; dans ce cas précis il s’agit de l’initiative d’une manœuvre militaire, et non, comme dans le cas précédent, d’une révolte populaire, mais les connotations sont identiques, c’est-à-dire celles de mouvement volontaire porteur de perturbations et de troubles. L’idée d’instigation se trouve généralement dans les usages médiévaux du verbe esmouvoir et du mot esmouvement, par contre le mot esmotion – excepté cette rare occurrence – désigne une insurrection ou une sédition populaire. Nous n’avons pas trouvé d’autres cas où esmotion avait le sens d’instigation41. La dimension politique s’impose donc. Les usages ultérieurs du mot « emotion » désignent systématiquement l’idée de tumulte politique. On conclura que c’est la dimension politique qui est dominante dans les premiers usages du terme esmotion, et c’est le cas pour le français comme par la suite pour l’anglais42.

  • 43 Olivier de La Marche, Mémoires d’Olivier de La Marche, in Henri Beaune et J. D’Arbaumont (éd.), Par (...)
  • 44 Lettres de Louis XI roi de France, in Joseph Vaesen et Etienne Charavay (éd.), Paris, Librairie Ren (...)
  • 45 Lettres de Charles VIII, roi de France publiées d'après les originaux pour la Société de l'histoire (...)

16On peut suivre les apparitions du mot « émotion » tout au long du xve siècle, par exemple, dans les Mémoires d’Olivier de La Marche (1425-1502) on trouve émotion pour signifier émeutes : « furent aucungs prins des plus culpables de celle emocion et furent decapitez »43, ou bien, dans un document officiel avec la requête de la ville de Bourges (de l’année 1474) « que on preigne des plus coulpables, affin de savoir la verité dont ceste esmocion provient, et que on face que le Roy soit mastre, se on trouvoit rebellion », ou encore dans une requête du temps de Louis XI où il est demandé que son ministre soit informé du soutien accordé au peuple par les élites : « informez vous bien s’il y a nulz des gros qui soient consentas de l’emoction; car les povres ne l'ont pas fait d'eulx mesmes »44, ou encore dans une lettre du Parlement faisant référence à « ung trés grant scandalle et emocion du peuple »45. Les usages du mot esmotion au cours de ce premier siècle lui attribuent la signification de soulèvement licencieux, d’émeute ou d’instabilité. « Émotion » est synonyme de troubles populaires.

  • 46 Christine de Pizan, Le Livre de la mutacion de Fortune, in Suzanne Solente (éd.), Paris, A. et J. P (...)
  • 47 Journal d'un Bourgeois de Paris, in Alexandre Tuetey (éd.), Paris, H. Champion, 1881, p. 38.

17Si on consulte une auteure légèrement antérieure, Christine de Pizan, elle ne fait jamais usage du mot « emotion », ce qui ne ferait que confirmer notre datation ; par contre, elle parle souvent de « motion » avec une signification très proche. Dans le Livre de la Mutacion de Fortune, il est par exemple question de motion (ou mocion) en écho avec insurrection (riotes)46. À la même période, le Journal d’un bourgeois de Paris (composé en 1413) invoque la « mocion de peuple » dans un sens analogue de sédition47. Cet emploi de « mocion » comme soulèvement populaire anticipe la signification politique d’émotion, et il prouve les connotations péjoratives et politiques des termes mocion et esmotion. C’est pourquoi il faut s’interroger sur le mouvement, car c'est la mocion qui en est la cause. Est-ce que par définition la mobilité serait-elle nuisible et déstabilisatrice ?

Un mouvement déstabilisateur

  • 48 Dans le Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500), http://www.atilf.fr/dmf/, la famille exmovere c (...)
  • 49 Alain Rey (éd.), Dictionnaire historique de la langue française, op. cit., p. 732. Le dictionnaire (...)
  • 50 Œuvres complètes de Eustache Deschamps, Le Marquis de Queux de Saint-Hilaire (éd.), Paris, Firmin D (...)
  • 51 « Chançons royaulx », Œuvres complètes de Eustache Deschamps, Le Marquis de Queux de Saint-Hilaire (...)
  • 52 « Balades », Œuvres complètes de Eustache Deschamps, Le Marquis de Queux de Saint-Hilaire (éd.), Pa (...)
  • 53 Dans la Chronique du bon duc Loys de Bourbon le mot signifie révolte, « les habitans n’eussent caus (...)

18Pour comprendre la formation du terme esmotion, il est essentiel de prendre en compte toute la famille sémantique de exmovere, et plus particulièrement le verbe esmouvoir et ses déclinaisons48. Contrairement au mot esmotion, le verbe esmouvoir est employé depuis déjà plusieurs siècles, on le date aux environs de 1080. Leurs significations divergent, et ce n’est que tardivement, soit dans les décennies qui précèdent l’invention du mot emotion que le verbe esmouvoir en vient à décrier un trouble politique49. Pour illustration, le poète Eustache Deschamps (1346-1406/7) nous offre un nombre important d’incidences qui semble démontrer le sens politique d’esmouvoir. Lorsqu’il est question par exemple de mutinerie, il parle de « ses subgiez esmouvoir »50, ou de révolte, les « gens se doivent esmouvoir »51 ou encore de soulèvement « Et esmouvoir riote »52. C’est avec ce même sens que ce verbe est employé chez Froissart et dans la Chronique du bon duc Loys de Bourbon53.

  • 54 « Autre balade sur les serviteurs », in Œuvres complètes de Eustache Deschamps, op. cit., vol. 5, p (...)
  • 55 « Toute nuit me bruit a l’oreille / Et fait mon couraige esmouvoir / D’amer celle qui n’a pareille  (...)

19Toutefois, le verbe esmouvoir, contrairement au nom plus tardif d’esmotion, n’est pas associé systématiquement à un contexte politique. On le prouvera aisément, une fois encore, grâce à Deschamps. Dans une ballade, il est question d’un ivrogne dont la conversation pousse son audience à s’esmouvoir : « Car homme yvre fait esmouvoir / Par son parler communement »54). Une lecture rapide pourrait nous laisser conclure que le public est apitoyé par la détresse et le spectacle bien affligeant de cet homme saoul. Or il n’en est rien : l’ivrogne est au contraire excessivement irritable. Dans un poème d’amour Deschamps décrit « mon couraige esmouvoir » : à nouveau un lecteur moderne comprendrait à tort que le courage de l’amoureux est embrasé par la passion, alors qu’il faut lire tout le contraire, c’est-à-dire que son courage est ébranlé 55.

  • 56 Et pourtant dans l’exemple des Chronicles de Froissart, presque toutes les occurrences de « esmouvo (...)
  • 57 Le mot « foule », crowd en anglais, est dérivé du terme mobile vulgus soit le peuple « mobile » ou (...)
  • 58 Par exemple dans Christine de Pizan, voir Susan J. Dudash, « Christinian Politics, the Tavern, and (...)
  • 59 Éventail qui inclut par exemple les significations suivantes d’esmovoir « inciter quelqu’un à faire (...)

20En règle générale, le mouvement dans esmouvoir a une connotation péjorative, même si le verbe n’est pas systématiquement lié à une calamité politique il dénote le déséquilibre56. Des termes proches comme mutabilité, variabilité, ou inconsistance expriment également des idées de mouvement dans le sens de dégénération. Bouger est toujours inquiétant, le remous est toujours perçu comme nuisible, c’est pourquoi le noble se tient immobile, alors que la foule est mobile57. Aussi le pauvre est interprété comme imprévisible et instable, c’est son inconstance qui le trahit58. Cette attitude face à la mobilité fait miroir à la valorisation de la stabilité et de la constance, et par extension de la fixité. Pour ne pas nous éloigner de notre propos, il nous faut pour l’instant conclure qu’au courant du xve siècle, le nouveau mot français esmotion est principalement compris dans un sens politique, résultant de la dimension politique parfois associée au mot motion et en continuité avec le sens péjoratif d’esmouvoir qui lui précède (même si le verbe esmovoir offre un éventail de significations beaucoup plus vaste et pas systématiquement politiques)59.

La révolution humorale

Les pathologies du corps politique

21Mais on ne saurait s’arrêter là, car pour comprendre l’émergence de ce nouveau terme, il faut entamer le second volet de notre recherche. Il s’agit à présent d’explorer le contexte historique et l’imaginaire social qui donnent naissance à notre mot « émotion ». L’histoire de l’invention du mot « émotion » offre en effet un éclairage particulièrement intéressant sur les troubles de ce début de xve siècle, mais l’élément véritablement inédit est à notre avis la mutation de la métaphore du corps social.

  • 60 Il suffit de consulter pour illustration le Journal d’un bourgeois de Paris de 1405 à 1449. Texte o (...)
  • 61 On peut consulter Yann Potin, « Traité de Troyes, le rêve oublié d’une paix perpétuelle », dans His (...)
  • 62 Voir Danielle Jacquart, « Peut-il exister un homme tempéré ad iustitiam? » dans La Médecine médiéva (...)

22Pour ce qui est relatif au contexte, nul doute que les années 1420-1430 sont des années de guerre, de famine et de maladie60. Le territoire de la France est divisé, les séquelles de la défaite d’Azincourt (1415) se font encore sentir, d’autant plus que le traité de Troyes qui lui succède a installé les Anglais dans le nord du royaume61. L’héritage de ce début de siècle est lourd : les Bourguignons sont à Paris et le dauphin, le futur Charles VII, a dû prendre le chemin du sud. Parallèlement à la déconfiture politique ponctuée par des meurtres comme ceux du duc d’Orléans en 1407 et de Jean sans Peur en 1419, les années 1430 sont, en sus, l’une des décennies les plus froides de l’histoire européenne, de larges parts de la population en souffrent et les épidémies se propagent à nouveau. À ces fluctuations politiques et climatiques s’ajoute un facteur essentiel, la crise économique. La dévaluation de la monnaie et le poids croissant de la fiscalité nourrissent les mécontentements. La précarité et la paupérisation engendrent la violence, et la répression qui cherche à lui faire face. L’impôt s’alourdit, entre autre à cause de l’état de guerre, et le désarroi se lit sous la plume de l’ensemble des auteurs du xve siècle qui dès après le règne de Charles V présagent la dépression. Le cadre symbolique qui exprime le mieux cette situation de crise est la métaphore du corps malade ou d'un corps « non tempéré »62. C’est une image singulièrement expressive de la souffrance sociale, qui de surcroit, durant le règne du roi Charles VI, est à son paroxystique à cause des crises de folie du roi qui peine à diriger son royaume. Le roi est malade, la société (en) souffre.

  • 63 À propos de Salisbury voir Cary J. Nederman, John of Salisbury, Tempe, Arizona Center for Medieval (...)
  • 64 Sans prétendre à l’exhaustivité, et pour la période médiévale uniquement on se référera à Chroust A (...)

23Cette image d'un corps imaginaire figurant la société n’est nullement une invention du xve siècle, bien au contraire, c’est peut-être l’une des images les plus anciennes et les plus communes du discours politique. Il est notoire que Christine de Pizan l’adopte dans Le livre de corps de policie (c. 1407) mais elle ne l’invente évidemment pas. Le succès médiéval de cette métaphore est attribué à Jean de Salisbury, dont le Policraticus composé environ en 1159 a été traduit en français par Denis Foulechat sous le règne de Charles V. Jean de Salisbury dit lui-même dit l’emprunter à Plutarque63. En réalité les origines de cette métaphore remontent à une très lointaine Antiquité et c’est sans doute l’omniprésence et la continuité de cette métaphore qui explique aujourd’hui l’existence d’une somme importante de travaux et de publications à ce sujet64. Puisque l’histoire de cette métaphore est très bien connue, et si maintes fois l’importance du Policraticus de Jean de Salisbury a été étudié pour la période du Moyen Âge, on se limitera à souligner que la mutation « humorale » qui se produit au courant du xve siècle a, par contre, été totalement occultée et ignorée jusqu’ici.

  • 65 On précisera que si les humeurs circulent, la période que nous traitons précède « l’invention » de (...)
  • 66 Le sujet de la maladie au Moyen Âge ne peut évidemment être traité si rapidement et il faudrait ici (...)

24Or, le bouleversement méconnu que connaît le corps social imaginaire est à notre avis lié à la création du mot « esmotion ». En effet, une conception nouvelle du corps comme habitacle de fluctuations dynamiques et de mobilités fluides transforme le corps politique en un corps « liquide » où les humeurs variables menacent en permanence de déstabiliser la société. Le fait que les humeurs circulent65 est évidemment essentiel à la santé et à la sauvegarde de l’équilibre, mais ce sont ces mêmes mouvements qui causent par ailleurs les maladies du corps et de l’âme. Cette redéfinition du corps est intimement liée à la notion de maladie au Moyen Âge qui est perçue comme une perturbation de la juste complexion (ou mala complexio), c'est-à-dire d'un déséquilibre des divers tempéraments66. De même que les médecins se penchent sur les conditions qui permettent à un homme tempéré d'exister, de même les auteurs politiques s'interrogent sur la possibilité de maintenir un régime politique tempéré. Comme on le verra plus bas, la mauvaise circulation du sang (c’est-à-dire des ressources) peut par exemple mener à des malformations sociales graves. L’anémie dénonce la fuite des devises et les impôts sont assimilés à des sangsues qui affaiblissent le corps. S'il est vrai que rares sont les auteurs politiques qui abandonnent entièrement le discours sur les parties du corps et épousent uniquement la conception humorale (comme ce sera le cas de Claude de Seyssel (1450-1520) qui parle de « corps mystiques »), les humeurs politiques apparaissent néanmoins tout au long du « long xve siècle ». Cette transformation de la métaphore du corps social me semble emblématique d’une mutation de la vision du corps social comme lieu de fluctuations et de mouvement.

