Skip to navigation – Site map

Daniel Fabre et le conte : « Ecriture d’une différence »

Catherine Velay-Vallantin

Abstracts

Since the early 1970s, Daniel Fabre has emphasized the process of connection between the definition of folklore and the ethnographic practices of collecting folk tales. In doing so, he continued to work to bring to light the generic singularity of the tale, as well as the need to constitute its study as a discipline in its own right. His works and their institutional implications focus on the notions of forgetting and memory, thus showing, through a monumental and ritual itinerary, how a popular history must be able to be constructed in the form of a mythical and regionalist discourse. At the heart of the collects carried out by teachers and ethnologists, presenting this link shared between forgetfulness and memory, local folkloric narratives’ singularity emerge while changing according to the patrimonial and political relevance of the nineteenth and twentieth centuries. The storytellers do not adhere to the international or national classifications of folk tales, but they use them. Between the uses of print, especially scholarly editions, and the invention of oral performance, these storytellers have built their own popular culture.

Top of page

Full text

  • 1 Thierry Wendling, « L’intelligence du conte. Entretien avec Daniel Fabre », ethnographiques.org, Nu (...)

« Je suis né en 1947 à Narbonne dans un quartier populaire. Je me souviens, dans ma maison, il y avait au rez-de-chaussée une épicière qui ne parlait pas un mot de français mais catalan. Au premier étage, une languedocienne mélangeait l’occitan et le français et un couple d’italiens parlaient italien. à l’étage au-dessus où nous nous trouvions, ma mère employait beaucoup le catalan parce qu’elle avait été élevée par sa grand-mère, une catalane de Lérida, Lleida en catalan, et elle connaissait aussi l’occitan. Mes oreilles ont été habituées très jeunes à l’écoute de toutes ces langues et vers 18 ans l’envie m’était venue de vraiment apprendre à les parler. Surtout, je passais chaque année de très longues vacances dans un village de la Montagne noire où les adultes parlaient tous occitan. Il n’y a pas de meilleur chemin pour apprendre profondément une langue que d’écouter des conteurs. Je me souviens d’avoir découvert, à l’époque, des récits en occitan que je lisais à haute voix. Je retrouvais une langue qui m’imprégnait depuis l’enfance mais qui n’avait jamais réussi à complètement éclore et je la retrouvais à travers les contes. C’était une expérience que j’ai ensuite revécue au cours des enquêtes ethnographiques puisque je ne connais enquête plus gratifiante que l’enquête de littérature orale. C’est le chemin du plaisir de la vie. »1

  • 2 Christine Laurière, « Hommage à Daniel Fabre. La RCP 323 : une aventure collective en pays de Sault (...)

1Ainsi, depuis sa prime enfance et tout au long cours de sa vie personnelle, intellectuelle et institutionnelle, Daniel Fabre n’a cessé de suivre le fil rouge du conte : il a écouté et réécouté ces contes, ces légendes, ces chansons, tout cet art de la parole que l’on dit « populaire », qu’il a transcrit, classé, étudié. Il lui a accordé une place prépondérante et permanente, le soumettant à des interrogations contrastées et multiples, lui conférant un statut unique, le définissant alors comme un corpus et un genre à part entière. Depuis ses premiers travaux sur les savoirs oraux traditionnels d’une société montagnarde soumise à la nécessité d’une brutale transformation culturelle, les Pyrénées audoises d’où il était originaire, jusqu’à son dernier ouvrage Bataille à Lascaux, Daniel tisse les trames et les chaînes de ces récits maintes fois lus et entendus. Très brièvement, peut être dressée une liste de ses principaux travaux sur le conte. Il y eut d’abord son mémoire de maîtrise sur le conte de Jean de l’Ours publié en 1969, ensuite ses collectes publiées avec Jacques Lacroix sur la Tradition orale du conte occitan dans les Pyrénées audoises en 1973-74, petite révolution qui a révélé l’existence d’une tradition orale vivante, à une époque où sémiologues et anthropologues ne travaillaient plus que sur des matériaux anciens, les Récits et contes populaires du Languedoc (Narbonnais) publiés avec Claudine Vassas en 1978, la publication en 1979 de Cinq contes populaires du pays de Sault, contes issus du répertoire de Pierre Pous, « son » conteur, son informateur privilégié, et encore ses travaux sur la production sociale des identités sexuelles et, plus particulièrement, de la virilité qu’il analysera à travers le conte du Langage des oiseaux. Cette liste n’est pas limitative, et ne rend pas justice aux maintes occurrences et références au conte dans d’autres publications de Daniel, tant il travaillait ce matériau, y compris dans ses interviews – telle par exemple celle qu’il a donnée à Thierry Wendling en 2013 pour la revue en ligne ethnographiques.org sur L’intelligence du conte. Dans la dernière parution de cette revue, consacré aux enquêtes collectives, Dominique Blanc, Agnès Fine, Jean Guilaine et Claudine Vassas rendent hommage à Daniel en restituant l’enquête effectuée entre 1973 et 1978 en pays de Sault, enquête issue d’une revendication, celle de construire une « anthropologie autochtone »2.

2Cet intérêt pour les productions orales s’est traduit par des initiatives institutionnelles, au fort impact scientifique et idéologique. Fut créé au Centre d’anthropologie sociale de Toulouse un centre de documentation qui dispose de plus de 6000 ouvrages portant sur la littérature orale. En 1988, Daniel a obtenu de Marie-Louise Tenèze, co-auteur avec le folkloriste Paul Delarue du Catalogue du conte populaire français, et pour qui il éprouvait une haute estime, qu’elle fasse don de sa collection, à laquelle se sont ajoutées les acquisitions effectuées par le Centre. Dans le même temps, il a confié au Centre d’anthropologie sociale de Toulouse, à Josiane Bru puis à Bénédicte Bonnemason, le chantier de la continuation et de l’actualisation du Catalogue, vaste entreprise de recensement et d’analyse des contes recueillis en France métropolitaine et dans les régions francophones d’outremer menée jusque-là par Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze dans le cadre du Musée national des arts et traditions populaires. En 1997, s’est posée pour lui la question de l’« œuvre orale » qui lui permit d’initier un programme de recherche financé par la Mission du Patrimoine ethnologique qui donna lieu à une série de séminaires, de 1998 jusqu’en 2001. En 2006, il a créé une Encyclopédie en ligne sur l’histoire des savoirs ethnographiques en Europe, la base d’études et de recherches BEROSE qui permet d’identifier, du xviiie à la première moitié du xxe siècle, les moments et les lieux d’émergence des savoirs ethnographiques pensés comme savoirs des différences, et d’analyser la singularité des « cultures populaires » face aux états-Nations et à la mise en place des pouvoirs coloniaux.

