Skip to navigation – Site map

Abstracts

In Daniel Fabre’s work, texts are not second to human experience. They are not at a distance; not even in relation to the experience of which they speak. They are here. With him, we finally come to see that they are here. This article is a journey through some of the proposals made by Daniel Fabre from the 1980s to 2016, about the presence of writings in history and in our present. He has outlined a reflection on the side steps he can make in relation to the discussions on the epistemological status of texts, on the truths of fiction or the truths of literature, or on the questions of models, traditions, breaks. It partially accounts for the great diversity of writings  known or unknown, the most canonized or the most local  which Daniel Fabre dealt with.

Top of page

Full text

  • 1 La relation entre les deux hommes est au cœur du travail de Daniel Fabre depuis les années 80, avec (...)
  • 2 Né en 1756, travaillé d’après Marie-Claire Sallès, La Poésie populaire en vallée d’Aspe, Orthez, «  (...)
  • 3 1735-1798. Sur le cas de Bräker, voir une référence mentionnée par Fabre, Claudia Hollinger-Wiesman (...)
  • 4 1687-1759. Daniel Fabre se sert du volume de la collection « Archives » : Pierre Prion, scribe/ Mém (...)
  • 5 Daniel Fabre, Jean Jamin, « Pleine page. Quelques considérations sur les rapports entre anthropolog (...)
  • 6 « Le berceau de la langue. John Milligton Synge aux îles d’Aran », L’Homme 163, 2002, p. 19-50, ici (...)

1Montaigne, Sartre, Edgar Quinet, Chateaubriand ou Proust, Montesquieu ou Flaubert, Rétif de la Bretonne ou, dernier de tous, Bataille. Joë Bousquet et René Nelli, inséparables1. William Butler Yeats et John Millington Synge. Yan de Priat le poète-berger de la vallée d’Aspe2, « le pauvre homme de Toggenbuch » (Uli Bräker3) ou Pierre Prion le scribe languedocien4 … Quand il utilise un texte, une autobiographie, un roman, et tout aussi bien quand il utilise des textes, des récits, des romans, tout un corpus d’autobiographies, tout un ensemble de récits concordants, Daniel Fabre ne les traite jamais comme des représentations (mimesis) de choses ou de faits réels sur lesquels elles tiendraient un propos vrai ou faux, ou les deux à la fois. Le geste n’a évidemment rien de naïf. Fabre évoque à l’occasion, et avec une particulière netteté dans un article de 2012 rédigé avec Jean Jamin, les débats sur le statut logique des créations de mots5. Il s’intéresse particulièrement, en outre, à des écritures commandées par le souci du vrai, par la volonté de saisir au plus juste ce qui a été vu et vécu : à l’autobiographie, justement, ou aux expériences ethnographiques que sont certaines entrées en littérature. Ainsi précise-t-il de quoi il est question dans l’article qu’il a consacré au travail de Synge sur les îles d’Aran (2002) en citant une conversation entre Alfred Métraux et Michel Leiris. Le premier ayant demandé au second, lors d’une promenade dans les rues de Port-au-Prince, « comment il y aurait moyen de rendre compte de ce qu’étaient ces rues que si souvent nous parcourions, et de l’aspect de leurs maisons », Leiris note qu’il s’agissait là d’un « souci d’ordre proprement poétique : ne pas se contenter de décrire les choses mais, les ayant saisies dans toute leur réalité singulière, les faire vivre sous les yeux de celui qui les lit ». « Voilà l’ambition qui s’impose aussitôt à Synge comme un moment fondateur de la connaissance, celui qui faut à toute force méditer, approfondir », continue Fabre6 : la présence, la fortune, le développement, l’expérience de ce souci qu’il est clarifiant de nommer poétique est bien l’un de ses objets. Lui-même ne consacre pas une phrase à la mesure, ni même à la question de la valeur d’information, pour l’anthropologue ou l’historien, du récit, du commentaire, de la description qu’il lit, pas le moindre mot au problème de la déformation que le souvenir écrit ou le texte littéraire inflige au réel.