25En réalité dans le discours politique les deux conceptions se superposent et se mélangent, ce qui est profondément paradoxal, car l’imaginaire physiologique permet une vision totalement inédite et profondément différente de la société. Dans le cas de figure humoral, la santé et l’équilibre sont en effet garantis par l’équilibre des humeurs qui assure la préservation et le bien-être du corps. De sorte que lorsque l’on passe d’un corps politique imaginaire constitué d’organes à un corps formé d’humeurs, on passe d’une conception de justice basée sur une hiérarchie rigide entre des organes supérieurs et inférieurs immuables et figés, à une vision dynamique des flux humoraux où la restauration de l’équilibre doit continuellement être renégociée puisque les humeurs sont perpétuellement en flux. La justice invariable et fixe devient nécessairement flexible et en perpétuel rééquilibrage.

  • 67 Arikha, Passions and Tempers. A History of the Humours, op. cit.
  • 68 « In the mid-fourteenth century […] there had been a handful of great lay administrators around the (...)
  • 69 Claude de Seyssel, La Monarchie de France et deux autres fragments politiques, in Jacques Poujol (...)

26Ce changement remarquable ne peut nullement être dû à la découverte d’une nouvelle théorie médicale des humeurs, car la théorie des quatre humeurs est ancienne67. Nul n’a besoin d’avoir étudié ou pratiqué la médecine pour connaitre ces idées puisque la théorie des humeurs est un système de classification symbolique notoire. Par ailleurs, l'idée d'un corps en mouvement, d'un corps comme lieu dynamique de fluctuation n'est pas neuve en médecine. La nouveauté est donc ailleurs. Les historiens s’accordent à traiter le xve siècle comme le théâtre de transformations sociales capitales, en particulier en ce qui concerne l’administration publique: Françoise Autrand parle d’un groupe social nouveau, et Jonathan Dewald offre des chiffres éloquents sur cette révolution administrative et ses conséquences68. Le nouveau mot esmotion exprimerait-il l’inquiétude des élites face à une supposée « porosité » des cadres sociaux ? Une angoisse en partie fantasmagorique face au « risque » d’infiltration et des possibilités croissantes qui offrent aux hommes du peuple l’occasion de gravir l’échelle sociale et se hisser au rang de l’administration royale ou même de la noblesse. Comme on le verra plus loin, Claude de Seyssel parle de l’espoir que la réussite d’un seul fait naître dans le cœur de dix mille autres69. L’ascension sociale serait-elle une « fuite » dans le système de flux sociaux ? ou au contraire le signe du bon fonctionnement d’un système de « tuyauterie » et d’agencement social ? Un débat semble s’animer à propos de l’ascension sociale et du rôle du talent et du mérite. La révolution de l’administration de l’État et les changements économiques mettent en question les avantages (privilèges et pouvoir) que les nouvelles compétences professionnelles ou marchandes octroient aux nouvelles élites. Est-ce que ces bouleversements menacent de déséquilibrer l’ensemble de l’organisme, ou au contraire, rétablissent et réactualisent l’harmonie dynamique de la justice sociale ? Ces changements sont-ils les signes d'une société en bonne santé ou d'une société malade et mal tempérée. C’est au regard de la profonde ambigüité qui est associé au mouvement et à ces nouveaux aspects du corps politique, qu’il faut comprendre la formation du mot esmotion. Mais il faut remarquer que l’idée de flux (ou de mobilité ou mouvement) au sein du corps demeure une idée ambigüe. D’une part, l’idée de mouvement pourrait faire écho aux inquiétudes et préoccupations que causent l’instabilité politique et les nombreuses transformations sociales (et les troubles et soulèvement populaires qui en dérivent). D’autre part, elle semble les tolérer et offrir une place aux bouleversements sociaux et à la mobilité sociale (car le mouvement des humeurs est vital dans la théorie médicale).

  • 70 Joel Kaye, A History of Balance 1250-1375. The Emergence of a New Model of Equilibrium and its Impa (...)

27À cela il faut ajouter les enseignements que l’histoire de la notion d’équilibre (et de déséquilibre), nous apporte70. Très brièvement, selon Kaye, la notion d’équilibre est une notion centrale, car elle a un impact sur l’ensemble des champs de connaissance. Elle touche le système de pensée politique et la conception de la justice, la perception du système économique de marché et ses fluctuations, mais aussi les domaines des savoirs cosmiques, l’astronomie et de la géologie et donc les mathématiques et la physique. D’après Kaye, la perception de l’équilibre a profondément évolué au courant du Moyen Âge et ces mutations mettent en lumière la question de savoir si l’équilibre s’autorégule par lui-même ou s’il est nécessaire qu’un agent extérieur garantisse le contrôle permanent de cette rééquilibration. D’un point de vue politique, ce débat soulève la responsabilité du roi ou de l’État, s’il faut qu’ils intègrent ou non dans les mutations sociales, et si ces mutations sont à louer ou au contraire à déplorer.

  • 71 Voir Nicole Hochner sur l’argent et le sang, « A Late Medieval Metaphor of Blood as Money », en pré (...)
  • 72 Voir Nicole Hochner sur Oresme et la pluralité, en préparation.

28Il n’est pas forcément nécessaire de trouver le mot « émotion » pour traiter de ces questions brûlantes et savoir comment gérer les troubles sociaux en France et l’émergence de nouvelles élites commerciales et administratives. Mais le débat que le mot « émotion » évoque est de savoir si la bonne santé sociale est une question d’agencement (chacun doit être à sa place et recevoir son dû, à l’instar de la République de Platon) ou si elle est une question de déplacement des hommes et de redistribution des biens pour préserver une équité « en balance » (une bonne santé et une bonne circulation sociale) ? Suffit-il de restaurer une hiérarchie parfaite (dans la ligne des idées de Jean de Salisbury), ou faut-il redistribuer les richesses et les privilèges pour restaurer la justice sociale ? L’invention banale du mot esmotion dissimule donc un chapitre méconnu de l’histoire de la métaphore du corps social. Les mutations du corps au xve siècle dévoilent une réflexion sur la mobilité sociale et l’équité, sur la redistribution des richesses et la légitimité de la taxation71, ainsi que sur le problème de la stabilité politique et des divisions sociales72. Il faut donc se pencher sur l’évolution de la métaphore du corps social et sur les débats qu’elle suscite.

Étiologie d’un désordre

  • 73 « cordis locum, auctore Plutarco, senatus obtinet », dans Stefan Seit (éd.), Johannes von Salisbury (...)
  • 74 « Officiales et milites minibus coaptantur », Johannes von Salisbury, op. cit., p. 164 ou John of S (...)
  • 75 « Pedibus vero solo iugiter inherentibus agricolae coaptantur », Johannes von Salisbury, op. cit., (...)
  • 76 Pour l'original en latin « Quae, si immensa aviditate congesserint et congesta tenacius reservaveri (...)

29Comme on l’a dit, le traité de Jean de Salisbury le Policraticus composé vers 1159 est la source d’inspiration majeure de la pensée politique médiévale pour ce qui concerne la métaphore du corps. Pour Jean, la nature est le modèle par excellence de notre monde, or puisque rien n’est aussi parfait que le corps humain crée à l’image de Dieu, la société donc devra calquer son agencement sur la disposition du corps. Cela signifie que l’office du prince correspond à la tête (ou le « chief » dans la traduction française de Foulechat de 1372), que la place du cœur est celle du Sénat73, que les juges et gouverneurs tiennent le rôle des oreilles, des yeux et de la bouche, et que les mains coïncident avec les chevaliers et officiers du roi74. Le tableau de Salisbury s’achève par les paysans et les laboureurs représentés par les pieds et leur contact à la terre nourricière75. Les trésoriers et greffiers sont assimilés aux entrailles et au ventre, lieu pivot du corps, charnière du système circulatoire. Comme le traduit Foulechat : en cas « d’ardeur » et de « convoitise desmesurée » ils amassent outre-mesure et conservent « en leur tresor plus estroitement que rayson, ils engendrent maladies incurables de tant de manieres que c’est sanz nombre et tant que par leur vice tout le corps du bien commun si trebuche en ruine »76. Il est intéressant de noter que la cupidité contamine le corps, et que la concupiscence excessive mène au déséquilibre.

  • 77 « Debent autem obsequium; inferiora superioribus », Johannes von Salisbury, op. cit., p. 286, ou en (...)
  • 78 Le Livre du corps de policie, op. cit., en particulier p. 108 : « sont bien les piez qui soustienne (...)
  • 79 Voir par exemple On the Government of Rulers. De Regimine Principum, Ptolemy of Lucca with Portions (...)
  • 80 Voir en particulier Johannes von Salisbury, op. cit., Liber 8, cap 17-18, p. 302-347 et la conclusi (...)
  • 81 Jean Gerson, « Vive le roy, sermon pour la réforme du royaume (November 1405) », in Palémon Glorieu (...)
  • 82 Le chancelier Guillaume de Rochefort le dira explicitement en présence du roi Charles VIII lors des (...)
  • 83 « Et ainsi briefment se puet dire de tous les membres a bon gouvernement. Il n’est pas expedient qu (...)
  • 84 « chascune dez chosez a ce qu’il luy appartient, est en son droict lieu », in Jean Gerson, « Vive l (...)

30Cette description méticuleuse du corps politique imaginaire de la tête au pied a été la cause de nombreuses interprétations au Moyen Âge. Jean de Salisbury insiste sur la nécessité d’une hiérarchie rigide du corps. Il faut déterminer qui règne sur qui et qui commande, car un corps sans « chief » est un corps voué à la perdition77. Pour d’autres, la métaphore du corps convoque plutôt l’idée de solidarité et de responsabilité mutuelle. En effet l’image du corps souligne tout autant l’interdépendance des organes, car la tête demeure liée aux membres inférieurs pour agir et se déplacer. En d'autres termes, à quoi bon avoir la tête sur les épaules si on ne peut tenir sur ses jambes. Un corps sans pied ne pourrait se tenir debout et se déplacer, soulignera plus tard Christine de Pizan dans le Livre du corps de policie (c. 1407)78. Mais le débat ne concerne pas uniquement la juste disposition, la hiérarchie des organes et le rôle respectif de chaque partie du corps79, il touche également les difficultés du traitement du corps malade frappé par une corruption infectieuse. Jean va jusqu’à défendre le tyrannicide pour sauver le corps commun d’un mauvais chef. En cas de contamination du « chief », le plus logique serait encore de trancher la tête au roi pour empêcher le corps d’être contaminé !80 Cette méthode pour le moins radicale a laissé sceptique un penseur comme Jean Gerson (1363-1429) qui s’élève contre les idées que ces mutilations chirurgicales véhiculent. Même dans le cas de la tyrannie, Gerson préfère des médecines plus douces que l’amputation, arguant que le remède peut parfois s’avérer pire que la maladie même : « la medecine desmesuree greve plus que la principale maladie »81. Du reste, comment concevoir un corps sans tête ?82 Ou même un corps sans ventre ? Et comment imaginer le déplacement interne des organes ? La mobilité sociale n’est pas concevable. Philippe de Mézières (1327-1405) est très clair à ce sujet, on n’imagine pas un pied à la place de la main83. Pour Gerson il en est de même, il est impératif que « chascune dez chosez a ce qu’il luy appartient, est en son droict lieu »84.

  • 85 Voir en particulier Le Goff, « Head or Heart ? », op. cit., et Shogimen, « Head or Heart ? », op. c (...)

31La question qui préoccupe principalement les successeurs de Jean de Salisbury est donc celle de la juste localisation de l’autorité politique suprême. Faudrait-elle la placer dans la tête ou dans le cœur ? Ce débat se greffe sur les divergences des théories d'Aristote et de Galien. Aristote et son école maintiennent que le cœur est au centre des facultés de l’âme, alors que Galien et ses disciples affirment que le cerveau (ou l’esprit) contrôle les fluides qui régissent le corps85. Il en découle une controverse politique qui soulève le problème épineux de deux sources d’autorité rivales, soit la place du clergé et de l’Église dans le cadre symbolique du corps social. Mais pour Nicole Oresme (c. 1320-1382) le véritable débat est autre. Il soulève des considérations économiques inédites et traite des causes et remèdes des malformations politiques. Si pour Jean de Salisbury le corps organique pouvait être disséqué, le traitement et la guérison devaient nécessairement passer par la chirurgie : on ampute l’élément affecté et le corps est sauvé. Pour Nicole Oresme la perspective économique impose au problème étiologique des réponses plus complexes et bien différentes. L’amputation n’a pas de prise si la société est un marché où les richesses, comme les humeurs, circulent.

Étiologie d’un déséquilibre

  • 86 Proposons la traduction suivante : « Ainsi donc le corps est mal disposé lorsque les humeurs circul (...)
  • 87 Oresme, De Moneta, op. cit., 44 : « Communitas namque uel regnum, cuius principantes in comparacion (...)

32Si on tient compte du fait que la théorie des quatre humeurs date de l’Antiquité on doit s’étonner du fait que l’alternative physiologique émerge si tardivement. À notre avis, l’apparition du corps humoral dans le discours politique français doit être créditée à Nicole Oresme. Dans son traité De Moneta, composé à la demande du roi Charles V en 1356, Oresme livre une analyse économique pionnière et inclut des images d’un corps déformé et en désordre, c’est un corps composé d’humeurs. Il écrit : « Sicut ergo corpus male disponitur, quando humores excessiue fluunt ad unum eius membrum »86 Pour Oresme, le déséquilibre humoral est caractérisé par un corps partiellement dilaté d’un côté, et rachitique de l’autre. Pourquoi ce corps est-il disproportionné et bancal ? La réponse d’Oresme est immédiate: le fait que les richesses et le pouvoir se logent tous du même côté mènent à un organisme monstrueux. Il ressemble à un homme dont la tête deviendrait si grosse et si lourde que le reste du corps ne pourrait la soutenir87. Oresme blâme tout particulièrement les impôts, la dévaluation de la monnaie et les préjudices causés aux plus démunis. Cette image expressive fait appel aux humeurs. C’est l’analyse économique pionnière qui fait qu’Oresme s’écarte du discours dominant et de l’image organique habituelle.

  • 88 Maistre Nicole Oresme, Le Livre de Politiques d'Aristote, published from the Text of the Avranches (...)
  • 89 Un autre exemple intéressant est celui de Pierre Choinet qui dans le Livre des trois âges accorde l (...)
  • 90 Kaye, The History of Balance 1250-1375, op. cit., en particulier le chapitre 7, consacré à Oresme, (...)