  • 3 Pierre Allorant, Gabriel Bergougnioux et Pascal Cordereix (dir.), Jean Zay. Invention, Reconnaissan (...)

3En novembre 2014, la Bibliothèque nationale de France a organisé un colloque en hommage à Jean Zay, « La culture et les langues, la construction d’objets culturels nouvellement légitimés ». Daniel Fabre intervenait sur « L’oralité retrouvée et la culture comme partage » ; pour ma part, le titre de ma communication était « Histoire d’une rencontre autour du conte : Jean Zay et Célestin Freinet »3. Depuis, à la suite de la discussion initiée par les remarques de Daniel, j’ai poursuivi et approfondi la recherche et la réflexion initiales sur les collectes pédagogiques régionalistes, et sur la figure du collecteur de contes, les représentations de son « savoir-faire » et de son « faire-savoir » : c’est une partie de cette recherche que je vais présenter maintenant.

  • 4 Elise Freinet, L’Itinéraire de Célestin Freinet. La libre expression dans la pédagogie Freinet, Par (...)

4à partir de 1927, à Bar-sur-Loup puis à Saint-Paul de Vence dans les Alpes Maritimes, les élèves de l’instituteur Célestin Freinet ont collecté un corpus de contes qui ont été publiés dans les journaux scolaires dont le principe pédagogique avait été théorisé depuis 19264.

Ill. 1 : Célestin Freinet et ses élèves de Saint-Paul-de-Vence vers 1928-1930 : l'atelier d'imprimerie dans la cour de l'école

Ces contes apparaissent, d’abord dactylographiés puis imprimés, dans ces journaux intitulés Les Remparts, La Gerbe, L’Imprimerie à l’école, d’avril 1927 à juillet 1931. Il s’agit d’une douzaine de contes, transcrits ou contés par les enfants : plusieurs versions de « L’enfant dans le sac » (cycle narratif de « L’Ogre dupé »), de « Cendrillon », de « Poucet » (« Pouçot - Grain de Millet »), du « Petit Chaperon rouge », de « La Bête aux sept têtes », conte associé librement par les enfants à des légendes folkloriques provençales, de « Plus belle que Fée », dont la première version lettrée a été écrite par Madame d’Aulnoy à la fin du xviie siècle, par la suite largement diffusée par la Bibliothèque bleue, de contes d’animaux issus du Roman de Renard ou de Fables d’ésope. Plus généralement, de 1927 jusqu’en 1939, La Gerbe, les Extraits de La Gerbe et L’imprimerie à l’école réunissent des centaines de versions de contes transcrites ou contées par les élèves de plusieurs écoles, en France et en Europe.

  • 5 Paul Delarue, Le Conte Populaire Français. Catalogue raisonné des versions de France et des Pays de (...)

5à Bar-sur-Loup et à Saint-Paul, les collectes sont opérées auprès d’informateurs différents. Prenons l’exemple de L’enfant dans le sac, qui à juste titre a retenu l’attention de Paul Delarue5 : la version publiée par Delarue est transcrite par deux élèves de Saint-Paul, Francis Audoly, âgé de 13 ans, et Laurent Giordan, âgé de 11 ans. Freinet ne précise que très rarement le nom et la fonction sociale de l’informateur mais il est sous-entendu que les enfants ont bel et bien noté le récit d’un conteur. Sous le titre Pitchin-Pitchot, ce texte a d’abord été publié dans le journal scolaire Les Remparts, puis en avril 1929, dans Enfantines, collection de brochures écrites et illustrées par les enfants, enfin la même année, dans le n°9 de La Gerbe, revue dirigée par Freinet. Paul Delarue précise qu’il s’agit, à sa connaissance, de la seule version collectée en France de ce conte répandu dans de nombreux pays d’Europe, d’Asie et d’Afrique, même si l’on peut repérer des éléments de ce conte dans Le Pigeon et la Colombe, conte écrit par Madame d’Aulnoy et publié en 1698. Il ajoute :

Notre version des Alpes-Maritimes est étroitement apparentée aux versions italiennes. Dans les versions nordiques et allemandes, le héros est souvent repris deux fois et rentre chez lui, généralement après avoir infligé à la femme ou à la fille de l’ogre le supplice qui lui était destiné.

6Or, dans le premier numéro de La Gerbe d’avril 1927, figure déjà une version de ce conte, écrite par Jeannot Faroppa, élève de Bar-sur-Loup, intitulée Péquénain et qui est précisément cette version où le héros, d’abord repris par l’ogre, se tire d’affaire en provoquant la mort de la femme de l’ogre. Delarue avait peu de chance de retrouver ce récit, tiré à très peu d’exemplaires, mais il aurait sans doute été heureusement surpris de découvrir que ce sont des élèves de Freinet qui ont recueilli ou écrit, à deux années d’intervalle, les deux seules versions françaises connues d’un conte dont les occurrences européennes sont, elles, si nombreuses. Il s’avère donc que Freinet a publié, à deux années d’intervalle et dans des journaux scolaires différents, deux versions de ce même conte, aux épilogues différents, transcrites par des enfants issus de deux lieux différents, de Bar-sur-Loup et de Saint-Paul. était-il conscient qu’il s’agissait de deux versions du même conte ? Oui, évidemment, les versions sont très proches et Freinet choisit d’illustrer l’épilogue, le triomphe du héros au détriment de l’ogre, par la même image.

  • 6 Les thèmes et méthodes de la pédagogie Freinet sont exposés par Jérôme Meidoz, L’Âge du roman parla (...)

7Ce corpus pose une question essentielle : comment définir cette collecte ? Le protocole suggéré par Freinet est si précis qu’il ne peut y avoir de doute sur son identité ethnographique : la collecte du conte, dit-il, doit s’accompagner d’un contact répété avec l’informateur à qui l’enfant doit demander de préciser son identité, sa profession, sa formation, ses goûts, et l’origine du récit transcrit. Par ailleurs, sont tout aussi essentielles la transcription et l’étude du récit6. Fait remarquable enfin : Freinet prône la libre association construite sur l’usage de la catégorie de ressemblance, reprenant ici, sans que l’on puisse déterminer exactement la connaissance qu’il en eut, les définitions qu’Arnold Van Gennep a présentées dans Le Folklore en 1926 puis dans le Manuel du folklore français contemporain en 1937. Pour Van Gennep, la catégorie de ressemblance et l’analogie de position sont les seuls principes organisateurs du savoir populaire assignant à chacun une place dégagée de toute hiérarchie. Cependant, si ces consignes concernant les pratiques de collecte sont données par Freinet dès 1926 aux autres écoles intéressées par cette pédagogie, en particulier dans L’Imprimerie à l’école et L’éducateur prolétarien, il n’en existe pas de trace dans ses propres publications de contes.