2Mieux : lorsqu’il semble tout à fait clair que ce soit ce problème qui est en jeu dans le cas d’un écrit donné, Daniel Fabre nous fait quand même voir autre chose. Ainsi de la lettre qu’un parent de l’auteur du « Cycle des derniers » lui a adressée pour récuser ce que Ferdinando Camon dit des leurs dans ses livres, et que Camon a publiée pour y répondre. Dans un article de 2010 sur Il Ciclo degli ultimi, Fabre montre qu’il est moins reproché au littérateur de mentir que d’avoir trahi la communauté dont il parle ; de la trahir chaque fois qu’il en parle. Le lecteur accusateur écrit à l’écrivain :

[…] à moi aussi la main me tremble du désir d’écrire ce que mon esprit contient comme sentiments différents, comme différences de vues, de pensées, d’opinions quant à nos gens et ce que tu en dis quand tu écris dans ton livre intitulé Il Quinto stato ; ça ne correspond pas à la réalité et tu le sais.

Mais, commente Fabre,

  • 7 « L’enfer de la mémoire », L’Homme 195-196, 2010, p. 125-161, ici p. 155-156 ; la publication du «  (...)

[…] de quelle réalité, et donc de quelle vérité, s’agit-il ? La définition du « dernier » n’est jamais générale mais relative à ce qu’il est possible, souhaitable et licite d’exprimer dans la société du village. […] Pourquoi s’attarder sur tel infirme pour lequel « il n’y a rien à faire », fatalité qui devrait forcer au silence ? [...] Camon n’est pas un menteur, il ne cherche pas à travestir les faits, au contraire, il les étale sans discernement et méconnaît la règle qui fonde l’appartenance : « Dans cette vie il y a certaines choses que l’on fait et qui ne se disent pas. Certaines autres qui se disent mais qui ne se font pas ». Même si elle est souvent invoquée, même si elle est parfois débattue, la vérité n’est pas isolable des occasions et des effets de sa manifestation. Maniée sans égards, dans l’ignorance volontaire de sa mise en œuvre pragmatique, elle est intempestive, inutile, cruelle. En refusant ce tact, cette justesse incorporée du discours, Ferdinando Camon a trahi, et son correspondant souligne le paradoxe qui l’a conduit à renier les siens : de tous les enfants du lieu « tu étais le préféré », auprès du curé Panzetta, si durement caricaturé, « tu étais un privilégié, au-dessus de nous autres. » […] Camon n’a pas méconnu le réel, il ne s’est pas trompé sur les mots et les choses, et ses interprétations ne sont pas vraiment en cause. Le reproche qui lui est adressé tient en un constat : « Tu n’es plus des nôtres » ; et son reniement de fils fait scandale.7

3Enfin, même quand il s’occupe d’un vaste corpus ou d’un ensemble d’ouvrages liés les uns aux autres chronologiquement et intellectuellement, par exemple l’ensemble des livres qui donnent sens historique à l’intérêt de Bataille pour la grotte de Lascaux ou plus exactement pour sa découverte, magistralement retrouvés et rassemblés au fil des pages de Bataille à Lascaux, Fabre se garde d’entrer dans la considération des biais induits par les normes propres à telle ou telle catégorie d’ouvrage, par les contraintes des genres, par les conventions littéraires ou intellectuelles, par les manières de penser dominantes à l’époque considérée. J’ai à peine besoin de dire qu’il ne prend pas la peine d’expliquer qu’il ne regarde pas différemment la relation, par ceux qui l’ont vécue ou par les savants qui en rendent compte, de la découverte d’une grotte ornée qui existe réellement, et le récit d’une apparition d’une sainte Vierge parlant patois dans la campagne française à la fin du xixe siècle.

4Ce que Daniel Fabre fait, c’est prendre ce que le texte, le récit, l’autobiographie dit comme quelque chose qui est, comme quelque chose qui fait partie des choses qui sont. Il faut préciser le point troublant : ce n’est pas seulement le livre, l’objet écrit, l’écrit en tant qu’objet qui est regardé ainsi, c’est bien ce qu’il dit. C’est pourquoi j’utilise ici le mot texte.

5Dans la courte préface écrite pour le livre de Jacques Chauvin, Le Sabaron et l’escarpin, cela donne, en 1992, les quatre phrases qui l’ouvrent en tenant ensemble, sans commentaire, sans distinction, le soin passionné de Rétif de la Bretonne pour la figuration gravée des chaussures de ses héroïnes dans ses livres, le fétichisme et les usages rituels de la chaussure.

  • 8 Jacques Chauvin, Le Sabaron et l’escarpin. Chaussures et métiers Poitou-Vendée, 1880-1960, Mougon, (...)