33Dans la mesure où la justice est affaire de circulation et de distribution, c’est le corps humoral qui exprime le mieux sa vision. Un corps qui ne reflète plus uniquement les classes sociales mais également les fluctuations et les aléas du marché. Même dans sa traduction des Politiques d’Aristote, où Oresme cite Salisbury, il parle à nouveau d’humeurs ou d’un corps « mal disposé quant .i. des membres attrait a soy trop du nourrissement et des humeurs… »88. Il faut comprendre que la société est bien à mal lorsque les élites cumulent aux dépens des autres. Et pourtant la position d’Oresme n’est évidemment pas égalitariste. Chaque partie du corps a besoin d’être nourrie différemment89. De surcroit l’activité humorale suppose la fluctuation des humeurs car elle est vitale à l’organisme. Le défi du politique est de garantir le bon équilibre entre les mouvements des quatre humeurs et la distribution des nourritures (c'est-à-dire des ressources et des richesses). Mais en adoptant les humeurs, Oresme introduit la mobilité dans le paradigme du corps social. Par conséquence, la restauration de la justice ne sera pas chirurgicale, mais affrontera les infections contagieuses et les déséquilibres nocifs par un mouvement de contrepoids qui restaurerait la proportionnalité et l’harmonie. Car il n’est pas question de renoncer à la concorde et à l’harmonie, il n’est pas question de répudier l’ordre et la justice, mais de traquer l’étiologie du déséquilibre. La question est désormais l’orchestration des humeurs contraires, et c’est à ce dessein qu’Oresme apporte une nouvelle conception de l’équilibre et une nouvelle vision du corps social90.

  • 91 En sus de Kaye, The History of Balance, op. cit., voir Danilo Capecchi, The Problem of the Motion o (...)
  • 92 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 279-280.
  • 93 Voir Anthony Parel, Machiavellian Cosmos, New Haven, Yale University Press, 1992 et Markus Fischer,(...)

34Ce qui est remarquable dans ce tournant épistémique91, c’est que la stabilité et la sécurité sont désormais comprises comme des mouvements dynamiques. Le désir de justice ne se résume pas à une aspiration à la stabilité. Une place est désormais faite au changement et au mouvement, car le retour à l’équilibre s’obtient par le contrepoids. Comme tout mouvement nécessite un autre mouvement en compensation, l’équilibre est par essence perpétuellement en mouvement. L’équilibre et la stabilité ne sont donc plus le fruit de l’immobilisme mais de la restauration perpétuelle de l’harmonie originelle. La durabilité est ainsi le fruit d’une action continue. C’est un peu ce qu’a montré Claude Lévi-Strauss lorsqu’il a décrit les sociétés froides92. C’est aussi ce qu’a maintenu Niccolò Machiavelli lorsqu’il suggère qu’il faut que le peuple pèse de tout son poids contre les grands, pour faire contrepartie à l’avidité des élites93. À maints égards, Oresme propose une vision similaire de la justice sociale, dans un mouvement continu de contrebalancement.

  • 94 On peut se référer à Nicole Oresme, Questiones super physicam (books I-VII), Stefano Caroti (éd.), (...)

35En introduisant les humeurs dans son modèle, Oresme défend l’idée qu’il faut se dresser face à l’avidité des riches et à l’accumulation maladive des richesses. Ses écrits précèdent certainement l’invention du mot esmotion, mais ils préparent l’idée que le déséquilibre social est causé par la place disproportionnée d’un groupe social au détriment d’un autre. Il n'est pas sans intérêt de rappeler que dans ses écrits scientifiques Oresme explorera la notion même de mouvement94. Le déséquilibre est donc causé par le déplacement hors de ses limites d’un groupe social : exmovere. Le mot « émotion » désigne comme on l’a vu un soulèvement populaire. Mais en réalité, les penseurs politiques du xve siècle se divisent sur les causes et la nature de la transgression des limites sociales. Est-elle causée par les pauvres qui cherchent à s’infiltrer au sein des élites, et se soulèvent contre les nobles ? Ou bien cette transgression est causée par l’accumulation des richesses qui mène les écarts sociaux à leur paroxysme ? En d’autres termes faut-il blâmer les pieds de vouloir se hisser à la tête, ou la tête de ne pas venir au secours des pieds ? Faut-il favoriser les mouvements des talentueux du bas en haut, et la redistribution des richesses du haut en bas, ou faut-il préférer une immobilité immuable et ferme ? Le mot « émotion » et ses tons péjoratifs semble trancher, mais la polémique demeure entière.

Une politique diététique

  • 95 Marilyn Nicoud, Les Régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale ((...)
  • 96 Voir Danielle Jacquart, La Médecine médiévale, op. cit., en particulier « Un siècle d'épidémies », (...)
  • 97 Voir Nicole Oresme, De visione stellarum (On Seeing the Stars) A Critical Edition of Oresme's Treat (...)

36Le discours politique sur les pathologies du corps social s’écrit en parallèle au discours médical. Marilyn Nicoud a montré le renouveau au Moyen Âge d’un courant sur les « régimes de santé » qu’elle nomme médecine préventive ou diététique95. Ce courant illustre un regain d’intérêt pour une médecine préventive qui s'appuie sur la nécessité de traitements lents, de la restauration de l’équilibre humoral, de la régulation de mesures sanitaires, de l’exercice physique et d'un éventuel régime diététique ou culinaire adapté. De telles mesures préventives se font l'écho d'une période durement frappée par les épidémies et les phénomènes de contagion96. Une telle approche englobe le rôle des astres et du climat puisqu’on pense que les saisons et la qualité de l'air affectent les humeurs, et que le macrocosme agit sur le microcosme. L'histoire de la notion d'équilibre proposée par Joel Kaye nous permet de mettre en correspondance le caractère dynamique de l'équilibre humoral avec celui que produit le mouvement des astres97. L’idée que la contrebalance restaure l’harmonie est au cœur de ces observations thérapeutiques ou astronomiques. Mais il ne faut pas négliger l'aspect politique de ces correspondances. La résonance de ces théories dans le discours politique nous mène en effet à parler d'une pensée politique « diététique » ou préventive puisqu'il est question de maintenir la paix et la justice sociale, un discours sur l'équité qui va de pair avec une nouvelle vision du corps « physiologique » ou « humoral » qu'il faut réguler par un régime préventif, un régime politique « équilibré » et « tempéré ». À notre avis, c'est Nicole Oresme qui inaugure ce discours « diététique ».

Le corps physiologique

37La théorie des humeurs est ancestrale, et pourtant le discours politique ne semble pas avoir conçu de corps politique physiologique avant Oresme. La raison pour laquelle les humeurs n’entrent pas le champ politique avant Oresme s’explique par le fait qu’Oresme est le premier a véritablement placer le marché (et les activités monétaires) au cœur de la vie sociale. Il ne s'agit plus seulement pour lui de brosser l'image d'une société par le corps, il lui faut décrire la circulation des marchandises et des monnaies, c'est sans doute la raison pour laquelle dans le De Moneta il fait le choix de parler d'un corps fait d'humeurs.

  • 98 « Cité ne s'est pas faicte de gens qui sunt semblables », Le Livre de Politiques d'Aristote, op. ci (...)
  • 99 « les offices publiques que il appelle princeys, comme parlement ou autre court ou la chambre des c (...)
  • 100 Nicole Oresme, Le Livre de Ethiques d’Aristote, in Albert Douglas Menut (éd.), New York, 1940, p. 4 (...)
  • 101 Oresme, Le Livre de Ethiques, op. cit., p. 418.

38De surcroît, pour Oresme la pluralité des humeurs est partie intégrante de la bonne « police ». Oresme, dans ses gloses sur les Politiques d’Aristote, souligne que la cité est faite de gens dissemblables98, c'est-à-dire qu’il y a des riches et des pauvres, des nobles et des non-nobles99. Dans sa traduction des Éthiques d’Aristote, Oresme rappelle une règle médicale qui a une résonnance politique remarquable puisqu’il s’agit du principe selon lequel l’opposition est la clé de la santé. La science médicale dès Hippocrate maintient en effet que les maladies sont traitées par leur contraires : « Aussi comme les medicins dient que les maladies sont gueries par leur contraire, contraria contrariis curantur »100. La santé est donc une question d’équilibre immunitaire. De même que Oresme affirme que « le riche est utile au povre »101, de même la société équilibrée et immune doit être fondée sur des éléments contraires.

  • 102 « ut enim in fidibus aut tibiis atque ut in cantu ipso ac vocibus concentus est quidam tenendus ex (...)
  • 103 Francesco Borghesi, « For the Good of All : Notes on the Idea of concordia during the Late Middle A (...)

39La capacité de mélanger ensemble le dissemblable, le différent et même l’opposé est au cœur de la société juste selon Oresme. Le génie politique est donc de faire émerger la concorde en dépit des oppositions, l’équilibre en dépit des divisions. Cette leçon extraordinaire n’est pourtant pas aussi neuve qu’elle ne semble. L’idée cicéronienne d’harmonie musicale le prouve facilement102. L’harmonie émerge de la différence des notes, la polyphonie même peut être harmonieuse. Toutefois la tradition médiévale du principe de concorde (concordia) stipule que la soumission du peuple est nécessaire au nom de l’harmonie et de l’unité103. La fidélité au pouvoir est garante de la concorde et de la paix. Dans ce cas-là, toute divergence et opposition est perçue comme discordance. Tout soulèvement est par définition cacophonique.

  • 104 Oresme, De Moneta, op. cit., p. 44, « equalitas possessionum uel potencie non conuenit nec consonat (...)
  • 105 Comparer avec ses interrogations sur l'équilibre dans Quaestiones super de generatione et corruptio (...)

40L’image des humeurs permet de faire un portrait accablant de l’injustice sociale et de ses effets néfastes, et en plus permet de faire allusion à l’idée inouïe que la résistance est saine. Lorsqu’Oresme traite de la question des écarts sociaux et de l’inégalité entre les parties du corps social, il exige une meilleure distribution des ressources du corps104. Dans cette perspective la dissension n’est pas une révolte ou une infidélité, mais bien la fièvre qui vient prévenir le corps de la maladie qui menace. Oresme déclare que l’égalité de pouvoir et de ressources n’est pas désirable dans toutes les parties de la communauté : il s’oppose à une vision égalitaire, mais cela ne l’empêche pas à en appeler à davantage d’égalité car une trop grande disparité menace de faire sombrer et gâter l’harmonie générale105. L’immunité du système s’appuie sur la diversité des humeurs, car tant que la disparité est maintenue en bon équilibre, le système de contrepoids est assuré. Lorsque la famine, les guerres civiles, les échecs politiques dominent le discours politique de la France du xve siècle, les idées d’Oresme sur la justice sociale et la dévaluation des monnaies sont reprises pour dénoncer l’avarice des élites françaises qui causent bien des souffrances au pays. Les successeurs de Nicole Oresme n’oublient pas cette leçon.

  • 106 Christine de Pizan parle de « ventre, jambes et piez », dans Le Livre du corps de policie, op. cit.(...)
  • 107 Gerson, « Vive le roy », op. cit., p. 1156, et également p. 1168-1180 sur la servitude et la domina (...)
  • 108 Ibid, p. 1150. Gerson cite une maxime de Claudien empruntée au Panégyrique sur le quatrième consula (...)
  • 109 Ibid., p. 1150-1151.
  • 110 Ibid., p. 1166-1167, également « tirannie est le venin et la poison et la maladie qui met a mort to (...)
  • 111 « sansuez affameez qui la succent tout », Ibid., p. 1175-1176. Comparez avec les sangsues chez Clau (...)
  • 112 Gerson, « Vive le roy », op. cit., p. 1146.
  • 113 Ernst Kantorowicz, The King’s Two Bodies. A Study in Mediaeval Political Theology, Princeton, Princ (...)

41La pérennité du discours humoral d'Oresme ne fait doute même s'il demeure souvent aux côtés de la métaphore du corps politique organique. Christine de Pizan, par exemple, fait un usage assez important de la métaphore du corps organique, mais elle se réfère aux humeurs lorsqu’elle compare la France à un corps vidé de son sang106. L'image qu'elle suggère est celle d’un pays anémique ruiné par les taxes. Pour sa part, Jean Gerson adopte les images d’Oresme lorsqu’il insiste que les princes et la noblesse ne sont pas les seuls détenteurs du pouvoir et des richesses : « Il s’en ensuyt tel inconvenient comme se le chief vouloit attraire a soy tout le sang, l’humeur et la substance des aultrez membre »107. Cependant Gerson est ambivalent par rapport à la mobilité contraire des humeurs, la menace de l'anarchie et du renversement de l'ordre est très vivace pour Gerson. Lorsqu’il touche la question des écarts sociaux et des inégalités, il implore le roi de rester immuable en signe de tempérance et modération. Gerson insiste sur le fait que le roi doit impérativement rester immobile. Puisqu'il figure la société « Le roy doibt estre assis : sedet… Le roy doibt estre ou throne : in throno… Il ne se doibt mouvoir »108. Pour Gerson il faut fermement maintenir les éléments hiérarchiques du cosmos et de la société, l'équilibre social en dépend. Il ajoute que les vices infectent de façon indiscriminée l’ensemble des trois états, ils déstabilisent la totalité de l'édifice social. Le bon rétablissement n’est donc possible que si le roi est équitable et se garde de céder à la flatterie109, car aussitôt que les flatteurs contaminent la tête, le corps entier succombe comme si la tête n’avait plus ni yeux, ni oreilles, ni nez. « Le chief en ung corps sans yeulz, sans oreillez et sans nez », un « corps sans cueur » « sans bras »110. Gerson parle longuement de la contamination des yeux et du regard royal, et la façon dont le sang est infecté par des parasites qui comme des sangsues affamées suçent tout111. Le roi bien entendu devrait pouvoir discerner la détresse de son peuple, c’est pourquoi la réformation de l’état doit être prise en charge par les prédicateurs, car ce sont eux qui ouvrent les yeux du roi, et lui enseignent la solidarité des hauts et des bas. Ce qui est frappant dans la description de Gerson, c'est que le poids de la responsabilité est entièrement mis sur le roi, il ne blâme que la tête et tout repose sur la bienveillance et la perspicacité royale. Malgré l'insistance de Gerson à affirmer et justifier la prédominance de la tête et la hiérarchie du corps, il souligne la mutualité des élites et du peuple, et plus curieusement avance l'idée d'une (triple) vie royale qui est entièrement inspirée du modèle humoral. En effet, selon Gerson, la vie du roi est faite de « chaut, froit, moiteur et secheur »112, et non de (deux) corps113. La vie du roi est donc sujette aux influence des humeurs, de sorte qu'en définitive on a un entrelacement deux modèles, c’est-à-dire à la fois des éléments physiologiques et à la fois des éléments organicistes.