8Il reste que le résultat de cette collecte est impressionnant : émergent des récits atypiques et apparaît toute une série de nouveaux récits réinventés ou de suites narratives aux contes initiaux. Freinet les identifie sans difficulté, y compris lorsqu’il s’agit de contes peu répandus en France et manifestement d’origine italienne. Ce qui caractérise donc cette collecte, c’est sa singularité. Inconnus des folkloristes ou hors-normes, ces contes contreviennent aux désignations habituelles des catalogues. Peut-être parce qu’ils leur sont inconnus, certains d’entre eux ne seront pas retenus par Paul Delarue puis par Marie-Louise Tenèze pour leur Catalogue du conte populaire français (c’est le cas du Petit Chaperon rouge, ou encore de Cendrillon - la Cendrella, version provençale collectée en 1931). Quant à l’usage pédagogique opéré par Freinet, il transforme les enfants, une fois devenus collecteurs, en conteurs à leur tour, les encourageant à se remémorer les contes qu’ils connaissent, à les écrire, à se constituer ainsi un répertoire, et ce par la pratique de la libre association morphologique, symbolique ou psychologique : l’enfant incite ainsi ses camarades ou bien ses informateurs à de nouvelles performances.

  • 7 Arnold Van Gennep, Le Folklore, Paris, Librairie Stock, 1924, chapitre III «  Méthodes », p. 32-44. (...)

9Cependant, ce n’est pas une collecte strico sensu. Tout d’abord, et c’est une évidence, parce que ces contes sont traduits en français du franco-provençal. Et sans le savoir, Freinet contrevient ici aux propositions méthodologiques de Van Gennep : des collectes doivent être respectueuses des informateurs et des sources, ce que le folkloriste appelle dès 1924 dans Le Folklore « l’enquête directe » qui nécessite des transcriptions intégrales des récits, dans leur langue initiale, le refus d’en sélectionner un au profit d’un autre, au prétexte qu’il serait plus proche de Perrault ou bien des catégories des classements internationaux7. Ensuite, parce qu’aux yeux de Freinet, cette collecte est une étape pédagogique qui vise à susciter chez ses élèves le désir d’inventer d’autres récits. Il s’aligne ainsi sur la position de Marie-Louise Lagier-Bruno, sœur aînée d’élise Freinet, qui est l’initiatrice de ce type de fiction. Plus tard, il s’avèrera que Freinet a une approche plutôt ambivalente du conte. Au Premier Congrès de Sociologie de l’Enfant de 1936 puis au Premier Congrès International de Folklore de 1937, il intervient sur le thème de l’usage pédagogique des contes. Il assure que

« si la portée éducative du folklore a considérablement diminué, les contes restent des sujets d’étude d’une richesse extraordinaire pour les pédagogues et les sociologues. »

Cette approche positiviste, selon laquelle les contes ne seraient plus une source d’apprentissage du savoir comme autrefois, ne prend pas en considération les travaux des folkloristes, des ethnologues et des historiens, travaux qui devaient pourtant lui être connus, et elle est surprenante. En revanche, Freinet identifie fortement la portée pédagogique du conte : c’est un instrument dont l’usage permet une maturation linguistique facilitée par ses formules répétitives ; et c’est aussi un outil psychanalytique et initiatique qu’il est nécessaire d’exploiter :

  • 8 Célestin Freinet, « Les contes et leur utilisation à l’école », in Travaux du Ier congrès internati (...)

« L’enfant s’exprimant librement selon nos techniques écrit des contes à lui, qui sont comme une sorte d’explication poétique des inconnus qui l’oppressent.8 »

Freinet assure donc que ce n’est pas lui qui « préconise » les contes, mais qu’il les accueille, qu’il s’agisse de transcriptions de récits oraux ou bien d’inventions enfantines.

10Freinet est loin d’être l’instigateur de ces méthodes pédagogiques. Quelques instituteurs l’ont devancé : au cœur du Félibrige, représenté par Joseph Aurouze, auteur d’une thèse dédiée à George Dumézil, émile Ripert ou encore Jean Lhermite – dit Frère Savinien, il existe un Félibrige occitan républicain qui prône un apprentissage du français en coexistence avec l’occitan et dont la figure la plus remarquable est sans conteste Antonin Perbosc9. Parmi les collectes de données populaires effectuées par les élèves d’Antonin Perbosc, existe la Monographie de la commune de Comberouger, dans le Tarn et Garonne, où il a enseigné avec son épouse de 1893 à 1908.

Ill. 2 : Antonin Perbosc et son épouse Maria avec leurs élèves de l'école de Comberouger vers 1900

Il s’agit de la mise en chantier d’un grand projet pédagogique visant à réconcilier les existences parallèles des enfants, pris entre leur milieu familial et social, et l’école. Perbosc est persuadé que l’enseignement de la langue, de la culture et de l’histoire nationale ne doit pas s’appuyer sur le refoulement de la langue maternelle occitane ou sur l’occultation des savoirs dont les enfants sont naturellement dépositaires. Il décide de faire entrer la langue d’oc à l’école et de la réhabiliter aux yeux des enfants. Il s’ensuit une enquête collective et intensive, conduite par les enfants eux-mêmes, développant chez eux le sens de l’observation précise et de l’écoute sur ce qu’on n’appelait pas encore un « terrain ». Le cadre de travail est également inédit : une société scolaire est constituée dont les membres ont entre 8 et 13 ans. La présidente, Marie Tournié, a 13 ans en décembre 1900, et elle se révèle une remarquable conteuse.

Ill. 3 : Marie Tournié, élève d'Antonin Perbosc, présidente de la Société Traditionniste de Comberouger, vers 1900-1905

  • 10 Antonin Perbosc, Au païs de la gata blanca. Contes populars, Edicion establida per Josiane Bru e Jo (...)
  • 11 Geneviève Massignon, De bouche à oreille. Anthologie de contes populaires français, Paris, José Cor (...)

