Navigation – Plan du site

Desgenettes (1762-1837). Un homme de réseau dans la transformation de l'art de guérir

Thèse soutenue le 30 avril 2016
Bernard Loustalot

Résumés

Médecin ayant vécu « à cheval » sur deux siècles, René Nicolas Dufriche des Genettes, couramment appelé Desgenettes, a traversé une époque très mouvementée tant sur le plan politique que militaire et a connu de très nombreux personnages « historiques » : Franklin, madame Rolland,… et Napoléon Bonaparte.
Assidu des salons de différentes époques, il a été témoin des transformations de la société plus que des évènements politiques, ce qu’il relate dans des Mémoires inachevés, et, premier médecin des armées de Bonaparte puis de Napoléon, il a suivi, non pas toutes, mais plusieurs campagnes du grand capitaine de l’époque. Sa vie a continué après l’Empire, tourmentée par les vicissitudes politiques.
Lui aussi « personnage historique », il a été acteur d’abord dans la médecine militaire, à l’armée du Var puis d’Italie, en Egypte et à la Grande Armée après 1807, ce qui est surtout retenu. Deux « exploits » lui sont généralement crédités : son inoculation de la peste, geste qui s’inscrit logiquement dans les connaissances de l’époque et n’a rien d’insensé, et son opposition à Bonaparte au sujet de l’empoisonnement des pestiférés de Jaffa, base, du fait de la personnalité des protagonistes, de discussions éthiques sur l’euthanasie mais aussi sur la subordination des médecins à l’administration. De façon plus routinière, il a administré un service de santé qu’il fallait adapter quotidiennement aux déplacements et à la situation d’une armée de plus en plus nombreuse et disparate, souvent en territoire étranger, les épidémies étant fréquentes et très meurtrières.
Mais Desgenettes a eu une importante activité « civile », d’abord de type scientifique avec quelques publications sur le système absorbant (lymphatique), dans l’enseignement (défense de l’anatomie), par la diffusion de connaissances en participant, notamment, à l’édition de plusieurs revues, puis comme professeur d’hygiène à l’école puis faculté de médecine de Paris. C’est d’ailleurs comme maire du Xe arrondissement de Paris et professeur d’hygiène membre de nombreux comités, qu’il affrontera en 1832 la première épidémie de peste moderne : le choléra-morbus.
Issu de la bourgeoisie de province qui prétendait à la noblesse, Desgenettes est un excellent reflet de ces ambitieux qui ont adopté les idées des Lumières (cosmopolitisme intellectuel, franc-maçonnerie opérative), se sont faufilés entre les accidents de la Révolution pour constituer la méritocratie napoléonienne mais n’ont pas progressé ultérieurement ; professeur d’hygiène, il n’appartient pas à l’hygiénisme. Quoique membre de l’éphémère société royale de médecine, appartenant au noyau initial du Val de Grâce, de l’école de médecine ou de l’académie de médecine, à tous les postes de la fondation de la médecine moderne, ses actes ont été oubliés, en grande partie pour consolider la gloire de Pasteur.
Très cultivé mais sceptique dans tous les domaines, religieux, médical (ami de Broussais tout en combattant ses doctrines) ou politique (fidèle mais non inconditionnel de l’Empereur), sa forte personnalité et son indépendance d’esprit (opposition à Bonaparte et démission de l’Académie de médecine) l’ont marginalisé.
Alors qu’un certain nombre d’honneurs lui ont été rendus, il attendait lui-même une certaine reconnaissance, il apparaît, méconnu, à de nombreux endroits dont le tableau de Gros, Napoléon visitant les pestiférés de Jaffa, retenant familièrement Bonaparte par l’épaule

Haut de page

Texte intégral

1Thèse soutenue le 30 avril 2016, sous la direction de patrice Bourdelais (EHESS), devant un jury composé d'Élisabeth Belmas (Université Paris 13), Anne Rasmussen (Université de Strasbourg) et Renaud Verdon (Centre Hospitalier Universitaire de Caen); mention très honorable avec les félicitations du jury.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Loustalot, « Desgenettes (1762-1837). Un homme de réseau dans la transformation de l'art de guérir », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/7704

Haut de page

Auteur

Bernard Loustalot

Médecin à activité médico-chirurgicale (ORL, chirurgie de la face et du cou, cancérologie), Bernard Loustalot s'intéresse aux relations sanitaires-sociales pendant la période de la Révolution (Cabanis).
E-Mail :bjmlou [arobase] wanadoo [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org