Navigation – Plan du site

D'une carte inexistante à un empire colonial. La cosmographie de la Renaissance sous la Monarchie espagnole à partir du Padrón Real

From a Non-existent Map to a Colonial Empire. Spanish Renaissance Cosmography from the Padrón Real
Antonio Sánchez

Résumés

En Espagne, la cosmographie de la Renaissance a développé, tout au long du xvie siècle, de puissants « dispositifs cognitifs » qui nous permettent de raconter autrement l’histoire scientifique de l’expansion. Ces dispositifs proviennent des prétentions impériales d’acquérir des connaissances sur les Nouveaux Mondes. Ces informations étaient nouvelles et massives à tel point qu’il était nécessaire de les organiser. À cette fin, des instruments de collecte et de gestion d’information ont été élaborés qui, aujourd’hui, représentent une source inépuisable de réflexion pour les historiens des sciences. Du point de vue épistémologique, le Padrón Real (carte-modèle royale) ou les Relaciones Geográficas de Indias - entre autres - sont parmi les exemples les plus remarquables. Ici on analysera le Padrón Real de la Casa de la Contratación de Séville – une carte modèle à partir de laquelle on produisait les cartes de la Carrera de Indias (voyage maritime et commercial entre l’Espagne et l’Amérique) – pour mettre en évidence le lieu occupé par la cartographie dans la construction d’un des premiers empires mondiaux de l’Europe moderne. Basé sur l’analyse cartographique d’une série de cartes, cet article montre comment, pendant le xvie siècle, la monarchie espagnole a essayé de construire une carte « impossible » pour conférer une visibilité à leur vaste empire d’outre-mer

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir entre autres Jorge Cañizares-Esguerra, Puritan Conquistadors: Iberianizing the Atlantic, 1550- (...)
  • 2 Mauricio Nieto, “Ciencia, imperio, modernidad y eurocentrismo : el mundo atlántico del siglo xvi y (...)
  • 3 Pamela Smith, The Body of the Artisan: Art and Experience in the Scientific Revolution, Chicago, Un (...)

1Au cours des vingt dernières années, les études historiques des activités scientifiques au Portugal et en Espagne pendant l’ère moderne ont attiré une nouvelle génération d’historiens des sciences1. En un sens, ce regain d’intérêt pour l’histoire des sciences ibériques est une conséquence inattendue de profonds changements survenus dans l’historiographie des sciences durant les dernières décennies. En déplaçant le point focal des processus intellectuels vers les processus culturels et sociaux, les historiens des sciences ont radicalement modifié leurs façons de poser le problème du développement historique des sciences. Peu d’historiens acceptent aujourd’hui des narrations qui réduiraient la naissance de la modernité scientifique européenne à un chapitre de l’histoire de l’astronomie. De même, la plupart ne peuvent plus accepter un récit construit autour des prouesses intellectuelles de quelques « génies » de la modernité. Les historiens actuels sont beaucoup plus intéressés à explorer de larges perspectives. Les processus culturels qui ont conduit à la formation de grands empires politiques et commerciaux offrent une explication historique riche et convaincante de l’origine du monde moderne2. Les phénomènes épistémiques associés aux pratiques des couches inférieures de la société ont attiré de plus en plus d’historiens3. Les distinctions séculaires entre pratique et théorie ont été contestées. Même les frontières géographiques qui limitaient les descriptions des études antérieures, semblent maintenant beaucoup trop étroites.

  • 4 ASánchez and Henrique Leitão (eds.), “Introduction: Revisiting Early Modern Iberian Science, 15th(...)

2Une partie considérable de l’histoire des sciences ibériques d’aujourd’hui renvoie donc aux pratiques scientifiques développées en Espagne et au Portugal au cours de la période des découvertes géographiques. Ces pratiques étaient profondément façonnées par les prétentions œcuméniques des monarchies ibériques. Parmi les caractéristiques les plus remarquables de la science dans le monde ibérique se trouvent : la mise en place de nouvelles pratiques empiriques ; l’organisation de mouvements à grande échelle de la collecte de nouvelles informations sur le monde naturel ; la participation de personnes de toute classe sociale à l’observation de la nature ; la renégociation des bases de la crédibilité de la connaissance du monde naturel ; la diffusion de concepts scientifiques dans les couches les moins éduquées de la société ; la croissance d’une littérature scientifique et technique en langue vernaculaire ; l’émergence de nouveaux professionnels pouvant être considérés comme intermédiaires entre chercheurs et artisans ; l’établissement de nouvelles procédures pour la formation d’artisans qualifiés et de scientifiques professionnels ; l’établissement d’institutions pour l’accumulation et la gestion d’informations ; l’invention de dispositifs cognitifs sans précédent tels que les modèles cartographiques, les instructions nautiques pour les navigateurs ou les questionnaires géographiques destinés aux explorateurs, parmi d’autres4. Ces caractéristiques s’affirmaient à une nouvelle échelle, ont connu une grande longévité et ont joué le rôle de modèle pour les efforts poursuivis dans d’autres pays européens, notamment en Angleterre et aux Pays-Bas.