Il en résulte une production importante, portant essentiellement sur la littérature orale. Les contes sont recopiés puis traduits par Marie Tournié sur un grand cahier intitulé Folklore de Comberouger. Contes populaires10. Les noms des conteurs, leur âge, leur profession sont précisés. Les contes eux-mêmes sont notés au plus près du texte oral, comme il a été demandé aux enfants : ce sont des documents bruts, exempts de toute préoccupation autre que la fidélité à la parole. Même si l’on repère quelques corrections orthographiques, telle que l’usage du « o » pour le son « ou », Perbosc laisse les enfants écrire en « absolu patois de Comberouger ». Toutes les catégories de contes sont représentées, des grands contes merveilleux aux contes d’animaux, dont certains sont très proches du Roman de Renard, et les fameuses « randonnées » chères à Geneviève Massignon qui « présentent des chaînes énumératives, puis récapitulatives, généralement rimées ou assonancées, permettant à l’enfant de suivre l’évolution d’une histoire voire ensuite de la retrouver par lui-même »11.

  • 12 En revanche, il est certain qu’il la découvrira en 1946 après la mort de Perbosc (1944) par l’inter (...)

11L’œuvre de Perbosc n’est pas inconnue de Van Gennep qui cite à plusieurs reprises les collectes de Comberouger, mais en revanche, en 1927-1930, elle l’est de Freinet12. à une vingtaine d’années d’intervalle, la collecte des contes à vocation pédagogique a donc changé de forme et de qualité. Il s’avère clairement que Freinet a été prisonnier de l’ampleur militante de son projet pédagogique : La Gerbe et L’Imprimerie à l’école se doivent d’avoir une diffusion nationale, et de ce fait, tous les contes transcrits par les élèves sont en français. Mais il est prisonnier aussi et surtout des structures éditoriales qui soutiennent ce projet : pour s’en rendre compte, il suffit de lire dans L’imprimerie à l’école, les consignes techniques, les recommandations sur l’achat de telle ou telle presse, qui sont données aux instituteurs d’autres régions. Le progrès technique dont bénéficie Freinet a gauchi et transformé la qualité de la collecte.

  • 13 Daniel Fabre, entretien avec Thierry Wendling, « L’intelligence du conte », ethnographiques.org, Nu (...)

12Cette question renforce le constat présenté par Thierry Wendling, lorsque se pose ainsi la question de la figure du collecteur : nous sommes tous conscients que si le conte oral n’existe que par son conteur, nous savons aussi qu’il n’accède à la réalité académique qu’à travers son collecteur. Dans les années 1960, l’arrivée des magnétophones a permis de recueillir la parole sur le vif. Ce progrès technique semble avoir paradoxalement libéré les collecteurs d’une focalisation trop exclusive sur le texte, précisément sur les récits qu’ils s’efforçaient de transformer en texte ou d’inclure dans une typologie : ceci a donc permis d’accorder plus d’attention au conteur. De ce fait, chaque collecteur s’est « inventé » son conteur, et s’est établi entre eux un « contrat ethnographique » selon le terme de Daniel Fabre13. Autrefois, le conteur ralentissait son débit, répétait ses propos pour que l’ethnologue, le folkloriste ou l’érudit puisse noter ses paroles ; aujourd’hui, il accepte de parler devant un micro ou face à une caméra, mais même si c’est toujours pour permettre la transmission de son témoignage, il est plus libre dans ses re-compositions narratives et ainsi, se fait jour un usage inventif des récits.

  • 14 Cité par Thierry Wendling, Federica Diémoz, Aurélie Reusser-Elzingre, Andrea Jacot descombes, « Pet (...)

13Pour autant, le conte est-il un objet anhistorique, comme l’ont postulé les formalistes, et avant eux, les folkloristes pris dans leur inlassable quête d’un tronc commun ? Non, bien sûr. Daniel avait l’habitude de dire que « le conteur et son ethnographe sont tous deux attentifs aux articulations difficiles entre ce qui est vécu et ce qui est reçu14 ». Aussi le collecteur le plus attentif n’atteint-il une véritable rigueur méthodologique qu’en intégrant tous les processus mémoriels. Les contes, les conteurs et leurs auditoires travaillent avant tout leur identité, c’est vrai, et les collectes de Freinet et de Perbosc en font témoignage. Mais ce travail s’opère aussi en s’insérant dans un processus, celui de transmettre, de recevoir un récit, et surtout de le ré-inventer. L’immense pouvoir du langage est de faire exister ce qui n’est pas présent, mais aussi ce qui n’est plus présent au moment-même de l’énonciation. Ainsi le conte postule dans sa fragilité même au rang de monument, une performance digne de durer dans la mémoire de ceux qui l’ont entendu. Comme toute tradition orale, les contes disent quelque chose du présent en s’affirmant du passé : ils visent à enraciner le présent dans un passé qui, précisément parce qu’il est passé, ne peut qu’être reforgé en fonctions des conditions et des attentes du présent, et en fonction de la manière dont le passé est aujourd’hui imaginé. Les traditions orales élaborent donc un rapport paradoxal à la mémoire, au sein d’une société qui voudrait oublier et qui n’en finit pas de se souvenir.

*

14Depuis 2011, j’organise le dépôt au Département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France d’un fonds de contes et chansons collectés auprès d’un agriculteur breton de Redon, Claude Le Coz, décédé à l’âge de 83 ans en 2010. J’ai collecté certains de ses contes, en français et en gallo, dans les années 1990.