  • 114 Juvénal des Ursins, « La deliberacion faicte a Tours », in P. S. Lewis (éd.), Écrits politiques de (...)
  • 115 Juvénal des Ursins, « La deliberacion faicte a Tours », op. cit., p. 446. Juvénal des Ursins parle (...)
  • 116 Ibid., p. 444 cité par Lydwine Scordia, Le roi doit vivre du sien, la théorie de l’impôt en France (...)
  • 117 Jerah Johnson, « The Money Blood Metaphor », The Journal of Finance, vol. 21, no 1, 1966, p. 119-12 (...)
  • 118 Le Livre de la paix of Christine de Pizan, op. cit., p. 153.

42Chez Jean Juvénal des Ursins (1388-1473) les écarts sociaux et la cécité royale sont également dénoncés. Juvénal des Ursins implore le roi de soigner la fièvre car l’oppression des pauvres cause « grant povreté, destruction et misere »114. Pour Juvénal des Ursins les signes de l’agonie sont tous là : démembrement, « les members se separent du chief » ; fièvre, « une chaude fievre » ; et anémie « la creature humaine est estrencé de sanc ». Selon Juvénal des Ursins, les gages et les pensions mènent à « widange de sanc »115 et « Le sanc de la chose publicque d'ung royaume, c'est l'or et l'argent »116. Le remède (« [le roy] doit telement mettre remede ») doit commencer par l’enrichissement des pauvres, car l’amélioration de leur état ne peut par principe causer de dommages au roi, en effet le roi n’en serait pas appauvri, bien au contraire, cela lui permettrait de régner sur un peuple moins indigent qui « pouront estre riches et avoir argent et tresors ». Mais Juvénal des Ursins ne soutient pas pour autant la mobilité sociale ou ne remet en cause la légitimité des taxes, il se limite à la complainte de la détresse du peuple. Il utilise l’image intéressante du corps vidé de sang, où le sang symbolise ici évidemment les taxes et l’argent qui irriguent le marché et la société117. Cette même vision du corps vidé de son sang, déjà présente chez Christine de Pizan118, le sera encore en 1484 dans le chapitre des communs du cahier des États dans le Journal de Jehan de Masselin :

  • 119 Journal des états généraux, op. cit., p. 669.

Ce royaume a present comme ung corps qui a esté evacué de son sang par diverses seignées, et tellement que tous ses membres sont vuydez. Et comme ainsi soit que le sang est le soustenement de la vie corporelle, aussi sont les finances du royaume le soustenement de la chose publique119

  • 120 Ibid., p. 675.

43Le chapitre des communs de 1484 blâme de façon précise le clergé, les guerres et les taxes « charges mortelles et pestiferes »120, il exige un système financier plus équilibré et un soulagement des pauvres. Ce trop bref exposé de textes montre que l’imaginaire physiologique ne s’installe pas aux dépens de l’image organique plus rigide. Paradoxalement, chez Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean Juvénal des Ursins et Jehan Masselin les deux imaginaires cohabitent. Ce n’est pas le cas pour Claude de Seyssel.

Vers un corps liquide: comment favoriser la mobilité sociale

  • 121 Soulignons le parallèle avec Machiavel

44Claude de Seyssel est l’un des rares ou peut être le seul écrivain français à épouser un modèle exclusivement humoral121. Son chef d’œuvre la Monarchie de France composée en 1515 adopte une attitude dramatiquement nouvelle face à l’idée de mobilité sociale. Seyssel conçoit des « corps mystiques » constitués de « quatre éléments et humeurs contraires » :

  • 122 Seyssel, La Monarchie de France, op. cit., première partie, chap. iii, p. 108.

ce qu’il n’est aucune chose sous le ciel perpétuelle, ains tout ce qu’a commencement, faut qu’il prenne fin, et mesmes ces corps mystiques qui sont à la semblance des corps matériels humains – lesquels (pour autant qu’ils sont créés et composés de quatre éléments et humeurs contraires) […]122

  • 123 « jaçoit que par aucun temps se puissent entretenir et conserver en vie (à savoir tant que lesdites (...)

45Les humeurs sont nécessairement et inexorablement contraires. Le devoir principal de l’État est de conserver les quatre humeurs contradictoires en harmonie, mais cela ne signifie nullement que tout doit être maintenu dans l’immobilité, bien au contraire : chez Seyssel, s’il n’y pas de croissance, alors il y a forcément déclin. Tout est constamment en mouvement, donc si le corps ne se développe pas, il est en chute. De telles observations font d’un côté écho avec l’obsession aristotélicienne de traquer les facteurs de décadence, et de l’autre reprennent les inquiétudes du siècle précédent pour les causes de discordes, de corruption et de dysfonctionnement. Pour Seyssel, face au vieillissement inévitable du corps, il n’y a que le développement qui puisse maintenir et stimuler la vie. Le corps ne peut constamment être en croissance, mais seule la croissance l’éloigne du déclin inéluctable123. Munis de telles prémisses, Seyssel remet en cause la charité et la bienfaisance comme remèdes au déséquilibre humoral. Pour Seyssel, le devoir du roi n’est pas d’apaiser la souffrance du peuple de manière ponctuelle, mais il doit activement promouvoir la croissance (économique et territoriale) du corps social. On pourrait presque parler de théorie pré-capitaliste, faisant de l’expansion la clé de la justice sociale et du développement. Dans ce cadre de pensée, la mobilité est essentielle, car elle est le moteur de l’essor et du progrès social :

  • 124 Ibid., seconde partie, chap. xv, p. 165-166.

Et quand quelqu’un en y a qui s’adonne à la vertu en l’un desdits exercices, l’aider et favoriser selon qu’il vaut et veut valoir, pour donner courage aux autres d’ensuivre celui-là, espérant parvenir à ce qu’il est parvenu: qui est le vrai éperon qui fait toutes sortes de gens courir à la voie de vertu. Et un seul qui est élevé par ce moyen en fait courir dix mille, comme l’on voit par expérience tous les jours et est écrit en mille lieux […] bien doit le Prince et Monarque tâcher par tous les moyens qu’il peut […] de donner appétit à ses sujets de toutes sortes de travailler pour acquérir icelle vertu, soit de Science ou d’Art militaire (qui sont les deux principales) ou d’autres exercice industrieux, comme Marchandise, Navigage, Pratique ou autre semblable124.

  • 125 Ibid., première partie, chap. xvii, p. 125.
  • 126 Ibid., seconde partie, chap. xvii, p. 154-155.

46Seyssel présume que chaque homme a pour espoir d’améliorer son statut social, et il consacre un chapitre entier au devoir politique de garantir une telle aspiration si elle est justifiée par les mérites et vertus. Le chapitre dix-sept du premier livre en dit long « comme l’on vient du tiers Etat au second et du second au premier »125. Pour Seyssel, le devoir du roi ne peut se résumer à la charité, au contraire, il faut faciliter la promotion sociale du plus méritant. Cette idéologie méritocratique vient concurrencer l’idée que la justice est obtenue lorsque chacun reçoit son dû selon son état, avec l’idée que chacun doit recevoir son dû selon ses prouesses. À en croire Seyssel la frustration et l’absence d’espoir causent en partie le déclin de la monarchie de France, qui succombe à la discorde et à la ruine d’un corps paralysé126. Les recommandations de Seyssel à François Ier auquel la Monarchie de France est dédicacé sont totalement inouïes. Le roi doit :

  • 127 Ibid., première partie, chap. xvii, p. 125.

donner courage et espérance à ceux d’icellui moyen Etat de parvenir (faisant choses vertueuses) audit Etat de Noblesse. Et pareillement à ceux de l’Etat populaire et infime, de parvenir au moyen, et par le moyen encores monter au premier […]127

47On pourrait rétorquer que le roi doit donner de l’espoir, et non pas les moyens d’une réelle ascension sociale, et pourtant il est clairement dit que l’on peut passer du tiers au second état et du second état au premier. L’esprit d’émulation et l’espoir éloignent chez Seyssel la maladie et la dégénération.

  • 128 Jean-Marie André, L'Otium dans la vie morale et intellectuelle romaine des origines à l'époque augu (...)
  • 129 Pour Jean Gerson, voir « Vive le roy », op. cit., p. 1156, p. 1170-1171, p. 1178-1179. Pour Christi (...)
  • 130 Pour la question de savoir si Seyssel décrit une réalité ou exprime un souhait est matière à débat, (...)
  • 131 Christine de Pizan, Le Livre du corps de policie, op. cit., troisième partie, chap. vi-vii, p. 100- (...)
  • 132 Ibid., troisième partie, chap. iii, p. 94-96.
  • 133 En plus de Dudash, « Christine de Pizan », op. cit., et Adams « The Political Significance », op. c (...)

48Si le corps organique avait besoin d’articuler les relations du haut et du bas, le corps physiologique, lui, a besoin de la flexibilité et de bonne circulation des humeurs. Le fait que le concept de mutation soit encore associé au lexique seysselien de roture, confusion, dissolution ne contredit en rien le fait que la maladie soit aggravée par l’inertie. La bonne santé repose sur la croissance et la mobilité. Negotium et croissance sont en effet au cœur du projet seysselien, la notion d’otium et de léthargie deviennent chez lui synonymes de corruption et mort128. Il est évident que Claude de Seyssel n’est pas moins inquiet des écarts sociaux que ses prédécesseurs129, mais il professe une thérapie très différente130. Ce que les auteurs du xve siècle espéraient obtenir, de façon générale, c’est qu’un accru de justice permette d’éviter les insurrections du peuple131. Ils faisaient appel au peuple pour que celui-ci continue de payer ses impôts et demeurer fidèle, avec le seul espoir que le prince un jour leur donne une bonne raison de lui avoir donné leur confiance132. Il fallait soutenir le prince, car il était vertueux par définition133. Une telle attitude axiomatique était ancrée dans l’idée que la tyrannie était préférable à la sédition. C’est en ceci que Seyssel se distingue de ses prédécesseurs, car il demande sans ambigüité à François Ier de soulager le peuple en baissant les impôts, de réprimer l’insolence des élites avec une justice plus efficace et finalement de promouvoir les libertés du peuple en dégageant certaines voies à l’ascension sociale. Le mouvement ne l'inquiète plus, au contraire, il prône la mobilité sociale :

  • 134 Seyssel, La Monarchie de France, op. cit., seconde partie, chapitres xxiii-xxv, p. 163-165.

Quant au Peuple menu, il y a trois choses principales pour le conserver […] le premier est que le Prince doit avoir regard à moins fouler icelui peuple qu’il peut […] Le second point est qu’icelui Peuple soit entretenu en bonne Justice, tellement que ceux des autres deux Etats ne le puissent opprimer ni outrager […] le troisième point est d’entretenir icelui peuple en ses libertés et franchises de pouvoir faire tous exercices à lui non prohibés et mêmes par lesquels il peut parvenir à plus haut degré dont j’ai dise, la Science et Littérature et la Gendarmerie selon son Etat […]134

49La fluidité ou la transgression des frontières ne sont plus causes d’anxiété dans l’utopie seysselienne. Dans son diagnostic politique, Seyssel propose de comprendre l’étiologie du déséquilibre humoral comme le fruit des injustices sociales croissantes et de l’infiltration d’hommes non méritants au rang des élites. Seyssel préconise une cure sans précédents: pour combattre la corruption des élites il faut précisément réduire les obstacles à la mobilité sociale, encourager les ambitions et consacrer les vrais talents. Il s’agit de faciliter la mobilité sociale dans une perspective méritocratique.

  • 135 Michèle Clément défend l’argument d’un Seyssel pré-capitaliste dans « Penser l’ordre social (1515-1 (...)

50Alors qu’Oresme illustrait un déplacement de l’imaginaire du corps d’un modèle stable à un modèle équilibré, Seyssel opère un déplacement supplémentaire qui mène de l’équilibre à la croissance. Si pour Oresme, l’augmentation d’une partie est toujours au détriment d’une autre, pour Seyssel au contraire l’augmentation d’une partie ne peut que profiter à l’autre, car toutes jouissent du développement135. On conclura que si Oresme a été le pionner d’un modèle physiologique, Seyssel, plus d’un siècle plus tard, le mènera à son point le plus radical.

Conclusion

Émotion : stabilité contre mobilité

51En conclusion, le mot esmotion qu’on a trouvé pour la première fois en 1429, s’invente alors que la société fait face aux revers militaires de la guerre de Cent Ans et aux défis économiques et politiques qui menacent le royaume tout au long du règne de Charles VI. Le mot « émotion », fait référence au contexte instable du moment, mais également au changement en cours de l’imaginaire politique du corps social. Esmotion désigne un soulèvement populaire, une transformation volontaire qui mène à un déséquilibre. Le mot exprime la peur de la confusion, l’angoisse face à un peuple qui se déplacerait hors des digues de la hiérarchie sociale pour prendre la place des élites, comme une humeur qui au lieu d’être retenue par une autre, se dresserait comme une vague qui menacerait de tout submerger et tout faire basculer. Derrière l’angoisse des esmotions envahissantes du peuple, il y a l’émergence de nouvelles classes et les bouleversements de l’ordre social qui en résultent. Cependant ce ne sont pas ces changements sociaux qui mènent au paradigme physiologique, ni les conceptions d'une médecine préventive mais l’idée de Nicole Oresme que le marché est au cœur du social, que la circulation des ressources est le baromètre d'un régime tempéré. Avec Oresme débute une polémique sur les conséquences et les traitements de ces bouleversements économiques et sociaux. Comme on l’a montré, les discours médicaux et politiques s’entrecroisent pour réfléchir sur les oppositions et les écarts sociaux et soulever la validité de l’ascension sociale. Il ne fait pas de doute que le mot « émotion » conserve tout au long de son premier siècle une connotation péjorative : la mobilité des masses est toujours inquiétante, même si certains auteurs comme Claude de Seyssel ne semblent pas souscrire à ces angoisses.