« Restif de la Bretonne surveillait de très près son graveur préféré, Binet, et lui fixait précisément le programme des images qui illustraient ses livres. On sait qu’il prenait un soin tout particulier des chaussures qui, loin de fixer au sol ses héroïnes figurées, étaient l’instrument de leur envol, grâce auquel elles se détachaient de la surface terrestre, dominant – aériennes – leur adorateur. On a depuis considéré comme un objet privilégié de passion exclusive ces « vêtements du pied » qui sont un équivalent exalté de leur porteur et dont on sait la place qu’ils tiennent dans les rites de passage, du baptême à la mort en passant par la noce. Ils y activent ou freinent la marche, ils sont les moyens symboliques de la transition.8

Dans le travail de Daniel Fabre, les textes ne sont pas seconds par rapport à l’expérience humaine, ils n’en sont pas à distance – même pas par rapport à l’expérience dont ils parlent. Ils sont là. Avec Daniel Fabre, on arrive enfin à voir qu’ils sont là.

*

  • 9 « La voie des oiseaux. Sur quelques récits d'apprentissage », L’Homme 99, 1986, p. 7-40, ici p. 32.

6En ce point, il y aurait une objection possible. Pour qui sont-ils là, ces textes ? Les Lettres Persanes, Montesquieu, a fortiori son interlocuteur chinois, le traducteur Arcadio Hoangh, Montaigne, Proust, Bataille, les autobiographes populaires, tous ces livres, qui les connaît, qui les lit, à part les (très) savants, les lettrés, les éduqués ? Comment est-il possible de traiter les textes de la grande littérature, dont la connaissance fait le capital culturel et distingue ceux qui la possèdent de ceux qui ne la possèdent pas, et de traiter, aussi bien, les écrits mineurs ou oubliés, connus des seuls érudits spécialisés ou locaux et que Fabre connaît si bien, comme un élément, une part de l’expérience humaine ? Dans le premier article que – comme bien d’autres sans doute – j’aie lu de lui, cet article magnifique et si souvent cité, auquel lui-même renvoie beaucoup et jusque dans son dernier livre, dans « La voie des oiseaux » donc (1986), il distingue les « enfances-oiseaux » et les « enfances-livres », « enfances paysannes et enfances bourgeoises, sans doute, mais surtout enfances où le culte, familial et scolaire d’abord, de la lettre s’est substitué aux relations complexes que l’enfant devait nouer avec des fragments de nature »9. Les clivages sociaux, l’inégal accès à la culture sont bien présents, et aussi la coupure historique produite (progressivement, mais définitivement) par la scolarisation généralisée. Tout cela, tout ce qui sépare ceux pour qui les textes sont là de ceux pour qui ils n’étaient pas ou aujourd’hui encore ne sont pas là, est saisi en quelques mots. Mais des enfances-oiseaux, on n’aurait jamais rien su, on ne saurait rien de leur importance passée, de leur sens humain y compris pour les enfants bourgeois qui vivent à leur manière ce que vivent les enfants qui les entourent et forment avec eux le monde des enfants, séparés d’eux mais visibles pour eux, on n’en saurait rien si elles n’avaient pas été écrites. Plus exactement, on n’en saurait rien si on ne voyait pas progresser au cours du xixe siècle, en regardant la masse sans cesse augmentée des récits autobiographiques – ce que Daniel Fabre appelle « les biographies puériles », foisonnantes à partir de 1800 –, la disparition des oiseaux dans la vie des hommes qui se rappellent leur enfance. Le temps de la vie où les jeunes garçons devaient courir après les oiseaux, chercher les nids, se passionner pour cette chasse, le « passage formateur des garçons par les oiseaux », résume la note de Bataille à Lascaux où apparaît le texte de 1986, appelée par la réflexion sur « l’adolescent-oiseau » renversé devant le bison blessé de la grotte et ce qu’en dit ou plutôt n’en dit pas Bataille, est peu à peu remplacé par d’autres manières de faire l’école buissonnière. Il l’est visiblement : les enfances-oiseaux sont aussi écrites que les enfances-livres. Surtout, le propos de l’article est de montrer que parce que la voie des oiseaux, à partir de 1800, a été écrite et réécrite dans de nombreuses biographies, et donc lue et relue, et parce que dès avant cela, dès les débuts de la diffusion de la culture écrite, de la scolarisation des garçons, de la littératie, a été écrite, de multiples manières (y compris l’image), la concurrence entre la formation par la lettre, par le livre, et la formation par la chasse, par la passion d’attraper, de chercher, de dénicher, de capturer, d’apprivoiser, l’expérience socialement nécessaire de cette passion buissonnière pour que les garçons deviennent des hommes a pu continuer à être ressentie et vécue dans le monde contemporain où la lettre a vaincu. A pu continuer à être là, vécue par le jeune Jean-Paul Sartre, garçon solitaire, enfant bourgeois, enfant bien sûr de l’école, des livres, des mots et des seuls mots.