Ill. 4 : Claude Le Coz chez lui, dans sa cuisine, à Kerblégo près de Péaule (Morbihan) vers 1990

Or, au fur et à mesure de mes visites, en compagnie des ethnologues Robert Bouthillier et Pierre Guillard, le corpus de Claude Le Coz évoluait : ce constat m’intéressait d’autant plus que Le Coz s’était mis à transcrire ses contes sur des cahiers, et qu’il s’enrichissait – ou non, d’ailleurs – des lectures et consultations des catalogues de Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze pour les contes, et de Conrad Laforte et Patrice Coirault pour les chansons, mais sans pour autant les citer spontanément. La demande régulière de l’association de collecte et de sauvegarde des récits traditionnels Dastum avait, bien entendu, joué un rôle dans ce parcours mais Le Coz restait cependant rétif aux confrontations avec les « néo-conteurs » plus aisément insérés dans la sociabilité propre aux associations de collecte : ces « nouveaux conteurs », souvent issus de milieu urbain et d’un statut socio-culturel plus élevé, s’approprient les contes comme autant d’objets littéraires qu’il leur faut réinscrire dans l’oralité. Le Coz, quant à lui, était un conteur « traditionnel », il ne se réclamait que de son héritage familial, celui des pratiques d’oralité quotidiennes, au retour de l’école, ou lors de la pause autorisée après les travaux des champs. énumérant les travaux communs et les loisirs festifs qui favorisaient l’émergence des contes, il parlait de ce « très vieux contrat social de contage qui rassemble les gens et qui conditionne leurs relations d’existence. » Quant au corpus dont il était dépositaire, il l’identifiait ainsi :

« Il y a ces contes-là, de vieux contes, de grandes histoires de notre vie d’autrefois, et je n’en connais pas d’autres, je ne vais pas en inventer de nouveaux. »

  • 15 Daniel Fabre, « L’ethnologue et ses sources » in Terrain, n°7, octobre 1986, p. 3-13.

15Nos rencontres avec Claude Le Coz étaient clairement identifiables : nous étions dans la situation que Daniel a identifiée sous le vocable d’une « ethnologie de l’interaction »15 : c’est l’irruption du chercheur – car il vient toujours d’ailleurs, disait Daniel, et pas seulement de la ville, ou d’une autre région, mais aussi parce que la distance heuristique avec l’informateur est créée par sa culture, par le fait qu’il enquête, qu’il lit, qu’il construit son objet – c’est donc l’irruption du chercheur qui va susciter et autoriser un discours qui exhibe sa différence.

Ill. 5 : Claude Le Coz dans son jardin, à Kerblégo près de Péaule (Morbihan) vers 1995

Il se trouve que, dans ce cas, la différence de Claude Le Coz résidait dans le fait qu’il était un déraciné, entre la Bretagne bretonnante d’où il était originaire, un séjour à Paris avec son père après la mort de sa mère, puis un retour en Bretagne en 1938, mais cette fois-ci en pays gallo, où sa belle-mère avait sa famille. D’une certaine manière, il avait besoin d’identifier ses sources, d’une famille à l’autre – la sienne, puis celle de sa belle-mère, puis celle de son épouse –, d’une région à l’autre, d’une période historique à l’autre, avant et après 1940-1945.

  • 16 Pierre Guillard, Catherine Velay-Vallantin, « Claude Le Coz, itinéraire d’un conteur d’exception », (...)
  • 17 Cette position a été théorisée par Gérard Althabe, Sociétés industrielles et urbaines, séminaire de (...)

16Claude Le Coz a donc transcrit ses contes, d’abord ceux de sa grand-mère bretonnante, issue de Rosquelfen, dans les Côtes-d’Armor, qu’il avait traduits du breton, puis ceux de son épouse et les siens. Lui aussi contait sur le mode d’une association libre qui se nourrissait de ressemblances morphologiques, et face aux différentes versions d’un conte qu’il mobilisait pour nous au gré des analogies, il s’était senti dans l’obligation de les écrire « pour ne pas les perdre »16. Ainsi se pose la question de l’écrit, en particulier de ces cahiers manuscrits ou dactylographiés qui restituent des récits oralisés : cette opération de fixation écrite d’une matière qui a transité par des voies orales et qui, parallèlement à l’écriture, aussi bien domestique qu’officielle, d’ailleurs, a une carrière orale, est un phénomène bien réel, de plus en plus fréquent. Il serait même assez juste de dire que ces manuscrits, écrits et réécrits au gré des performances, participent de ce que Daniel appelait l’ « œuvre orale ». Car les conteurs ne se contentent pas d’attendre la visite de l’ethnologue, ils la devancent en fixant leur corpus par écrit, et ensuite, ils le réécrivent. Nous voici renvoyés à un vieux débat : le chercheur invente-t-il sa collecte, ses documents ? Jusqu’à quel point les contraint-il ? Quels filtres, conscients ou inconscients, applique-t-il à sa collecte ? À quelle sélection se livre-t-il ? Le produit de son enquête est-il souvent davantage le reflet de son interrogation que celui de la réalité ? Il s’avère donc qu’au lieu d’être distanciés, l’ethnologue, et dans le cas de Freinet et de Perbosc, le pédagogue, sont impliqués, révélant ainsi l’ordre caché du groupe au sein duquel évolue le conteur, qu’il en soit en marge ou non17.

17Nous avons souvent évoqué les liens entre l’écrit et l’oral, les inscriptions et les traces d’oralité dans l’écrit, et inversement. Mais ici, nous sommes dans un autre cas de figure : ce ne sont pas seulement des livrets de colportage ou des recueils de contes qui initient la performance orale du conte ou bien la transforment ou encore l’enrichissent ou l’appauvrissent. Chez ces conteurs, approchés par des ethnologues et des pédagogues, les classifications et les catalogues participent de l’acte même de conter : c’est un répertoire qu’ils ne citent jamais mais qui coexiste dans leur mémoire au même titre que celui de leurs propres informateurs, dans le cas de Le Coz, une grand-mère et une épouse. Ils manient si bien nos systèmes d’identification et de classification qu’ils savent que leurs récits préexistent à leur énonciation, et qu’ils sont reconnus comme tels quand on les entend. Ils distinguent telle chanson ou tel conte. Ils savent que ce sont des objets construits, qu’ils ne sont pas aléatoires. Et que ce n’est ni un hasard ni un accident si tel conte commence par telle situation initiale et présente un déroulement narratif construit sur l’agencement de tels motifs et de tels épisodes. Ils savent que ces motifs appartiennent au récit en question, un récit structuré en fonction de règles formelles qui appartiennent au genre lui-même.

18Pour ces conteurs, le glissement d’un genre classificatoire, les catalogues de contes ou encore les catalogues de livrets de colportage qui leur sont maintenant connus, à un autre, les manuscrits de contes qu’ils écrivent avant et/ou après la performance orale, devient une norme dans leur production orale, ou plus exactement une norme de leur production. Leur corpus de contes ne propose pas une transgression des genres classificatoires, dont le caractère conventionnel n’est jamais oublié. Mais ils explorent les possibilités des croisements entre les techniques de classement des différents catalogues et des recueils. Ils semblent procéder de façon à ignorer les classifications traditionnelles, alors qu’en fait, ils les exploitent. Cette démarche présente un caractère dialectique, un mouvement de retour destiné à provoquer de nouveaux effets pour un conte déjà publié et classé selon une organisation immuable. Et la plupart du temps, cette manipulation se réalise par l’exploitation de la plus grande confusion des affects du collecteur. Son efficacité est remarquable.