  • 136 Kristen B. Neuschel, Word of Honor. Interpreting Noble Culture in Sixteenth Century France, Ithaca, (...)
  • 137 Michel de Montaigne, Essais Livre III, Alexandre Micha (éd.), Paris, Garnier-Flammarion, collection (...)

52Toutefois, c’est bien la peur de la contagion qui fait reculer les contemporains de Seyssel face aux idées de promotion sociale. Le xvie siècle renouera avec l’opinion que les clôtures sociales sont essentielles à la préservation de la nobilitas, et forgera un nouveau discours qui justifiera l’exclusivité raciale et les privilèges et discriminations aristocratiques136. Michel de Montaigne avec qui nous avons ouvert notre enquête affirme sans fard « Nulle durée de temps, nulle faveur de prince, nul office ou vertu ou richesse peut faire qu’un roturier devienne noble »137. Selon David Parker cette phobie commence à envahir toute la noblesse :

  • 138 David Parker, Class and State in Ancien Régime France. The Road to Modernity, London, Routledge, 19 (...)

Il y avait un sentiment largement partagé par la noblesse que l’ordre traditionnel était subverti par des parvenus nouveaux riches, que la vertu avait été remplacée par l’argent, et que la bravoure et l’honneur n’étaient plus reconnus. Ce sentiment allait de pair avec la conviction sinistre que le régime politique était remanié aux dépens de nobles138.

  • 139 Penny Roberts, « The Kingdom's Two Bodies ? Corporeal Rhetoric and Royal Authority During the Relig (...)

53Les guerres de religion n’ont fait qu’exacerber et intensifier la myopie sociale et l’hystérie décrites par Parker. Les discours des Huguenots et des Catholiques sont à leurs tours saturés par une invasion massive de la métaphore de la maladie causée par les humeurs contraires et l’infection putride des hérésies139. Ces humeurs contraires n’ont pas de lien avec la diversité naturelle et saine qu’Oresme vantait, ni avec le flux que célébrait Seyssel. C’était une condamnation ferme de la discorde comme plaie mortelle, et du mouvement comme transgression.

54L’émotion est pour longtemps encore dangereuse et séditieuse, mais elle se retire au courant du xvie et xviie siècle de la sphère du politique pour s’installer dans celle de l’intériorité du moi. L’esmotion ne conserve plus alors ses connotations politiques. La peur du déséquilibre et de l’instabilité fait désormais référence à l’excès de sensibilité. Le caractère émotionnel n’est plus lié au peuple instable, il sera plutôt associé au féminin, à l’hypersensible ou à l’immature qui menacent toujours de transgresser leurs limites et agir à l’encontre du bon sens. Ce n’est plus tant les écarts sociaux qu’on craint que les victoires de l’appétit et de la passion sur la raison. Comme le corps déséquilibré d’Oresme était monstrueux, de même la société des vices et des péchés est difforme, face à la rationalité qui est ordonnée et stable. Montaigne, qui évoquait les « émotions » de Catilina, annonce parfaitement une nouvelle littérature introspective qui explore justement ces sentiments et ces émotions intérieures.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Jan Plamper, The History of Emotions, Oxford, Oxford University Press, 2015, traduction de l’allemand par Keith Tribe, en particulier « What is emotion », p. 9-25. Également Susan J. Matt et Peter N. Stearns (éd.), Doing Emotions History, Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 2014.

2 Peter N. Stearns et Carol Z. Stearns, « Emotionology : Clarifying the History of Emotions and Emotional Standards », The American Historical Review, vol. 90, no 4, 1985, p. 813-836.

3 Jesse Prinz, The Emotional Construction of Morals, Oxford, Oxford University Press, 2007.

4 William M. Reddy, The Navigation of Feeling. A Framework for the History of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2001. Une traduction en français est annoncée La Navigation du sentiment - Un cadre pour l’histoire des émotions (1700-1850), Dijon, Presses du Réel.

5 Barbara H. Rosenwein, Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 2006. Voir aussi Barbara H. Rosenwein, « Les communautés émotionnelles et le corps », Médiévales, 61, 2011, p. 55-76 et Damien Boquet, « Le concept de communauté émotionnelle selon B. H. Rosenwein », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, BUCEMA, Hors-série 5, 2013, http://cem.revues.org/12535  ; DOI : 10.4000/cem.12535.

6 Voir Peter N. Stearns « Modern Patterns in Emotions History », Doing Emotions History, p. 17-40, et également Ute Frevert, Emotions in History : Lost and Found, The Natalie Zemon Davis Annual Lectures Series, Budapest, Central European University Press, 2011, qui adopte une perspective résolument tournée vers la période moderne.

7 Reddy, The Navigation of Feelings, op. cit. Pour une approche différente voir Sophie Wahnich, Les Émotions, la Révolution française et le présent : Exercices pratiques de conscience historique, Paris, éditions du C.N.R.S., 2009.

8 Thomas Dixon, From Passions to Emotions. The Creation of a Secular Psychological Category, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

9 Daniel M. Gross affirme que « early modern understanding of social passions was incapacitated by a radicalized late-modern active/passive dyad », The Secret History of Emotion. From Aristotle’s « Rhetoric » to Modern Brain Science, Chicago, The University of Chicago Press, 2006, p. xii-xiii.

10 Susan James, Passion and Action : The Emotions in Seventeenth Century Philosophy, Oxford, Oxford University Press, 1997.

11 En particulier dans René Descartes, Les Passions de l'âme, Paris, Flammarion, 1998, article 147.

12 Pour une réflexion sur la notion d’affectus voir Damien Boquet, « Les Mots avant les choses, mystique cistercienne et anthropologie historique de l’affectivité », in A. Dierkens et B. Beyet de Ryke (éd.), Mystique, la passion de l’Un. De l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque international de Bruxelles, 9-11 décembre 2004, Bruxelles, Éditions de l’université libre de Bruxelles, Problèmes d’histoire des religions, 2005, vol. 15, p. 109-119. Je tiens à remercier Damien Boquet qui m’a indiqué le lien suivant, où une version de l’article est consultable http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/78/90/pdf/Mystique_speculative_BOQUET.pdf.

13 Barbara H. Rosenwein, « Worrying about Emotions in History », American Historical Review, vol. 107, 2002, p. 821-245.

14 Damien Boquet et Piroska Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », Médiévales, 2011, p. 5-24 ; Politiques des émotions au Moyen Âge, sous la direction de Damien Boquet et Piroska Nagy, Florence, Sismel, Edizioni del Galluzzo, 2010 et Le Sujet des émotions au Moyen Âge, sous la direction de Damien Boquet et Piroska Nagy, Paris, Beauchesne, 2008, voir en particulier l’introduction « Pour une histoire des émotions. L’historien face aux questions contemporaines », p. 15-52. Il faut souligner leur nouvel ouvrage qui, hélas, n'a pu être consulté pour cet article, Damien Boquet et Piroska Nagy, Pour un sensible Moyen Âge. Une Histoire des émotions dans l'Occident médiéval, Paris, Seuil, 2015.

15 Boquet et Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », op. cit., p. 12.

16 Antonio R. Damasio, Descartes' Error : Emotion, Reason and the Human Brain, London, G. P. Putnam’s sons, 1994. En français traduit par Marcel Blanc, L'Erreur de Descartes : la raison des émotions, Paris, Odile Jacob,‎ 1995.

17 Na’ama Cohen-Hanegbi, Accidents of the Soul : Physicians and Confessors on the Conception and Treatment of Emotions in Italy and Spain, late 12th-15th centuries, thèse de doctorat, L’université hébraïque de Jérusalem, 2011, p. 29. Voir également les travaux d’Anita Guerreau-Jalabert, dont avant tout « Occident médiéval et pensée analogique : le sens de spiritus et caro », http://lamop.univ-paris1.fr/IMG/pdf/guerreau.pdf, Jérôme Baschet, « Âme et corps dans l’Occident médiéval : une dualité dynamique, entre pluralité et dualisme », Archives de Sciences Sociales des Religions 112, 2000, p. 5-30 ainsi que les travaux importants de Nancy Siraisi, en particulier, Taddeo Alderotti and His Pupils. Two Generations of Italian Medical Learning, Princeton, Princeton University Press, 1981, « Mind and Sense » p. 203-236.

18 Jacques Bos, « The Rise and Decline of Character : Humoral Psychology in Ancient and Early Modern Medical Theory », History of the Human Sciences, vol. 22, no 3, 2009, p. 29-50 ; Noga Arikha, Passions and Tempers. A History of the Humours, New York, Harper Perrenial, 2007 et Per Gunnar Ottosson, Scholastic Medicine and Philosophy. A Study of Commentaries of Galen’s Tegni (ca. 1300-1450), Napoli, Bibliopolis, 1984, p. 134-141.

19 Pour un exemple médiéval, voir Esther Cohen, « The Animated Pain of the Body », The American Historical Review, vol. 105, 1, 2000, p. 36-68 et Esther Cohen, The Modulated Scream : Pain in Late Medieval Culture, Chicago, The University of Chicago Press, 2010.

20 « the early history of emotion and the developments in its early modern meanings deserve closer attention », David Thorley, « Towards a History of Emotion, 1562-1660 », The Seventeenth Century, vol. 28, no 1-3, 2013, p. 3-19 (en particulier p. 4). J’aimerai remercier Otniel E. Dror qui m’a signalé cet article.

21 « A political agitation, a public commotion or uprising », D. Thorley, « Towards a History of Emotion », op. cit., p. 4

22 D. Thorley, « Towards a History of Emotion », op. cit., p. 4, quoique Flori dans sa traduction des Essais de Montaigne, « Of Sleeping » choisit le mot « commotion », voir The Essays of Michel de Montaigne done in English by John Florio Anno 1603 avec une introduction de George Saintsbury, livre I, London, by Val. Sims for Edward Blount dwelling in Paules churchyard [1603], 1892, p. 314.

23 « Emotion’s use in the second half of the sixteenth century seems to have been restricted to this political sense », Thorley, « Towards a History of Emotion », op. cit., p. 5.

24 Christine de Pizan, Le Livre du corps de policie, édition critique avec introduction, notes et glossaire par Angus J. Kennedy, Paris, Honoré Champion, 1998.

25 Alain Rey (éd.), Le Grand Robert de la langue française, Paris, Le Robert, 2001, 2nd éd., vol. 2, p. 2036.

26 Il faut citer Montaigne : « Encore avons nous dequoy le comparer au faict d'Alexandre, en ce grand et dangereux orage qui le menassoit par la sedition du Tribun Metellus voulant publier le decret du rappel de Pompeius dans la ville avecques son armée, lors de l'emotion de Catilina; auquel decret Caton seul insistoit, et en avoient eu Metellus et luy de grosses paroles et grands menasses au Senat », Montaigne, les Essais, Livre i, ch. 44 « Du Dormir », consulté dans l’édition électronique http://artflsrv02.uchicago.edu/cgi-bin/philologic/getobject.pl?c.0:2:44.montaigne.

27 The Essays of Michel de Montaigne done in English by John Florio, p. 314. Florio traduit ce passage par « commotion of Catiline » et non pas « emotion ». La fameuse traduction de M. A. Screech reprend le choix de Charles Cotton et traduit « émotion » par « conspiracy », voir Michel de Montaigne, The Complete Essays, translated by M. A. Screech, London, Penguin, 1991, book i, ch. 44, « On Sleep », p. 304.

28 La définition du mot émotion est la suivante: « d’après l’ancien et moyen français motion ‘mouvement’ », Alain Rey (éd.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2010, p. 732. Dans le Trésor de la Langue Française on trouve une référence à Georges Chastellain et à Jean Lemaire de Belges : « avant 1475 trouble moral », Georges Chastellain, Chronique, in M. le baron Kervyn de Lettenhove (éd.), Œuvres, Bruxelles, Heussner, 1863-1866, vol. 4, p. 224 ; 1512 « troubles, mouvements (d'une population ou lors d'une guerre) », Jean Lemaire de Belges, Illustrations de Gaule et Singularitez de Troyes, Livre ii, in Jean Auguste Stecher (éd.), Œuvres, Louvain, J. Lefever, 1882, t. 2, p. 107.

29 Voir par exemple un passage de sa Chronique dans J.- A.- C. Buchon (éd.), Choix de chroniques et mémoires sur l'histoire de France, Paris, C. Delagrave, 1884, vol. vi, Première partie, chapitre lxxii, p. 199.

30 À ma connaissance, seul le Oxford English Dictionary donne la date précise de 1429 avec la définition suivante : « civil unrest, public commotion ». Selon le Oxford English Dictionary les sens d’agitation de l’esprit et d’excitation de l’état mental apparaissent au milieu des années 1470, alors que le sens d’émotion comme sentiment ou passion n’émerge selon le dictionnaire qu’à la fin du XVIe siècle (1580). Voir l’édition numérique, http://www.oed.com/.

31 À propos de Cabaret d’Orville voir Françoise-Hazel-Marie Le Saux, « Cabaret d'Orville », Encyclopedia of the Medieval Chronicle, Brill Online, 2012. http://referenceworks.brillonline.com/entries/encyclopedia-of-the-medieval-chronicle/cabaret-dorville-SIM_01476 ; Voir également la notice « Jean Cabaret d’Orville », dans le Dictionnaire des Lettres Françaises. Le Moyen Âge, nouvelle édition Geneviève Hasenohr et Michel Zink (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1992, p. 758-759.