  • 10 Sur la différence entre les rapports à la lecture, à l’écriture, à la parole, à la musique des homm (...)

7La voie des oiseaux et la voie des livres ont fini par n’en faire qu’une – y compris pour les filles, puisque les filles lisent et écrivent aussi10 – alors même que la première est un chemin détourné, un chemin de campagnards, le chemin de ceux qui ne vont pas trop à l’école.

  • 11 « La voie des oiseaux », art. cit., p. 18.

Furtivement, les oiseaux prennent à l’école un peu de son temps. Ils se glissent dans ses intervalles – on les repère en musant par le « chemin des écoliers » – ou dans ses échappées – l’expression « école buissonnière », que Restif emploie comme un synonyme de sa « fuitaine » bourguignonne, n’apparaît qu’au xvie siècle, alors même que commence la scolarisation des seuls jeunes garçons.11

  • 12 « Le berger des signes » dans écritures ordinaires, Paris, POL / Bibliothèque Publique d’Informatio (...)
  • 13 écritures ordinaires, op. cit., p. 263-266, ici p. 263.
  • 14 « Le berger des signes », art. cit., p. 308.

Dans le second article que j’aie lu de Daniel Fabre, là aussi comme bien d’autres j’imagine, dans l’extraordinaire « Berger des signes » (1993), l’impact du texte, la force bouleversante, clivante, classante de la pénétration de la culture écrite dans la société traditionnelle ne vient pas toucher un monde sans écriture, alors que dans « La voie des oiseaux » la formation des garçons par les oiseaux est antérieure, en tout cas d’abord extérieure à l’écriture12. Le récit de Montaigne qui ouvre l’article trahit en effet ce qu’il révèle, la transformation de sociétés montagnardes régies par des règles locales efficacement transmises sous l’impact de la diffusion large et précoce de l’écriture. L’essai « De la ressemblance des enfants aux pères » évoque l’un de ces petits mondes, dont Montaigne était quelque peu issu, ou plutôt qui lui appartenait ; l’un de ses biens dans les Pyrénées. Mais en le faisant connaître, il recouvre le fait que le rapport de ces sociétés pastorales avec l’écriture peut aussi être raconté, a été raconté avant lui et le sera encore après lui – et sera ainsi lu dans ces coins de montagne où l’on sait lire, où les bergers particulièrement ont du temps pour lire et pour écrire – comme un rapport privilégié avec les signes. Cette familiarité avec les signes observés dans le ciel, sur la terre et sur les corps, avec les marques de la possession et des droits sur les troupeaux et sur le territoire, pourtant, n’attendait en quelque sorte que la lettre imprimée, n’attendait que les livres pour pouvoir bénéficier à d’autres. Dans « Le Berger des signes », et dans tout ce qu’il rédige pour écritures ordinaires, de l’introduction générale à la présentation de la partie intitulée « Entre nous et je », où il revient sur les questions formulées par Jack Goody sur ce qui « advient lorsqu’une société passe à l’écriture, ou plutôt, s’en empare »13, Daniel Fabre donne à cette question une puissance particulière en la faisant jouer, plus exactement en montrant comment elle joue non pas dans une société sans écriture, mais bien dans une société avec écriture. Quel est l’impact, quelle est l’action de l’écriture dans une société où elle est là ? Certes, elle divise, elle marque ceux qui ont moins facilement accès à elle et sert la domination de ceux pour qui elle n’a pas de secrets, et il y a écriture et écriture. Le bien partagé, de plus en plus partagé, est aussi par là-même l’outil qui permet les classements et les distinctions à la fois les plus brutales et les plus fines, et les autobiographies de bergers devenus des lettrés, Prion, Jamerey-Duval « illustrent la coupure » aussi bien que « l’attraction continue entre deux sphères d’existence et deux planètes du savoir que, depuis des siècles, l’écrit définit ensemble et relie tout en les tenant séparées »14. Mais par là-même aussi l’écriture agit sur l’expérience humaine dans sa totalité. Les bergers-poètes du xviiie et du xixe siècle, en Catalogne ou en France, sont très lettrés, très savants ; ils ne copient pas, lorsqu’ils font des vers, des textes étrangers qu’ils sont amenés à lire, ils utilisent leur propre savoir de l’écrit, transmis depuis déjà longtemps. Ils font de la poésie, après d’autres qui en faisaient au même endroit un siècle ou deux auparavant. Dès lors, on peut se demander, écrit Daniel Fabre, ce qui « nourrit leur écriture », de quoi ils font poésie,

  • 15 Ibid., p. 296.

