Navigation – Plan du site

Droit et justice en Grèce sous la monarchie absolue (1833-1843)

Thèse soutenue le 3 juin 2016
Dimitrios Antoniou

Résumés

Cette thèse porte sur la mise sur pied et le fonctionnement de l’appareil de justice pénale en Grèce juste après son indépendance. La période retenue dans ce travail est celle de la monarchie absolue, c’est-à-dire de 1833, avec l’accession au trône du jeune prince bavarois Othon, jusqu’en 1843, où une révolte de l’armée l’obligea à octroyer une constitution. L’argument central est que la royauté nouvellement instaurée s’efforce de créer certaines structures étatiques de base par lesquelles elle aspire à saisir progressivement le contrôle du territoire et de monopoliser la violence légitime. Dans une première partie la thèse se concentre sur les rapports entre l’État et les justiciables. Les perceptions, tant officielles que populaires, de la déviance et du crime sont examinées dans le premier chapitre. Le second chapitre est consacré au brigandage, qui constitue la cible par excellence des instances. Les gens et les lieux de déviance, ainsi que l’arsenal extrajudiciaire mis en place par les instances étatiques sont abordés dans les chapitres suivants. Dans un second temps, l’analyse poursuit la mise sur pied des instances judiciaires. La constitution du corps de la magistrature, l’introduction d’un nouveau cadre normatif cohérent, largement emprunté aux législations occidentales ainsi que la formation et le fonctionnement des nouvelles structures judiciaires, les tribunaux, sont examinées dans la seconde partie de notre travail. Enfin, la troisième partie se focalise sur l’arsenal pénal mis en vigueur. L’administration des peines, les efforts pour la mise en place d’un système pénitentiaire et la question de la peine capitale constituent l’objet de la troisième et dernière partie de la thèse

Haut de page

Texte intégral

1Thèse soutenue le 3 juin 2016, sous la direction de Marie-Elisabeth Mitsou (Directrice d'études EHESS), devant un jury composé de Nicos Alivizatos (Université Nationale et Capodistrienne d'Athènes), Meropi Anastassiadou (INALCO), Efi Avdela (Université de Crète), Anne Couderc (Université Paris I) et Paolo Napoli (EHESS);
mention très honorable avec les félicitations du jury.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitrios Antoniou, « Droit et justice en Grèce sous la monarchie absolue (1833-1843) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/7589

Haut de page

Auteur

Dimitrios Antoniou

E-mail: dimitri_inspire [arobase] yahoo [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org