32 « Introduction », dans Chroniques du bon duc Loys, in A.M. Chazaud (éd), Paris, Librairie Renouard, H. Loones successeur, 1876. Les autres manuscrits sont à Paris et à Bruxelles. Les éditions datent respectivement de 1612, 1841 et celle que nous citons de 1876.

33 Gustave Schlumberger, Jean de Châteaumorand. Un des principaux héros français des arrière-croisades en Orient à la fin du XIVe siècle et à l’aurore du XVe, Paris, Société littéraire de France, 1919.

34 Raquel Homet, « Une conception politique nobiliaire au temps de la guerre de Cent Ans », Journal of Medieval History, vol. 15, no 4, 1989, p. 309-327 et Olivier Mattéoni, « Portrait du prince idéal et idéologie nobiliaire dans la Chronique du bon duc Loys de Bourbon (1429) », Studi francesi, vol. 39, 1994, p. 1-23.

35 La Chronique du bon roy Loys de Bourbon, op. cit., p. 266. Voir également Ibid, p. xxv.

36 La Chronique du bon roy Loys de Bourbon, op. cit., p. 266-268.

37 Ibid., p. 5, « en ce temps-là, le roi Charles de France qui vivait, fils du roi Jean mort en Angleterre, avait fort à faire dans son royaume, à cause des esmotions de certaines de ses villes, qu’on désignait comme Jacques et Maillet, et à cause du roi de Navarre et d’autres grandes compagnies qui lui étaient opposées ». Je remercie Laurent Vissière que j’ai consulté pour les traductions de ces passages de la Chronique. Les italiques ne sont pas dans l'original

38 Léon Mirot, Les Insurrections urbaines au début du règne de Charles VI (1380-1383) : leurs causes, leurs conséquences, Paris, A. Fontemoing, 1905 ; Michel Mollat et Philippe Wolf, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Calmann-Lévy, 1970 ; Bernard Chevalier, « Corporations, conflits politiques et paix sociale en France aux XIVe et XVe siècles », Revue Historique, t. 268, Fasc. 1/543, 1982, p. 17-44 ; Michael A. Mullett, Popular Culture and Popular Protest in Late Medieval and Early Modern Europe, London, Croom Helm, 1987 ; Samuel K. Cohn, Popular Protest in Late-Medieval Europe: Italy, France and Flanders Selected Sources, Manchester, Manchester University Press, 2004, et du même Lust for Liberty, The Politics of Social Revolt in Medieval Europe, 1200-1425, Cambridge, Harvard University Press, 2006. Voir également Monique Bourin, Giovanni Cherubini et Giuliano Pinto (éd.), Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento. Un confronto, Firenze, Firenze University Press, 2008, Biblioteca di storia, 6.

39 La Chronique du bon roy Loys de Bourbon, op. cit., p. 53: « En cette saison, le duc de Lancastre commandant l’armée anglaise, à l’esmotion du duc de Bretagne, qui venait avec lui, escorté par de nombreux Bretons, ordonna parfaitement ses troupes en bataille et se présenta devant Troyes ».

40 Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500) consulté sur le site http://www.atilf.fr/dmf/

41 Cela pourrait être dû au fait que le mot esmouvement a une signification d’incitation. La racine est commune, mais une distinction se fait entre les termes « esmouvement » et « esmotion ».

42 L’idée de prise d’initiative ou d’instigation se retrouve fréquemment exprimée par le verbe esmovoir. On peut en juger par exemple en consultant le dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes. Par contre le mot esmotion lui-même – à l’exception de cet exemple de la Chronique du duc – se réfère presque systématiquement au sens politique de troubles populaires et séditions.

43 Olivier de La Marche, Mémoires d’Olivier de La Marche, in Henri Beaune et J. D’Arbaumont (éd.), Paris, Librairie Renouard, 1885, vol. 3, p. 284. Il est curieux de souligner à propos d’Olivier de La Marche que l’adjectif « émouvant » avec le sens moderne de produire une forte émotion est selon le Oxford English Dictionary entré dans la langue anglaise par le biais d’une traduction d’Olivier de la Marche en anglais (datant de 1594), c'est-à-dire deux ans avant le mot « émotion » soit introduit par la traduction de Montaigne par Florio.

44 Lettres de Louis XI roi de France, in Joseph Vaesen et Etienne Charavay (éd.), Paris, Librairie Renouard, 1895 : « que on preigne des plus coulpables, affin de savoir la verité dont ceste esmocion provient, et que on face que le Roy soit mastre, se on trouvoit rebellion », vol. 5, p. 379 ; et « informez vous bien s’il y a nulz des gros qui soient consentas de l’emoction; car les povres ne l'ont pas fait d'eulx mesmes », p. 258.

45 Lettres de Charles VIII, roi de France publiées d'après les originaux pour la Société de l'histoire de France, in P. Pélicier et B. de Mandrot (éd.), Paris, Librairie Renouard, 1898-1905, « ung trés grant scandalle et emocion du peuple », vol. 4, p. 195 voir également vol. 2, p. 24, p. 197 et p. 213.

46 Christine de Pizan, Le Livre de la mutacion de Fortune, in Suzanne Solente (éd.), Paris, A. et J. Picard, 1959-1966, vol. 2, p. 42, « De gent de court de bas estas / Je vi, en cellui lieu, maint tas, / Faisans de grans extorcions / Aux povres gens et mocions / De plusieurs riotes faisoient, Qui a mainte gent desplaisoient ». Voir également esmouvoir avec le sens de révolte, p. 258, « a Romme sourdoyent / Grans contens et moult s’esmouvoyent / Entre le peuple et les signeurs ».

47 Journal d'un Bourgeois de Paris, in Alexandre Tuetey (éd.), Paris, H. Champion, 1881, p. 38.

48 Dans le Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500), http://www.atilf.fr/dmf/, la famille exmovere contient vingt-quatre lemmes (dont ‘émeute’ et ‘émouvement’) mais le lemme originel et plus ancien est le verbe esmouvoir.

49 Alain Rey (éd.), Dictionnaire historique de la langue française, op. cit., p. 732. Le dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes prouve par exemple que le verbe esmovoir a la signification de « mettre en mouvement », ou de « déplacer » mais sans la connotation péjorative et politique de mutinerie ou révolte.

50 Œuvres complètes de Eustache Deschamps, Le Marquis de Queux de Saint-Hilaire (éd.), Paris, Firmin Didot et Cie, 1880, vol. 2, p. 56, ligne 14.

51 « Chançons royaulx », Œuvres complètes de Eustache Deschamps, Le Marquis de Queux de Saint-Hilaire (éd.), Paris, Firmin Didot et Cie, 1882, vol. 3, p. 121, ligne 13.

52 « Balades », Œuvres complètes de Eustache Deschamps, Le Marquis de Queux de Saint-Hilaire (éd.), Paris, Firmin Didot et Cie, 1887, vol. 5, p. 27, ligne 22.

53 Dans la Chronique du bon duc Loys de Bourbon le mot signifie révolte, « les habitans n’eussent cause d’eulx esmouvoir à faire conjuroisons, et eulx rebeller », Chroniques du bon duc Loys, p. 178. D’autres exemples tirés de Froissart et d’auteurs contemporains dans le Dictionnaire du Moyen Français, http://www.atilf.fr/dmf/.

54 « Autre balade sur les serviteurs », in Œuvres complètes de Eustache Deschamps, op. cit., vol. 5, p. 199, ligne 11.

55 « Toute nuit me bruit a l’oreille / Et fait mon couraige esmouvoir / D’amer celle qui n’a pareille », in « Autre balade, l’amour est aveugle », Œuvres complètes de Eustache Deschamps, op. cit., vol. 5, p. 338, lignes 9-11.

56 Et pourtant dans l’exemple des Chronicles de Froissart, presque toutes les occurrences de « esmouvoir » (345) font références à des troubles politiques, voir l’édition digitale des Chronicles de Froissart : « ilz se commencierent durement a esmouvoir et a crier sur les bourgois », également « il ne vouloit esmouvoir car encore veoit son royaume trop oppresse », « Lors se commença le pays a esmouvoir », pour une liste complète consulter http://www.hrionline.ac.uk/onlinefroissart/. Mais ce n’est pas le cas si on consulte le verbe esmovoir dans le cas de Chrétien de Troyes, voir le Dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes http://www.atilf.fr/dect.

57 Le mot « foule », crowd en anglais, est dérivé du terme mobile vulgus soit le peuple « mobile » ou instable, la foule est par excellence inconstante « the fickle crowd » selon le Oxford English Dictionary. En français, le mot « foule » a également un sens péjoratif souvent associé à des idées de chaos, comme par exemple dans les Chroniques de Froissart « en la foule et en la presse », voir http://www.hrionline.ac.uk/onlinefroissart. Au-delà de la question sémantique, Norbert Elias a sans doute vu juste lorsqu’il montre qu’il était important pour la noblesse de s’associer à la fixité et stigmatiser le peuple par le mouvement ou la mobilité. Voir Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, et pour une version plus complète de cette œuvre on peut se référer à la nouvelle édition en anglais des œuvres complètes de Norbert Elias en 18 volumes, Elias Collected Works, Dublin, University College of Dublin Press, 2007-2014, voir plus particulièrement les volumes ii-iii. Les idées modernes de vitesse et de liquidité ont bien entendu renversé ces paradigmes, on peut consulter Zygmunt Bauman sur la modernité liquide, Liquid Modernity, Cambridge, Polity Press, 2000 ; ainsi que Liquid Life, Cambridge, Polity Press, 2005 (La Vie liquide, traduit par Christophe Rosson, Paris, Fayard/Pluriel, 2013), ou Liquid Times : Living in an Age of Uncertainty, Cambridge, Polity Press, 2007 (Le Présent liquide : peurs sociales et obsession sécuritaire, traduit par Laurent Bury, Paris, le Seuil, 2007).

58 Par exemple dans Christine de Pizan, voir Susan J. Dudash, « Christinian Politics, the Tavern, and Urban Revolt in Late Medieval France », in Karen Green and Constant J. Mews (éd), Healing the Body Politic. The Political Thought of Christine de Pizan, Turnhout, Brepols, 2005, p. 35-59 (voir en particulier p. 58).

59 Éventail qui inclut par exemple les significations suivantes d’esmovoir « inciter quelqu’un à faire quelque chose » ; « mettre en mouvement » ; « engager une conversation » ; « partir » ; « faire naître » ; « susciter ». Outre le dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes déjà cité, on peut consulter aussi Alain Rey (éd.), Le Dictionnaire historique de la Langue française, op. cit., p. 732.

60 Il suffit de consulter pour illustration le Journal d’un bourgeois de Paris de 1405 à 1449. Texte original et intégral présenté et commenté par Colette Beaune, Paris, Le Livre de Poche, 1990 ou l’édition de 1881 déjà cité.

61 On peut consulter Yann Potin, « Traité de Troyes, le rêve oublié d’une paix perpétuelle », dans Histoire du monde au XVe siècle, in Patrick Boucheron (dir.), vol. 2, Temps et devenirs du monde, Paris, Fayard, 2012, p. 104-113.

62 Voir Danielle Jacquart, « Peut-il exister un homme tempéré ad iustitiam? » dans La Médecine médiévale dans le cadre Parisien, Paris, Fayard, 1998, p. 391-413.

63 À propos de Salisbury voir Cary J. Nederman, John of Salisbury, Tempe, Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies, 2005, en particulier p. 51-62 et la bibliographie p. 92-94. On parle d’un pseudo-Plutarque, mais cela ne change en rien les origines anciennes de la métaphore du corps politique. Pour la traduction de Foulechat, qui est à ce jour la seule existante en français, voir les éditions critiques de Charles Brucker en plusieurs tomes, Denis Foulechat, Le Policratique de Jean de Salisbury (1372), Livre I-III, Genève, Droz, 1994 ; Livre V , Genève, Droz, 2006 ; Livre VI-VII, Genève, Droz, 2013 et Livre IV, Travaux du c.r.a.l, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1985.

64 Sans prétendre à l’exhaustivité, et pour la période médiévale uniquement on se référera à Chroust Anton-Hermann, « The Corporate Idea of the Body Politic in the Middle Ages », Review of Politics, vol. 9, no 4, 1947, p. 423-452 ; Tilman Struve, Die Entwicklung der Organologischen Staatsauffassung im Mittelalter, vol. 16 Monographien zur Geschichte des Mittelalters, Stuttgart, Hiersemann, 1978 ; Paul Archambault, « The Analogy of the Body in Renaissance Literature », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, vol. 29, no 1, 1967, p. 21-53 ; Cary J. Nederman, « The Physiological Significance of the Organic Metaphor in John of Salisbury's Policraticus », History of Political Thought, vol. 8, no 2, 1987, p. 211-223 ; du même « Body Politics : The Diversification of Organic Metaphors in the Later Middle Ages », Pensiero politico medievale, vol. 2, 2004, p. 59-87; ainsi que « The Living Body Politic : The Diversification of Organic Metaphors in Nicole Oresme and Christine de Pizan », in Karen Green et Constant J. Mews, Healing the Body Politic. The Political Though of Christine de Pizan, Turnhout, Brepols, 2005, p. 19-33 ; voir également Jacques Le Goff, « Head or Heart ? The Political Use of Body Metaphors in the Middle Ages », in Michel Feher, Ramona Naddaff et Nadia Tazi (éd.), Fragments for a History of the Human Body, Part 3, New York, Urzone, Inc, 1989, p. 12-26 ; Takashi Shogimen, « Head or Heart ? Revisited : Physiology and Political Thought in the Thirteenth and Fourteenth Centuries », History of Political Thought, vol. 28, no 2, 2007, p. 208-229, voir également Alcuin Blamires, « Paradox in the Medieval Gender Doctrine of Head and Body », in Peter Biller et A. J. Minnis (eds.), Medieval Theology and the Natural Body, Woodbridge, York Medieval Press, 1997, p. 13-29 ainsi que Laurence Harf-Lancner, « Les Membres et l’Estomac : la fable et son interprétation politique au Moyen Âge », Penser le pouvoir au Moyen Âge, VIIIe-XVe siècle. Études offertes à Françoise Autrand, in Dominique Boutet et Jacques Verger (éd.), Paris, Presses de l’E.N.S., 2000, p. 111-126.