[…] quels domaines de l’existence commune affleurent dans leurs poèmes et, du même coup, s’ouvrent à l’action de ces derniers ?15

C’est la fin du questionnement, le retournement du questionnement sur l’ouverture de l’expérience à l’action du texte, puisque le texte est là, qui saisit par sa force, par son originalité supérieure le lecteur de Daniel Fabre.

*

  • 16 « Chinoiserie des Lumières », L’Homme 185-186, 2008, p. 269-299.
  • 17 Ibid., p. 295.
  • 18 Le mot est également utilisé dans Bataille à Lascaux, à propos des lointaines conditions de possibi (...)

8Dans « Chinoiserie des Lumières » (2008), on n’est plus avec les bergers et les garçons de village16. Daniel Fabre reprend et résout avec la plus grande élégance une petite question d’érudition, une très importante question d’érudition sur une source d’un passage des Lettres Persanes, l’histoire du dernier des guèbres, du dernier des Mazdéens, insérée dans une des lettres envoyées d’Orient à Usbek. Il s’interroge sur des remarques sur la Chine que Montesquieu, avec d’autres jeunes savants de ses amis, a tirées de ses conversations avec un Chinois installé à Paris, Arcadio Hoangh, que j’ai nommé plus haut ; remarques écrites, dont il existe différentes versions. Dans l’opération, il montre l’ouverture de l’expérience de penseur de Montesquieu à l’action de l’écriture avec Hoangh de l’expérience d’un Chinois chrétien, installé à Paris, déçu et transformé par ce qu’il y a trouvé, à jamais séparé – il mourra à Paris, peu après – de la vie chinoise, de la culture chinoise qu’il est chargé de traduire et qu’il incarne, pour ses interlocuteurs, dans sa totalité. Et avec Montesquieu, avec les Lettres persanes et ce qu’elles font de ce premier Chinois à Paris, détenteur de la totalité chinoise qui se métamorphose en dernier Mazdéen, lui aussi individu-monde, la littérature « insinue » dans la philosophie progressiste des Lumières « un rappel sensible des temps révolus et des mondes effacés, humus diluvien de l’ethnologie »17. Ici, il est indiqué comment l’écriture non seulement fait devenir autre qui s’y exerce et s’expose à son action, mais expose à rencontrer ce qui y est déposé, lisible, présent, même quand on ne la connaît pas, présent comme un humus18 : une altérité radicale dans l’expérience qui est la nôtre.

  • 19 Daniel Fabre, Marcello Massenzio et Jean-Claude Schmitt, « Autobiographie, histoire et fiction », à (...)

9Lorsqu’avec Marcello Massenzio il entretient Jean-Claude Schmitt de son livre sur La Conversion d’Hermann le Juif, Daniel Fabre, de manière frappante, laisse à son partenaire les questions, pourtant centrales dans le livre, des rapports entre fiction et histoire. C’est Marcello Massenzio qui mène la discussion sur tout ce qui concerne la recherche de la vérité – indépendante des « données factuelles » – des « représentations collectives d’un certain groupe social dans une phase historique déterminée » lisibles dans un récit de conversion dont le narrateur, un juif converti du xiie siècle, est peut-être une « personne réelle », peut-être une « création fictive »19. Fabre lui-même réfléchit à la biographie comme « rencontre » et interroge l’historien :

  • 20 Ibid., p. 85-86.