19Cependant, malgré cet usage des catégorisations savantes, il existe bien un « grand partage » : malgré leurs singularités que l’on pourrait référer à leur valeur patrimoniale, ces trois collectes ont un point commun : elles disposent d’un pouvoir dont aucun conteur ne se saisit, celui de pouvoir participer à des processus d’identification collective et patrimoniale, surtout dans le cas des conteurs interrogés par Antonin Perbosc et de Claude Le Coz. En fait, s’il est bien question dans ces trois cas, en Provence, en Occitanie et en Bretagne, d’« une histoire à soi », selon le terme d’Alban Bensa et de Daniel Fabre, il n’y a pas de revendication identitaire, et il ne saurait être question d’un usage social du patrimoine qui permettrait de tenir ensemble les pratiques de la narration orale, les usages politiques, et les jeux des rapports sociaux. Peut-être est-ce ainsi parce que les conteurs n’ont pas remis en question l’autorité des pédagogues et des ethnologues qui les interrogeaient, mais aussi et surtout parce qu’ils avaient une conscience aigüe de la spécificité de leurs répertoires, de leur décalage au regard d’autres productions narratives : de ce fait, ils n’en ont jamais envisagé ni la politisation ni l’usage social.

  • 18 Daniel Fabre, entretien avec Thierry Wendling, « L’intelligence du conte », op. cit.
  • 19 Carlo Ginzburg, Le Sabbat des sorcières, Paris, Gallimard, 1992, p. 33 et p. 211.
  • 20 Carlo Ginzburg, cité par Roger Chartier, « L’invention du sabbat », in Le Jeu de la règle. Lectures(...)

20L’autre point concerne la généalogie narrative : malgré les injonctions de Freinet et le désir latent de Perbosc et de ses amis Félibres, et le mien face à Claude Le Coz, il n’est jamais question de généalogie narrative, ni chez les conteurs, ni chez les collecteurs. Daniel raconte l’histoire de sa conteuse, Louise Cassagneau, née en 1885, qui lui avait donné une version d’Œdipe18. Lorsque Daniel lui eut dit : « Mais vous savez, c’est une histoire très ancienne qui a plus de 2500 ans », cette remarque l’avait beaucoup frappée, et quand il était revenu la voir, elle lui avait dit : « Tu sais, moi, je connais des contes de plus de 2000 ans – du temps où les bêtes parlaient ». Elle avait, disait-il, télescopé l’information historique avec ce qu’on dit des contes. Et Daniel avait remarqué que les contes qu’elle choisissait formaient une mosaïque à l’image de sa propre biographie. Or, la question de la généalogie narrative est pourtant ce qui habite les folkloristes, tel Emmanuel Cosquin au début du xxe siècle, et les Félibres, et Georges Dumézil, et aussi les tenants de la Volskunde allemande, et encore ceux de l’école historico-géographique finnoise. Carlo Ginzburg évoque l’obsession de cette « interprétation diffusionniste vieillie, fondée uniquement sur des filiations et sur des rapports génétiques », « la séduction et les dangers d’un modèle qui fut romantique avant d’être positiviste : celui de l’arbre généalogique19 », le « gouffre temporel vertigineux20 » de l’interminable quête du substrat indo-iranien. Puisque nous sommes face à des récits atypiques, sans doute aurait-il fallu que ces folkloristes s’interrogent sur les « anomalies », les « fissures » chères à Carlo Ginzburg, sans doute aurait-il fallu cibler l’imperfection des filiations singulières parfois dépourvues de postérité. Il aurait été opératoire de s’interroger et d’interroger les conteurs sur les rapports de l’historiographie et du conte ; certes, certains Félibres ont été tentés par l’efficacité de cette approche : ce fut le cas de Frédéric Mistral à propos de la légende de la Tarasque, et d’Antonin Perbosc au sujet de l’héritage des Troubadours occitans, mais ces tentatives ont été menées indépendamment des collectes.

  • 21 Daniel Fabre, « Chinoiseries des Lumières. Variations sur l’individu-monde », L’Homme, n° 185-186, (...)
  • 22 Jean-Louis Tornatore, « Mais que se passe(nt)-ils, au juste ? Sur la relation au passé (patrimoine, (...)

21Mais en fait, tout est affaire de proximité et d’empathie sociale et culturelle : Freinet et Perbosc manient si bien l’approche morphologique qu’ils risquent en cela les rapprochements les plus aventureux, et ce faisant, ils sont au plus près de leurs informateurs. Plus précisément, dans le cas d’Antonin Perbosc, il n’est jamais à distance des croyances et des rites qui accompagnent son matériau narratif, disparate, forcément disparate. Mais son identité est en fait celle du passeur, oscillant entre l’adéquation au registre savant de l’école de la Troisième République et la quête de ses origines occitanes en perdition, qu’il doit réinventer, pris au piège des procédures officielles de la patrimonialisation. M’associant aux remarques de Gaetano Ciarcia, je reprends ici la réflexion de Daniel sur l’émergence de la figure de l’ « individu-monde » dans les Lettres persanes de Montesquieu : il s’avère que le pédagogue-collecteur, ce passeur, « n’est pas a priori le représentant idéal d’une altérité qu’il rend accessible, il est d’abord un individu défait et reconstruit dans une histoire chaotique dont témoigne sa vie. »21 La problématique qu’il me paraît nécessaire d’interroger est celle de ces scènes où l’érudition incarnée joue (de) son autorité : une telle autorité, revendiquée ou attribuée, instaure une relation de légitimation mutuelle entre les conteurs et le fait que ces conteurs sont aussi les sujets du regard d’une instance extérieure. En somme, la « petite patrie » des élèves de Comberouger est celle que leur maître, Antonin Perbosc, avait rêvée, et dont le projet pédagogique et politique a échoué. Si Perbosc d’abord et Freinet ensuite ont manqué à la mise en place d’une anthropologie réflexive (mais l’un et l’autre y ont pensé), c’est parce que, pour l’un comme pour l’autre, le projet pédagogique était soumis au militantisme politique. Dans ces deux cas, bien malgré eux peut-être, il y eut un « grand partage », car il y eut le « temps des solidarités », et il y eut le « temps de la rédaction »22.