65 On précisera que si les humeurs circulent, la période que nous traitons précède « l’invention » de la circulation du sang par William Harvey (1578-1657).

66 Le sujet de la maladie au Moyen Âge ne peut évidemment être traité si rapidement et il faudrait ici introduire une longue digression pour mieux définir la perception de la santé et de la maladie. On se limitera à renvoyer le lecteur aux travaux importants de Danielle Jacquart, La Médecine médiévale, op. cit., p. 391-413 ainsi qu'à son ouvrage Recherche médiévales sur la nature humaine. Essai sur la réflexion médicale (XIIe-XVe siècle), Florence, Sismel, Edizioni del Galluzo, 2014 et à Luke Demaitre, Medieval Medicine. The Art of Healing from Head to Toe, Santa Barbara, Praeger, 2013, voir en particulier « Paradigms of Disease », p. 35-76.

67 Arikha, Passions and Tempers. A History of the Humours, op. cit.

68 « In the mid-fourteenth century […] there had been a handful of great lay administrators around the king, and there were the eighty-odd judges, only thirty-four of them laymen, of the Paris Parliament, established in 1345 as the kingdom’s chief appeals court […] In 1515 France counted one royal official for every 4.700 inhabitant », Jonathan Dewald, The European Nobility 1400-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 37. Sur le même sujet voir Françoise Autrand, « Apparition d’un nouveau groupe social », in Pierre Riche, Éric Bournazel et Françoise Autrand (éd.), Histoire de la fonction publique en France, vol. 1 : Des origines au XVe siècle, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1993, p. 311-443. Pour une étude récente voir Cédric Michon, « Conseils et conseillers en France de Louis XI à François Ier 1461-1547 », dans Cédric Michon (éd.), Conseils et Conseillers dans l’Europe de la Renaissance v. 1450-v. 1550, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 67-108. Sur l’émergence d’un nouveau groupe social voir Joseph Morsel, « Inventing a Social Category. The Sociogenesis of the Nobility at the End of the Middle Ages », in Bernhard Jussen (éd.), traduit par Pamela Selwyn, Ordering Medieval Society. Perspectives on Intellectual and Practical Modes of Shaping Social Relations, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2001, p. 200-240.

69 Claude de Seyssel, La Monarchie de France et deux autres fragments politiques, in Jacques Poujol (éd.), Paris, Librairie d’Argences, 1961, seconde partie, chap. XXV, « Comme l’on doit donner courage et espoir aux gens de bas état de parvenir par vertu et par industrie à plus haut degré », p. 165-166.

70 Joel Kaye, A History of Balance 1250-1375. The Emergence of a New Model of Equilibrium and its Impact on Thought, Cambridge, Cambridge University Press, 2014, ainsi que The Body in Balance : Humoral Medicines in Practices, éd. Peregrine Horden and Elisabeth Hsu, New York, Berghahn Books, 2013.

71 Voir Nicole Hochner sur l’argent et le sang, « A Late Medieval Metaphor of Blood as Money », en préparation.

72 Voir Nicole Hochner sur Oresme et la pluralité, en préparation.

73 « cordis locum, auctore Plutarco, senatus obtinet », dans Stefan Seit (éd.), Johannes von Salisbury, Policraticus Eine Textauswahl, Lateinisch-Deutsch, Freiburg, Verlag Herder GmbH, 2008, p. 226. Voir également John of Salisbury, Policraticus, in Cary J. Nederman (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 1990, Book 5, ch. 9, p. 81. Dans la traduction de Foulechat, Denis Foulechat, Le Policratique, Livre V, « le senateur tient le lieu du cuer », p. 344, également au chapitre 2, p. 272.

74 « Officiales et milites minibus coaptantur », Johannes von Salisbury, op. cit., p. 164 ou John of Salisbury, Policraticus, op. cit., Livre 5, ch. 2, p. 67.

75 « Pedibus vero solo iugiter inherentibus agricolae coaptantur », Johannes von Salisbury, op. cit., p. 166 ou John of Salisbury, Policraticus, op. cit., Livre 5, ch. 2, p. 67.

76 Pour l'original en latin « Quae, si immensa aviditate congesserint et congesta tenacius reservaverint, innumerabiles generant morbos, ut vitio eorum totius corporis ruina immineat », Johannes von Salisbury, op. cit., p. 166. Voir également Foulechat, Le Policratique, Livre V, op. cit., ch. 2, p. 272-273. Je propose la traduction suivante : « Si les trésoriers et greffiers […] cumulent avec grande avidité et entretiennent leur richesse immodérément, ils engendrent un nombre innumérable de maladies incurables qui menacent le corps de décrépitude », voir encore John of Salisbury, Policraticus, op. cit., Livre 5, ch. 2, p. 67.

77 « Debent autem obsequium; inferiora superioribus », Johannes von Salisbury, op. cit., p. 286, ou encore John of Salisbury, Policraticus, op. cit., Livre 6, ch. 20, p. 126 : « For inferiors must serve superiors, who on the other hand ought to provide all necessary protection to their inferiors ».

78 Le Livre du corps de policie, op. cit., en particulier p. 108 : « sont bien les piez qui soustiennent le corps de la policie ». Sur la pensée politique de Christine de Pizan voir Kate Langdon Forhan, The Political Theory of Christine de Pizan. Women and Gender in the Early Modern World, Aldershot, Ashgate, 2002, ainsi que Claude Gauvard, « Christine de Pisan a-t-elle eu une pensée politique? », Revue historique, vol. 250, 1973, p. 417-429 et Gianni Mombello, « Quelques aspects de la pensée politique de Christine de Pizan d’après ses œuvres publiées », in Franco Simone (éd.), Culture et politique en France à l’époque de l’humanisme et de la Renaissance, Torino, Accademia delle scienze, 1974, p. 43-153. Sur la place des pauvres chez Christine voir Susan J. Dudash, « Christine de Pizan and the menu peuple », Speculum, vol. 78, 2003, p. 788-831.

79 Voir par exemple On the Government of Rulers. De Regimine Principum, Ptolemy of Lucca with Portions Attributed to Thomas Aquinas, in James M. Blythe (éd.), Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1997 : « every part of the body has a proper function corresponding to the first motions and assisting in the ministry of the others », Book 4, ch. 23, p. 272.

80 Voir en particulier Johannes von Salisbury, op. cit., Liber 8, cap 17-18, p. 302-347 et la conclusion : « Ex quibus facile liquebit quia semper tiranno licuit adulari, licuit eum decipere et honestum fuit occidere, si tamen aliter coherceci non poterat » (p. 346). John of Salisbury, Policraticus, op. cit, Livre 8, ch. 23, p. 217 : « it has been permitted to deceive them [tyrants] and it has been honourable to kill them if they could not be otherwise restrained ». Voir aussi, Livre 8, ch. 17, p. 193-194 ; Livre 8, ch. 18, p. 205 et aussi cette affirmation « it is just for public tyrants to be killed », Livre 8, ch. 20, p. 207. Pour une interprétation voir Cary J. Nederman, « A Duty to Kill : John of Salisbury's Theory of Tyrannicide », Review of Politics, vol. 50, 1988, p. 365-389.

81 Jean Gerson, « Vive le roy, sermon pour la réforme du royaume (November 1405) », in Palémon Glorieux, Œuvres complètes, Paris, Desclée, 1966, vol. 7, p. 1159. Selon Gerson un roi ne peut vivre sans ses sujets, et les sujets ne peuvent vivre sans leur roi, p. 1160.

82 Le chancelier Guillaume de Rochefort le dira explicitement en présence du roi Charles VIII lors des États de Tours en 1484, « Quid enim sine capite reliquum corpus? », « Qu’est ce qu’un corps sans tête? », in A. Bernier (éd.), Journal des états généraux de France tenus à Tours en 1484 sous le règne de Charles VIII, Paris, Imprimerie Royale, 1835, p. 600.

83 « Et ainsi briefment se puet dire de tous les membres a bon gouvernement. Il n’est pas expedient que les pies de l’omme prengent l’office de la main, et ainsi des autres qui veult avoir bonne pollicie », Le Songe du vieil pelerin, Joël Blanchard (éd.), Genève, Droz, 2015, vol. 1, p. 686 ou encore dans G. W.Coopland (éd), Cambridge, Cambridge University Press, 1969, vol. 1, p. 573.

84 « chascune dez chosez a ce qu’il luy appartient, est en son droict lieu », in Jean Gerson, « Vive le roy », op. cit., p. 1149. Sur Gerson, voir Brian Patrick McGuire, Jean Gerson and the Last Medieval Reformation, University Park, Pennsylvania State University Press, 2005.

85 Voir en particulier Le Goff, « Head or Heart ? », op. cit., et Shogimen, « Head or Heart ? », op. cit.

86 Proposons la traduction suivante : « Ainsi donc le corps est mal disposé lorsque les humeurs circulent trop librement d’un membre à l’autre », voir The De Moneta of Nicholas Oresme and English Mint Documents, Charles Johnson (éd.), London, Nelson, 1956, p. 43. Il existe une traduction française du XIVe siècle, et également à notre connaissance deux traductions modernes en français Nicolas Oresme, Traité des monnaies et autres écrits monétaires du XIVe siècle. Textes réunis et introduits par Claude Dupuy, traduits par Frédéric Chartrain, Lyon, La Manufacture, Collection L'Histoire partagée, 1989 et Nicole Oresme, Traité monétaire (1355) = Treatise on money (1355). Édition trilingue juxtaposée, Latinus-Français-English in Jacqueline A. Fau (dir.), traduction par Jeanne Marie Viel, Paris, Cujas, 1990. Pour une introduction relativement complète à Nicole Oresme, voir Dan Burton, Nicole Oresme's De visione stellarum (On Seeing the Stars). A Critical Edition of Oresme's Treatise on Optics and Atmospheric Refraction, Leiden, Brill, 2006, p. 5-17 et l'ouvrage de Jean Celeyrette et Christophe Grellard (éds.), Nicole Oresme philosophe. Philosophie de la nature et philosophie de la connaissance à Paris au XVIe siècle, Turnhout, Brepols, 2014.

87 Oresme, De Moneta, op. cit., 44 : « Communitas namque uel regnum, cuius principantes in comparacione ad subditos, quantum ad diuicias potentiam et statum, enormiter crescunt, est sicut unum monstrum, sicut unus homo cuius caput est tam magnum, tam grossum, quod non potest a reliquo debili corpore sustentari », « For a commonwealth or kingdom whose princes, as compared with their subjects, increase beyond measure in wealth, power and position, is as it were a monster, like a man whose head is so large and heavery that the rest of his body is too weak to support it ».

88 Maistre Nicole Oresme, Le Livre de Politiques d'Aristote, published from the Text of the Avranches Manuscript 223, in Albert Douglas Menut (éd.), Transactions of the American Philosophical Society, new series - vol. 60, part 6, Philadelphia, American Philosophical Society, 1970, p. 209, fol. 170c, dorénavant cité comme Le Livre de Politiques d'Aristote.

89 Un autre exemple intéressant est celui de Pierre Choinet qui dans le Livre des trois âges accorde le souci de nourriture au foie « Mais le foye, qui pour tous non pour ung, / Prepare et fait toute la nourriture, / En police represente commun, / Qui pour tous a de labourer grant cure », voir le fac-similé du manuscrit et l’édition critique de Lydwine Scordia (éd.), Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2009, p. 178, vo 450-454. On ajoutera que dans le nouvel imaginaire qui se met en place, l’argent est figuré par le sang qui siège bien entendu dans le foie.

90 Kaye, The History of Balance 1250-1375, op. cit., en particulier le chapitre 7, consacré à Oresme, p. 345-397. Pour Kaye il est essentiel de souligner que dans le De Moneta Oresme songe à un système de contrebalance interne, alors que dans sa traduction des Politiques d’Aristote il préconise l’intervention du roi comme clé à la restauration de l’équilibre. Dans notre analyse cette différence n’a pas grande conséquence.

91 En sus de Kaye, The History of Balance, op. cit., voir Danilo Capecchi, The Problem of the Motion of Bodies. A Historical View of the Development of Classical Mechanics, Berlin, Springer, 2014.

92 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 279-280.

93 Voir Anthony Parel, Machiavellian Cosmos, New Haven, Yale University Press, 1992 et Markus Fischer, Well Ordered License. On the Unity of Machiavelli’s Thought, Lanham, Lexington Books, 2000 et plus récemment John P. McCormick, Machiavellian Democracy, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

94 On peut se référer à Nicole Oresme, Questiones super physicam (books I-VII), Stefano Caroti (éd.), Leiden, Brill, 2013 ainsi qu'à Nicole Oresme : Quaestiones super de generatione et corruptione, Stefano Caroti (éd.), Munich, Bayerische Akademie der Wissenschaften, 1996. Voir à ce propos les interprétations importantes de Stefano Caroti, « La perception du mouvement selon Nicole Oresme (Questiones super Physicam III, 1) », Comprendre et maîtriser la nature au Moyen Âge, Mélanges d'histoire des sciences offerts à Guy Beaujouan, Genève, 1994, p. 83-99 ainsi que « La position de Nicole Oresme sur la nature du mouvement (Questiones super Physicam III, 1–8): problèmes gnoséologiques, ontologiques et sémantiques », Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, vol. 61, p. 303–385. On se réfèrera aussi aux travaux de Johannes M. M. H. Thijssen « The Debate over the Nature of Motion : John Buridan, Nicole Oresme and Albert of Saxony. With an Edition of John Buridan's "Quaestiones super libros Physicorum, secundum ultimam lecturam", Book III, Q. 7 », Early Science and Medicine, Evidence and Interpretation: Studies on Early Science and Medicine in Honor of John E. Murdoch, vol. 14, no 1/3, 2009, p. 186-210 et de Stefan Kirschner, « Oresme's Theory of Motion », dans Nicole Oresme philosophe, op. cit., p. 83-104.