Qu’elle soit à la première ou à la troisième personne, lointaine ou proche dans le temps ou l’espace, la biographie possède cette caractéristique, au fond assez mystérieuse, de nous parler, d’entrer aisément dans notre présent. Sa lecture nous met au contact d’une individualité que nous reconstituons et traduisons. Qu’en est-il de cette rencontre ? Vous aviez déjà parlé de ce texte, dans une perspective qui n’était pas centrée sur les questions actuelles de la réalité et de la vérité, puis vous y êtes revenu, la rencontre s’est donc approfondie, le dialogue s’est noué. J’aimerais en savoir plus à ce propos […] Je disais qu’entendre ou lire une biographie, c’est faire une rencontre, personnalisée, individualisée, où la dimension d’identification est importante. Il s’agit de la rencontre d’un autre, où l’altérité s’incarne dans un individu – ce qui nous la rend évidemment plus accessible, puisque nous partageons au moins avec son auteur certaines coordonnées élémentaires de la subjectivité. Mais, et c’est là un des axes les plus féconds de votre livre, cette biographie qui nous est donnée à lire après avoir traversé le temps était, quand elle fut écrite, adressée ; elle portait des intentions que le lecteur ne peut pas spontanément reconnaître dans une lecture actuelle, non historique. Toute biographie vise à faire effet sur son récepteur […] Votre recherche me semble tout entière portée par cette question : quelle efficacité particulière visait, à ce moment-là, ce récit de conversion d’un juif ?20

  • 21 Ibid., p. 86. Daniel Fabre mentionne en particulier les récits de rêve.

10Le surgissement, chez l’historien, de la question de la vérité d’une possible fiction autobiographique, marque pour Fabre la réalité de sa rencontre avec le texte : il a accueilli dans sa langue d’historien l’altérité qui se donne à lui. La transformation subtile d’une autre question centrale du livre, celle des modèles possibles du récit d’Hermann – les récits de vie de clercs contemporains –, n’est pas moins instructive. Interrogeant Jean-Claude Schmitt sur le « paradigme du récit de soi médiéval », il lui demande : « Quels sont alors les faits qu’un tel récit de vie est autorisé à retenir ? »21. Réfléchir à ce qui passe de texte en texte, aux influences, aux normes et aux paradigmes, ce doit être, ce peut être avec Daniel Fabre une manière de réfléchir, encore, à ce qui nous arrive avec les textes. L’élégante efficace de cette retenue herméneutique est sensible dans la réponse frappante donnée à un auditeur qui l’interrogeait sur les « modèles » possibles de l’autobiographie de Prion à la fin d’une conférence donnée en 2005 à Carcassonne et retranscrite dans les Annales du Midi :

  • 22 « Le récit de vie et son modèle. Mémoires d’un Languedocien ordinaire, Pierre Prion (1687-1759) », (...)

11« Mon point de vue sur la question des modèles, question magnifique : ces autobiographes [populaires], qui sont les premiers, n’ont pas l’habitude de se raconter, ont des points communs. Pour pouvoir raconter sa vie, il faut à mon avis des conditions particulières » – trois conditions, poursuit-il : que cette vie soit racontable, parce qu’objectivable dans un récit, par exemple parce qu’on a voyagé ; l’appartenance à un milieu où l’on raconte sa vie à l’oral de manière usuelle ; que l’on soit celui, dans ce milieu, qui connaît l’écriture, que l’on y soit « désigné comme celui qui écrit »22

  • 23 « L’écrivain et son lieu », art. cit., p. 34.

12En glissant de la « question magnifique » des modèles du récit à celle des conditions de l’écriture, Fabre ici comme ailleurs dissipe, sans le dire, l’illusion d’un monde des textes. Il n’y a pas d’autre monde que le nôtre. Dans ce monde, comme Fabre l’écrit au tournant d’une discussion de la décision regrettable prise par Paul Bénichou, trente-cinq ans après sa rencontre avec Joë Bousquet qui lui indiquait une autre direction, de cantonner sa réflexion sur l’histoire de la littérature, devenue anthropologique avec la découverte du fait majeur du « sacre de l’écrivain », aux seules « théories qui définissent la position de l’écrivain et les missions de l’écriture », « écrire est désormais ce que Wittgenstein appelle une « forme de vie », une façon d’être liée, pour l’essentiel, à une conception (ou à une théorie) de l’écriture, attentive comme jamais aux conditions d’apparition de celle-ci », et cette « forme de vie » désormais disponible, cette « expérience » nouvelle (« l’expérience d’écrire ») n’est pas « une collection de marques distinctives réservées à une confrérie restreinte »23.

*

  • 24 « Pleine page », art. cit., p. 604.

13« Pleine page. Quelques considérations sur les rapports entre anthropologie et littérature », l’article publié avec Jean Jamin en 2012, contient des formulations qui semblent balayer d’un revers de main ce qu’on s’imagine qu’on fait quand on travaille à l’histoire, disons, du fait littéraire : du fait historique qu’est la littérature. Par exemple : « Une anthropologie de la littérature – si l’on admet que la formule peut être retenue et devenir programmatique – ne saurait être une anthropologie de « comment se fabrique la littérature, ou de la littérature », qui risquerait de la réduire à ses fragments, à ses antécédents ou à ses entours. Les romans, « populaires » ou « savants », sont à prendre tels quels, ainsi que les mythes, les cultes, les croyances et les représentations : en pleine page, comme le rite est à prendre à bras-le-corps, et non par ses marge »24. Ou encore, un peu avant :

  • 25 Ibid., p. 603.