  • 23 La Nouvelle Revue Française, n° 233, 1er février 1933, p. 193-205.
  • 24 La Nouvelle Revue Française, op. cit., p. 193-194.

22Car quel fut le devenir des contes des élèves de Freinet ? L’expérience a débordé le cadre scolaire : en février 1933, La Nouvelle Revue Française publie des « Récits d’enfants » recueillis par Freinet et l’écrivain Louis Guilloux, liés tous deux au mouvement prolétarien d’Henry Poulaille23. Dix récits, rédigés par des filles et des garçons de cinq à douze ans, ont été communiqués par Guilloux et onze par Freinet, tirés de « la petite revue, imprimée par les enfants, La Gerbe, qui paraît à Saint-Paul-de-Vence »24. La NRF qui publiait notamment des textes de Guilloux et d’Eugène Dabit, témoignait d’une ouverture certaine au débat en cours dans le champ littéraire, entre cercles prolétariens et populistes. Les « récits d’enfants » s’inscrivent au confluent de deux préoccupations : pour Freinet, il s’agit de montrer que la créativité spontanée des enfants donne des textes « valables » ; pour Guilloux, cette publication autorise à penser qu’il existe, chez « les enfants du peuple », une conscience précoce des rapports sociaux qui s’élabore par la grâce du récit même.

23Mais pour atteindre le niveau ordinairement exigé par la revue littéraire, ces vingt et un textes ont de toute évidence été réécrits, ou du moins co-écrits ou corrigés par Freinet et Guilloux : ils ne contiennent aucune faute d’orthographe ou de syntaxe, aucune erreur de construction narrative ou d’argumentation, aucun juron, aucun dérapage verbal. Minimalistes, ces brefs récits trahissent certes l’âge de l’enfant, mais sont pour l’essentiel grammaticalisés et verbalisés selon la norme scolaire même que Freinet réfute. Tout se passe alors comme si Guilloux et Freinet reconduisaient le modèle traditionnel.

  • 25 Daniel Fabre, entretien avec Thierry Wendling, « L’intelligence du conte », op. cit.

24De plus, une sorte de manipulation littéraire fait irruption : le naturel et l’authenticité, dans ces textes écrits, s’avèrent des leurres. Leurs effets résultent d’un travail de mise en scène que les écrivains connaissent bien : la présence des textes d’enfants dans une grande revue littéraire, vouée au culte de la forme, incite à lire ces brefs récits comme une forme d’art brut avant la lettre ; c’est ainsi, par exemple, que, si des épisodes jugés trop élaborés ont été supprimés, les motifs scatologiques, quant à eux, ont été maintenus. Mais ce soi-disant donné brut renferme un paradoxe : il est presque totalement rendu à la norme au moment où il devient public. La voix enfantine se trouve quadrillée par le stéréotype du récit d’école, et lavée de la plupart des fautes de langage. Il reste que la revue invite à lire cette performance comme une sorte de degré zéro de la littérature. Sous la pression du dadaïsme et du surréalisme, les frontières du littéraire se sont considérablement élargies : le terrain d’expérience du discours littéraire s’étend donc à divers discours autrefois marginaux, tels que ceux produits par le fou, l’enfant, et le prolétaire, qui en relativisent la rhétorique. Se construit alors une opposition que Daniel avait formulée ainsi : « Le conte explique ce qu’il faut faire pour appartenir au monde social, villageois en général. Il est un instrument d’illumination du monde et les conteurs savent l’utiliser ainsi. [...] Le roman pose la question de l’identité personnelle, se construire, s’accepter, s’aimer et aimer son destin. Ce n’est pas du tout la question que pose le conte. »25

Top of page

Notes

1 Thierry Wendling, « L’intelligence du conte. Entretien avec Daniel Fabre », ethnographiques.org, Numéro 26, juillet 2013 : http://www.ethnographiques.org/L-intelligence-du-conte-Entretien (consulté le 28.12.2016).

2 Christine Laurière, « Hommage à Daniel Fabre. La RCP 323 : une aventure collective en pays de Sault. Entretien avec Dominique Blanc, Agnès Fine, Jean Guilaine et Claudine Vassas », ethnographiques.org , Numéro 32 – septembre 2016 : Enquêtes collectives : http://www.ethnographiques.org/2016/Lauriere (consulté le 28.12.2016)

3 Pierre Allorant, Gabriel Bergougnioux et Pascal Cordereix (dir.), Jean Zay. Invention, Reconnaissance, Postérité, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2016. L’enregistrement vidéo du colloque peut être consulté à la BnF sous la cote : NUMAV-862787.

4 Elise Freinet, L’Itinéraire de Célestin Freinet. La libre expression dans la pédagogie Freinet, Paris, Payot, 1977.

5 Paul Delarue, Le Conte Populaire Français. Catalogue raisonné des versions de France et des Pays de langue française d’Outre-mer, Paris, éditions Erasme, 1957, tome I, p.328-329 : « L’enfant dans le sac », version du conte-type 327 C, d’après la classification internationale d’Antti Aarne et Stith Thompson, est reproduite dans son intégralité par Paul Delarue.

6 Les thèmes et méthodes de la pédagogie Freinet sont exposés par Jérôme Meidoz, L’Âge du roman parlant (1919-1939). écrivains, critiques, linguistes et pédagogues en débat, Paris, Droz, 2001, chapitre IV : « Vers une nouvelle pédagogie de l’oral et de l’écrit : Célestin Freinet », p. 189-206. à partir de 1936, Célestin Freinet a synthétisé les grandes lignes de sa méthode : « Points de vue nouveaux sur le conte. Ses possibilités actuelles, son avenir » (Communication au premier congrès de sociologie de l’enfant, à Paris ), in L’éducateur Prolétarien, n° 2, 15 octobre 1937, p. 42-45, et « Les contes et leur utilisation à l’école », in Travaux du Ier congrès international de folklore, tenu à Paris du 23 au 28 août 1937 à l’école du Louvre, Tours, Arrault et Cie Imprimeur, 1938, p. 421-424. Les deux communications sont sensiblement identiques. Les travaux du Ier congrès international de folklore tardant à être publiés, il est probable que Freinet ait préféré éditer rapidement la communication prononcée au congrès de sociologie de l’enfant dans L’éducateur prolétarien.