95 Marilyn Nicoud, Les Régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale (XIIIe-XVe siècle), Rome, École française de Rome, 2007, 2 vol., voir en particulier sur le renouveau des écrits diététiques : vol. 1, p. 285-399, voir aussi Pedro Gil Sotres, « Les régimes de santé », dans Histoire de la pensée médicale en Occident, in Mirko D. Grmek et Bernardino Fantini (éd.), Paris, Seuil, 1995 [1993], volume 1 Antiquité et Moyen Âge, p. 257-281.

96 Voir Danielle Jacquart, La Médecine médiévale, op. cit., en particulier « Un siècle d'épidémies », p. 230-265.

97 Voir Nicole Oresme, De visione stellarum (On Seeing the Stars) A Critical Edition of Oresme's Treatise on Optics and Atmospheric Refraction, in Dan Burton (éd.), Leiden, Brill, 2006. Voir également Le Livre du ciel et du monde, in Albert D. Menut et Alexander J. Denomy (éd.), Madison, University of Wisconsin Press, 1968 et Nicole Oresme and the Kinematics of Circular Motion : Tractatus de commensurabilitate vel incommensurabilitate motuum celi, in Edward Grant (éd.), Madison, University of Wisconsin Press, 1971 ainsi que Kaye, A History of Balance, op. cit., et Cappecchi, The Problem of the Motion of Bodies, op. cit.

98 « Cité ne s'est pas faicte de gens qui sunt semblables », Le Livre de Politiques d'Aristote, op. cit., p. 77, fol. 34b.

99 « les offices publiques que il appelle princeys, comme parlement ou autre court ou la chambre des comptes ou teles choses sunt plus amees et plus aggreables a tous quant il y a gens des uns et des autres, de riches, des povres ou de nobles et de non nobles », Le Livre de Politiques d’Aristote, op. cit., p. 251, fol. 210a.

100 Nicole Oresme, Le Livre de Ethiques d’Aristote, in Albert Douglas Menut (éd.), New York, 1940, p. 414. Jean-Louis G. Picherit se réfère à ce passage dans son livre La Métaphore pathologique et thérapeutique à la fin du Moyen Âge, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1994, p. 24.

101 Oresme, Le Livre de Ethiques, op. cit., p. 418.

102 « ut enim in fidibus aut tibiis atque ut in cantu ipso ac vocibus concentus est quidam tenendus ex distinctis sonis, quem inmutatum aut discrepantem aures eruditae ferre non possunt, isque concentus ex dissimillimarum vocum moderatione concors tamen efficitur et congruens, sic ex summis et infimis et mediis interiectis ordinibus ut sonis moderata ratione civitas consensu dissimillimorum concinit, et quae harmonia a musicis dicitur in cantu, ea est in civitate concordia, artissimum atque optimum omni in re publica vinculum incolumitatis, eaque sine iustitua nullo pacto esse potest », « as in the music of harps and flutes or in the voices of singers a certain harmony of the different tones must be preserved […] this perfect agreement and harmony is produced by the proportionate blending of unlike tones (distinctis sonis), so also is a State made harmonious by agreement among dissimilar elements (dissimillimarum vocum), brought about by a fair and reasonable blending together of the upper, middle and lower classes, just as if they were musical tones », Cicero, De Republica, De Legibus, Cambridge, Harvard University Press, 1928, Loeb Classical Library t. 213, De Republica, book 2, paragraphe 69, p. 180-183.

103 Francesco Borghesi, « For the Good of All : Notes on the Idea of concordia during the Late Middle Ages », Italian Poetry Review, vol. 5, 2012, p. 193-216.

104 Oresme, De Moneta, op. cit., p. 44, « equalitas possessionum uel potencie non conuenit nec consonat, sed et nimia disparitas armoniam rei publice dissipat et corrumpit ».

105 Comparer avec ses interrogations sur l'équilibre dans Quaestiones super de generatione et corruptione, « Peut-il exister un mixte tempéré à partir des éléments ou de leurs qualités ? », cité par D. Jacquart, La Médecine médiévale, op. cit., p. 394.

106 Christine de Pizan parle de « ventre, jambes et piez », dans Le Livre du corps de policie, op. cit., livre III, paragraphe 1, p. 91. Voir également The Livre de la paix of Christine de Pizan. A Critical Edition with Introduction and Notes, in Charity Cannon Willard (éd.), 's-Gravenhage, Mouton, 1958, p. 153. Voir l’étude de Cary J. Nederman, « The Expanding Body Politic : Christine de Pizan and the Medieval Roots of Political Economy », in Eric Hicks (éd.), Au Champ des Escriptures, IIIe Colloque International sur Christine de Pizan, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 383-397.

107 Gerson, « Vive le roy », op. cit., p. 1156, et également p. 1168-1180 sur la servitude et la domination.

108 Ibid, p. 1150. Gerson cite une maxime de Claudien empruntée au Panégyrique sur le quatrième consulat d’Honorius : « mobile mutatur semper cum principe vulgus » « la foule instable change toujours en fonction du prince » (Gerson, « Vive le roy », op. cit., p. 1177).

109 Ibid., p. 1150-1151.

110 Ibid., p. 1166-1167, également « tirannie est le venin et la poison et la maladie qui met a mort toute vie politique et royale », p. 1158.

111 « sansuez affameez qui la succent tout », Ibid., p. 1175-1176. Comparez avec les sangsues chez Claude de Seyssel, La Monarchie de France, op. cit., seconde partie, chap. xxi, p. 162, et Charlotte Wells, « Leeches on the Body Politics : Xenophobia and Witchcraft in Early Modern French Political Thought », French Historical Studies, vol. 22, 1999, p. 351-377.

112 Gerson, « Vive le roy », op. cit., p. 1146.

113 Ernst Kantorowicz, The King’s Two Bodies. A Study in Mediaeval Political Theology, Princeton, Princeton University Press, 1957, p. 218 note 76, Kantorowicz y reconnait lui-même « actually Gerson seems to add a third or spiritual life » mais mise à part cette remarque dans le livre même Kantorowicz ne fait uniquement référence à Gerson comme écrivant au sujet de deux (et non trois) vies du roi, p. 422.

114 Juvénal des Ursins, « La deliberacion faicte a Tours », in P. S. Lewis (éd.), Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, Paris, Klincksieck, 1985, tome ii, p. 438. Comparez avec Oresme, Le Livre de Politiques, op. cit., p. 267.

115 Juvénal des Ursins, « La deliberacion faicte a Tours », op. cit., p. 446. Juvénal des Ursins parle aussi de « widange de l’or de France », p. 445 et d’« evacuacion de sanc », p. 446.

116 Ibid., p. 444 cité par Lydwine Scordia, Le roi doit vivre du sien, la théorie de l’impôt en France (XIII-XVe siècles), Paris, 2005, p. 426. Voir également Claude de Seyssel, Monarchie de France, op. cit., seconde partie, chap. xxi, p. 162 ou chez Gerson, « Vive le roy », op. cit., « toute la gresse du royaulme », p. 1165.

117 Jerah Johnson, « The Money Blood Metaphor », The Journal of Finance, vol. 21, no 1, 1966, p. 119-122 et Shigehisa Kuriyama, « When Money became a Humour », The Body in Balance. Humoral Medicines in Practice, chap. 3, p. 69-85 et notre article en preparation « A Late Medieval Metaphor of Blood as Money ».

118 Le Livre de la paix of Christine de Pizan, op. cit., p. 153.

119 Journal des états généraux, op. cit., p. 669.

120 Ibid., p. 675.

121 Soulignons le parallèle avec Machiavel

122 Seyssel, La Monarchie de France, op. cit., première partie, chap. iii, p. 108.

123 « jaçoit que par aucun temps se puissent entretenir et conserver en vie (à savoir tant que lesdites humeurs s’accordent), toutefois est impossible qu’à la longue l’un ne surmonte les autres et par ce moyen que la masse ne revienne à sa première matière […] tout ainsi advient aux corps mystiques de la société humaine; car, après qu’ils sont assemblés par une civile et politique union, ils vont par quelque temps en accroissant et multipliant, après demeurant en leur état quelque autre temps, puis - pour autant qu’ils sont composés de plusieurs entendements et volontés discordantes et répugnantes - commencent à décliner et finalement viennent à néant », Seyssel, La Monarchie de France, op. cit., première partie, chap. iii, p. 108 voir aussi première partie, chap. viii.

124 Ibid., seconde partie, chap. xv, p. 165-166.

125 Ibid., première partie, chap. xvii, p. 125.

126 Ibid., seconde partie, chap. xvii, p. 154-155.

127 Ibid., première partie, chap. xvii, p. 125.

128 Jean-Marie André, L'Otium dans la vie morale et intellectuelle romaine des origines à l'époque augustéenne, Paris, Presses universitaires de France, 1966. Comparer avec le concept d’ozio de Machiavel voir Nicole Hochner, « A Ritualist Approach to Machiavelli », History of Political Thought, vol. 30, no 4, 2009, p. 584-587.

129 Pour Jean Gerson, voir « Vive le roy », op. cit., p. 1156, p. 1170-1171, p. 1178-1179. Pour Christine de Pizan, Le Livre du corps de policie, op. cit., p. 91-111. Voir également Pierre André Sigal, « Christine de Pizan et le peuple », Contexts and Continuities. Proceedings of the IV International Colloquium on Christine de Pizan published in Honour of Liliane Dulac, in Angus J. Kennedy, Rosalind Brown-Grant, James C. Laidlaw et Catherine M. Müller (eds.), Glasgow, University of Glasgow Press, 2002, vol. 3, p. 811-828 et Tracy Adams, « The Political Significance of Christine de Pizan's third estate in the Livre du corps de policie », Journal of Medieval History, vol. 35, 2009, p. 385-398.

130 Pour la question de savoir si Seyssel décrit une réalité ou exprime un souhait est matière à débat, on peut consulter Jonathan Dewald qui prétend que « social boundaries were easily crossed in the fourteenth and fifteenth centuries, even by relatively humble men », voir The European Nobility 1400-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 21. Selon son étude, c’est uniquement au XVIe siècle, soit à l’époque précisément où Seyssel écrit, que la mobilité sociale commence à se bloquer à nouveau, voir Dewald, The European Nobility, p. 15-59 ainsi que Sandro Carocci, « Social Mobility and the Middle Ages », Continuity and Change, vol. 26, no 3, 2011, p. 367-404.

131 Christine de Pizan, Le Livre du corps de policie, op. cit., troisième partie, chap. vi-vii, p. 100-104.

132 Ibid., troisième partie, chap. iii, p. 94-96.

133 En plus de Dudash, « Christine de Pizan », op. cit., et Adams « The Political Significance », op. cit., voir R. Blumenfeld Kosinski, « Enemies Within/Enemies Without : Threats to the Body Politic in Christine de Pizan », Medievalia et Humanistica, vol. 26, 1999, p. 1-15 ; et l’article essentiel et très complet de Stephen H. Rigby, « The Body Politic in the Social and Political Thought of Christine de Pizan  (Unabridged Version) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes (2013), online http://crm.revues.org/12965.

134 Seyssel, La Monarchie de France, op. cit., seconde partie, chapitres xxiii-xxv, p. 163-165.

135 Michèle Clément défend l’argument d’un Seyssel pré-capitaliste dans « Penser l’ordre social (1515-1559) : comparaison de la Monarchie de France de Seyssel et du Discours sur les quatre estats de Du Bellay », in Patricia Eichel-Lojkine (éd.), Claude de Seyssel, Écrire l’histoire, penser le politique en France, à l’aube des temps modernes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 121-138 (voir en particulier p. 131-137).

136 Kristen B. Neuschel, Word of Honor. Interpreting Noble Culture in Sixteenth Century France, Ithaca, Cornell University Press, 1989 ; Ellery Schalk, From Valor to Pedigree: Ideas of Nobility in France in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Princeton, Princeton University Press, 1986 et Miriam Eliav Feldon, Benjamin Isaac et Joseph Ziegler (éd.), The Origins of Racism in the West, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

137 Michel de Montaigne, Essais Livre III, Alexandre Micha (éd.), Paris, Garnier-Flammarion, collection Texte intégral, 1979, « Sur des vers de Virgile », ch. 5, p. 66.

138 David Parker, Class and State in Ancien Régime France. The Road to Modernity, London, Routledge, 1996. Pour la page 136, nous avons donc proposé la traduction française du texte anglais original suivant : « There was a widespread belief amongst the nobility that the traditional order had been subverted by nouveaux riches upstarts, that virtue had been displaced by money, and that valour and honour were no longer publicly recognized. It went hand in hand with a gloomy conviction that the political regime was being recast at the expense of the nobles ».

139 Penny Roberts, « The Kingdom's Two Bodies ? Corporeal Rhetoric and Royal Authority During the Religious Wars », French History, 2007, p. 147-164 (p. 154) ; Charlotte Wells, « Leeches on the Body Politics », op. cit., et Jacob Soll, « Healing the Body Politic : French Royal Doctors, History and the Birth of a Nation 1560-1634 », Renaissance Quarterly, vol. 55, 2002, p. 1259-1286.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Hochner, « Le corps social à l’origine de l’invention du mot « émotion » », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://acrh.revues.org/7357 ; DOI : 10.4000/acrh.7357

Haut de page

Auteur

Nicole Hochner

L'auteure est une historienne culturelle et politique. Elle enseigne à l'université Hébraïque de Jérusalem dans le département de science politique et dans le programme d'études culturelles. Elle est diplômée de Pembroke College à l'Université de Cambridge. Ses publications comptent entre autres, Louis XII : les dérèglements de l'image royale (2006) et la coédition d'un volume avec Thomas Gaehtgens, L'Image du roi (2006) ainsi que de nombreux articles sur des thèmes aussi variés que l'emblème du porc-épic, la représentation de la reine Esther, la notion de propagande, la pensée politique d'auteurs comme Guillaume Budé, Pierre Gringore, Claude de Seyssel ou bien Nicolas Machiavel. Ses travaux récents portent sur la place des émotions dans la pensée politique du moyen âge tardif, ainsi que sur l'histoire culturelle de la métaphore du corps politique et la théorie médicale des humeurs. Elle peut être contactée à l'adresse suivante nicole [point] hochner [arobase] mail [point] huji.ac.il

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org