De sorte que c’est l’œuvre romanesque, dans son entier, qui doit être prise non comme source documentaire ou comme gisement d’informations ethnographiques, mais comme objet même de l’enquête ethnologique. Ce qui ne signifie pas que doive nécessairement figurer parmi les protocoles d’investigation l’examen des carnets de l’écrivain, ses avant-textes, ses hors-textes ou ses « sous-textes »25

– avant-textes, hors-textes ou sous-textes, ce qu’on peut contextualiser, peut-être. Ces injonctions à lire les œuvres n’ont rien d’un retour à la révérence pour les grands textes, reconnus de tous ou à faire reconnaître ; il n’y aucune révérence dans Bataille à Lascaux, pas plus que dans les textes plus anciens. C’est bien plutôt, me semble-t-il, une manière de continuer à ouvrir les voies du travail sur ce qu’on pourrait appeler la littérature ordinaire, le fait littéraire comme fait parce qu’il est dans l’expérience de tous.

Top of page

Notes

1 La relation entre les deux hommes est au cœur du travail de Daniel Fabre depuis les années 80, avec notamment la réédition de la revue Chantiers (1928-1930, Joë Bousquet, René Nelli, Max Ernst, Marcel Jouhandeau, Carlo Suares, André Cayatte), publiée en 1987 aux éditions Garae Hésiode, et, la même année chez le même éditeur, le livre consacré à une autre revue plus connue à laquelle ils ont tous les deux contribué, les Cahiers du Sud (Daniel Fabre et Jean-Pierre Piniès (éd.), René Nelli et les Cahiers du Sud). Plus récemment : « L’écrivain et son lieu » dans Joë Bousquet et l’écriture. Actes du colloque international Toulouse-Carcassonne, 6-8 novembre 1997, dir. François-Charles Gaudard, Paris-Montréal (Québec)-Budapest-Torino, l'Harmattan, 2000, p. 33-52 ; « Face au double », Vies et revies de René Nelli, Carcassonne, Garae Hésiode, 2011, p. 69-74. Dernièrement : Daniel Fabre et Jean-Pierre Piniès (dir.), René Nelli ou La poésie des carrefours, Carcassonne, Garae-Hésiode, 2016. Les articles et ouvrages de Daniel Fabre cités dans cet article le seront désormais sans précision de leur auteur, sauf lorsqu’il s’agira de travaux en collaboration.

2 Né en 1756, travaillé d’après Marie-Claire Sallès, La Poésie populaire en vallée d’Aspe, Orthez, « Per noste », 1980.

3 1735-1798. Sur le cas de Bräker, voir une référence mentionnée par Fabre, Claudia Hollinger-Wiesmann et Andreas Bürgi, Ulrich Bräker. Sämtliche Schriften, t. IV, Lebensgeschichte und vermischte Schriften, Munich, C. H. Beck / Berne, P. Haupt, 2000.

4 1687-1759. Daniel Fabre se sert du volume de la collection « Archives » : Pierre Prion, scribe/ Mémoires d’un écrivain de campagne au xviiie siècle, présenté par Emmanuel Le Roy Ladurie et Orest Ranum, Paris, Gallimard-Julliard, 1985.

5 Daniel Fabre, Jean Jamin, « Pleine page. Quelques considérations sur les rapports entre anthropologie et littérature », L’Homme 203-204, 2012, p. 579-612.

6 « Le berceau de la langue. John Milligton Synge aux îles d’Aran », L’Homme 163, 2002, p. 19-50, ici p. 25 ; citation de Michel Leiris d’après « Regard sur Alfred Métraux » dans Brisées, Paris, Mercure de France, 1966, p. 251-255. Cette question du poétique est développée dans Bataille à Lascaux.