7 Arnold Van Gennep, Le Folklore, Paris, Librairie Stock, 1924, chapitre III «  Méthodes », p. 32-44. Voir Daniel Fabre, «  Le Manuel de Folklore français d’Arnold Van Gennep », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, T. 3 Les France, vol. 2 Traditions, Paris, Gallimard, 1992, p. 641-675.

8 Célestin Freinet, « Les contes et leur utilisation à l’école », in Travaux du Ier congrès international de folklore, tenu à Paris du 23 au 28 août 1937 à l’école du Louvre, op. cit., p. 423.

9 Josiane Bru, « De la collecte à l’œuvre, les contes d’Antonin Perbosc », www.pastel-revue-musique.org/2014, p. 1-11, Hervé Terral, «  L’enfant cueilleur des mots ou l’aventure pédagogique de Comberouger (1900-1908) », Tréma, 22, 2003, mis en ligne le 13 octobre 2010 : http://trema.revues.org/1526. Voir l’article « Antonin Perbosc (1861-1944) », sur le site du GARAE Ethnopôle, Carcassonne : http://www.garae.fr/spip.php?article297.

10 Antonin Perbosc, Au païs de la gata blanca. Contes populars, Edicion establida per Josiane Bru e Joan Eygun, introduction de Josiane Bru, « L’école des contes », p. 7-23, Tolosa, Letras d’òc, coll. Camins, 2013, Antonin Perbosc et Marie Tournié, Folklore de Comberouger. Contes populaires, Manuscrit 1452 conservé à la Bibliothèque d’étude et du Patrimoine de Toulouse, consultable en ligne sur le site Rosalis : http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr.

11 Geneviève Massignon, De bouche à oreille. Anthologie de contes populaires français, Paris, José Corti, 2006, p. 195.

12 En revanche, il est certain qu’il la découvrira en 1946 après la mort de Perbosc (1944) par l’intermédiaire du « Groupe Perbosc / Institut d’études Occitanes », comme l’atteste sa correspondance avec Hélène Cabanes institutrice à Abeilhan, Hérault : voir Hervé Terral, « La question de la « pédagogie régionaliste » à partir des années 1900 : le cas de la langue d’oc de Mistral aux Calandretas », Carrefours de l’éducation, 2014/2, n°38, p. 51-64.

13 Daniel Fabre, entretien avec Thierry Wendling, « L’intelligence du conte », ethnographiques.org, Numéro 26, juillet 2013.

14 Cité par Thierry Wendling, Federica Diémoz, Aurélie Reusser-Elzingre, Andrea Jacot descombes, « Petit guide de voyage sur les chemins du conte », ethnographiques.org, Numéro 26, juillet 2013.

15 Daniel Fabre, « L’ethnologue et ses sources » in Terrain, n°7, octobre 1986, p. 3-13.

16 Pierre Guillard, Catherine Velay-Vallantin, « Claude Le Coz, itinéraire d’un conteur d’exception », in La Grande Oreille, La Revue des arts de la parole, n°48, décembre 2011, p. 74-77.

17 Cette position a été théorisée par Gérard Althabe, Sociétés industrielles et urbaines, séminaire de Royaumont, Ethnologie de la France, cahier 1, Paris, Mission du Patrimoine ethnologique, Maison des sciences de l’homme, « Introduction », p.1-12.

18 Daniel Fabre, entretien avec Thierry Wendling, « L’intelligence du conte », op. cit.

19 Carlo Ginzburg, Le Sabbat des sorcières, Paris, Gallimard, 1992, p. 33 et p. 211.

20 Carlo Ginzburg, cité par Roger Chartier, « L’invention du sabbat », in Le Jeu de la règle. Lectures, Presses Universitaires de Bordeaux, 2000, p. 93.

21 Daniel Fabre, « Chinoiseries des Lumières. Variations sur l’individu-monde », L’Homme, n° 185-186, 2008, p. 287, cité par Gaetano Ciarcia (dir.), Ethnologues et passeurs de mémoires, Ed. Karthala, Paris, 2011, « Introduction », p. 20.

22 Jean-Louis Tornatore, « Mais que se passe(nt)-ils, au juste ? Sur la relation au passé (patrimoine, mémoire, histoire, etc.) et ses amateurs », in Gaetano Ciarcia ( dir. ), Ethnologues et passeurs de mémoires, op. cit., p. 75-91.

23 La Nouvelle Revue Française, n° 233, 1er février 1933, p. 193-205.

24 La Nouvelle Revue Française, op. cit., p. 193-194.

25 Daniel Fabre, entretien avec Thierry Wendling, « L’intelligence du conte », op. cit.

Top of page

List of illustrations

Caption Ill. 1 : Célestin Freinet et ses élèves de Saint-Paul-de-Vence vers 1928-1930 : l'atelier d'imprimerie dans la cour de l'école
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/7495/img-1.jpg
File image/jpeg, 28k
Caption Ill. 2 : Antonin Perbosc et son épouse Maria avec leurs élèves de l'école de Comberouger vers 1900
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/7495/img-2.jpg
File image/jpeg, 100k
Caption Ill. 3 : Marie Tournié, élève d'Antonin Perbosc, présidente de la Société Traditionniste de Comberouger, vers 1900-1905
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/7495/img-3.jpg
File image/jpeg, 68k
Caption Ill. 4 : Claude Le Coz chez lui, dans sa cuisine, à Kerblégo près de Péaule (Morbihan) vers 1990
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/7495/img-4.jpg
File image/jpeg, 60k
Caption Ill. 5 : Claude Le Coz dans son jardin, à Kerblégo près de Péaule (Morbihan) vers 1995
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/7495/img-5.jpg
File image/jpeg, 76k
Top of page

References

Electronic reference

Catherine Velay-Vallantin, « Daniel Fabre et le conte : « Ecriture d’une différence » », L’Atelier du Centre de recherches historiques [Online], 16 Bis | 2017, Online since 06 February 2017, connection on 25 March 2017. URL : http://acrh.revues.org/7495 ; DOI : 10.4000/acrh.7495

Top of page

About the author

Catherine Velay-Vallantin

Maître de conférences EHESS (Paris). Historienne spécialiste du conte, Catherine Velay-Vallantin est notamment l'auteur de : Les Formes médiévales du conte merveilleux, Paris, Stock, 1986.
- L’Histoire des contes, Paris, Fayard, 1992 ; La Fille en garçon, Carcassonne, GARAE/ Hesiode, 1992. Elle publie régulièrement depuis 2010 dans les revues Féeries et ethnographiques.org

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org