7 « L’enfer de la mémoire », L’Homme 195-196, 2010, p. 125-161, ici p. 155-156 ; la publication du « Cycle des derniers » s’est achevée en 1988. Fabre note, p. 153, une très remarquable affirmation de Camon : « Toute l’histoire qui concerne mon village a pour caractère essentiel d’être hors du temps non pas dans le sens que la réalité se transforme en fable mais dans le sens contraire que même la fable devient réalité, c’est-à-dire que tout ce qui est arrivé dans les contes est destiné à arriver en tout temps. »

8 Jacques Chauvin, Le Sabaron et l’escarpin. Chaussures et métiers Poitou-Vendée, 1880-1960, Mougon, Geste éd., 1992, Préface, p. 5-7, ici p. 5.

9 « La voie des oiseaux. Sur quelques récits d'apprentissage », L’Homme 99, 1986, p. 7-40, ici p. 32.

10 Sur la différence entre les rapports à la lecture, à l’écriture, à la parole, à la musique des hommes et des femmes, travaillée à partir de Madame Bovary, voir la « Présentation » de Clio. Femmes, Genre, Histoire 11, 2000, mis en ligne le 20 mars 2003, consulté le 11 juin 2016. URL : http://clio.revues.org/211 ; DOI : 10.4000/clio.211.

11 « La voie des oiseaux », art. cit., p. 18.

12 « Le berger des signes » dans écritures ordinaires, Paris, POL / Bibliothèque Publique d’Information-Centre Georges Pompidou, 1993, p. 269-313.

13 écritures ordinaires, op. cit., p. 263-266, ici p. 263.

14 « Le berger des signes », art. cit., p. 308.

15 Ibid., p. 296.

16 « Chinoiserie des Lumières », L’Homme 185-186, 2008, p. 269-299.

17 Ibid., p. 295.

18 Le mot est également utilisé dans Bataille à Lascaux, à propos des lointaines conditions de possibilité de la compétence supérieure de l’enfance dans la découverte des grottes, et je le trouve magnifique.

19 Daniel Fabre, Marcello Massenzio et Jean-Claude Schmitt, « Autobiographie, histoire et fiction », à propos de La Conversion d’Hermann le Juif. Autobiographie, histoire et fiction (Paris, Seuil, 2003), L’Homme 195-196, 2010, p. 83-101, ici p. 84.

20 Ibid., p. 85-86.

21 Ibid., p. 86. Daniel Fabre mentionne en particulier les récits de rêve.

22 « Le récit de vie et son modèle. Mémoires d’un Languedocien ordinaire, Pierre Prion (1687-1759) », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, t. 122, n° 270, 2010, « Plumes singulières, écrits de soi (xvie-xviiie siècle) », dir. Jean-François Courouau et Sylvie Mouysset, p. 197-214, ici p. 212-213. Les autres autobiographes populaires évoqués dans l’article sont Ulrich Bräker, Valentin Jamerey-Duval (le paysan lorrain devenu savant bibliothécaire étudié par Jacques Goulemot), Jacques-Louis Ménétra (le vitrier parisien mis en lumière par Daniel Roche), Louis Simon (l’étaminier du Maine découvert par Anne Fillon).

23 « L’écrivain et son lieu », art. cit., p. 34.

24 « Pleine page », art. cit., p. 604.

25 Ibid., p. 603.

Top of page

References

Electronic reference

Dinah Ribard, « La voie des écrits », L’Atelier du Centre de recherches historiques [Online], 16 Bis | 2017, Online since 17 July 2017, connection on 19 October 2017. URL : http://acrh.revues.org/7556 ; DOI : 10.4000/acrh.7556

Top of page

About the author

Dinah Ribard

http://grihl.ehess.fr/index.php?369 Dinah Ribard est directrice d’études à l’EHESS et membre, au Centre de recherches historiques, du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire.
Elle a notamment publié Histoire Littérature Témoignage. écrire les malheurs du temps (2009, avec Christian Jouhaud et Nicolas Schapira), L’Historien et la littérature (2010, avec Judith Lyon-Caen), co-dirigé On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d’écriture et trajectoires sociales (2013, avec Nicolas Schapira) et participé à l’édition critique de la Bibliothèque française (1667) de Charles Sorel (2015). Elle a rédigé avec Hélène Fernandez le chapitre « Histoire » de l'Histoire des traductions en langue française, xviie et xviiie siècles (Lagrasse, Verdier, 2014) et publié avec la linguiste Marion Carel, en 2016, un article sur la question du témoignage (« Témoigner en poésie. Le cas de Marc de Larréguy », Poétique, 179, 2016-1, p. 39-55). Le livre collectif du Grihl, écriture et action xviie-xixe siècle. Une enquête collective, a paru en 2016.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org