3Cet article se concentre à la fois sur les acteurs et lieux de production de la cosmographie espagnole et sur les enjeux politiques de la représentation du monde à l’époque de l’expansion européenne. Par « dispositifs cognitifs » nous entendons des modèles épistémiques de représentation cartographique, un modèle cognitif - ou moyen habituel de savoir destiné à assimiler, organiser et gérer de nouvelles informations, un modèle qui affecte nécessairement la façon dont la couronne de Castille a appréhendé le monde, ce monde en expansion. Lorsque nous parlons du Padrón Real, nous nous référons à une carte modèle conservée dans la Casa de Contratación à Séville et à partir de laquelle ont étaient produites toutes les autres cartes, utilisées à la Carrera de Indias.

  • 5 Antonio Lafuente et Javier Moscoso, “El compás y el príncipe : ideas para una exposición”, in A. La (...)

4Le Padrón Real y General de las Indias et ses cartes étaient une réponse aux problèmes diplomatiques comme, par exemple, celui de Tordesillas. Leurs réalisations répondaient à deux catégories de perception vigoureuses dans la dynastie des Habsbourg, en général, et particulièrement chez les puissants monarques qu’étaient Charles V et Philippe II, à savoir l’utilité et l’ostentation, ou en d’autres termes, le profit et la réputation, le pragmatisme et la suprématie royale, la souveraineté territoriale et l’autoritarisme monarchique. Le Padrón et ses cartes avaient donc un but pratique en même temps qu’ils constituaient un acte de propagande. Sous la couronne de Castille, toute activité scientifique devait être efficace au niveau utilitaire et au niveau symbolique-idéologique, de la construction d’une carte à la préparation d’une expédition, de la mesure d’une éclipse lunaire à l’écriture d’un recueil d’histoire naturelle5.

  • 6 La plupart de ces sources ont été publiées et étudiées par plusieurs auteurs. Voir, par exemple, Jo (...)
  • 7 Pour un travail plus vaste sur ces résultats, voir le déjà cité ASánchez, La Espada, la cruz y el (...)

5L’objectif principal de cet article est de présenter une nouvelle interprétation du Padrón Real par rapport à la place qu’il occupait lors de la formation de la monarchie espagnole à partir de 1508 - l’année où il fut institué  jusque – 1606 – l’année où nous y trouvons la dernière référence. Alors que le Padrón Real a contribué à la configuration d’un grand empire d’outre-mer, il est également vrai que cette carte modèle, tel qu’elle fut projetée par la monarchie, était une carte impossible. Notre recherche se fonde sur trois types de sources bien connues par les spécialistes, les traités de cosmographie et de navigation, écrits en langue vernaculaire par des cosmographes espagnols et portugais, les documents conservés principalement dans l’Archivo General de Indias à Séville, et, bien sûr, les ‘planisphères’ et cartes nautiques construits dans l’entourage de la Casa et connexes avec le Padrón6. L’analyse cartographique de ces derniers documents était au centre de notre recherche7.

  • 8 Pour une histoire récente du Padrón Real voir A. Sanchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., (...)

6Pour traiter le problème, nous commençons par expliquer brièvement les précédents historiques de la production cartographique de la Casa. Il convient de noter comment le glissement de la Méditerranée à l’océan Atlantique, au cours de la Renaissance, n’a pas seulement transformé la façon de naviguer, mais aussi la façon de tracer des cartes. Alors que, dans une première étape, la navigation « par estimation » et la cartographie avec le portulan, pratiqués dans la Méditerranée, ont servi de modèles pour la navigation atlantique, l’expansion portugaise vers l’Atlantique du Sud conduit à la navigation astronomique et, ce qui semble encore plus significatif, à un nouveau type de cartes, les cartes marines avec échelles de latitudes. Ces représentations étaient produites sur la base des latitudes obtenues à partir de tables astronomiques et l’observation des astres moyennant les instruments adaptés à la navigation océanique (typiquement l’astrolabe navutique). Or, la navigation atlantique, et l’élargissement du monde qui s’en suivait, ne posaient pas seulement des difficultés techniques et scientifiques, mais constituait aussi un problème politique et religieux. Le passage d’un monde clos à l’univers infini présupposait des astrolabes et des quadrants, mais avait autant besoin de bulles papales, d’accords diplomatiques, de lignes invisibles de partition et de cartes nautiques. L’Atlantique, le traité de Tordesillas et les Moluques ont accéléré le développement d’une nouvelle façon de voir le monde qui nécessitait de nouveaux experts et de nouvelles cartes. Avec le passage de la Méditerranée à l’Atlantique (et de Majorque à Lisbonne), le centre de production cartographique se déplace vers Séville, ville Atlantique qui accueille à bras ouverts l’or et de nouvelles informations en provenance des Indes, tandis que son plus grand centre de science appliquée, la Casa de la Contratación, crée de nouvelles charges dans le cadre de la construction de cartes, et introduit pour la première fois un modèle cartographique officiel pour l’empire : le Padrón Real. Une nouvelle interprétation des rôles que ce dernier a joué au long de son existence de près d’un siècle fait l’objet de l’analyse de cet article. Par cette tentative de clarifier le lieu occupée de la cartographie dans le cadre de la construction d’un empire mondial, celui-ci vise à contribuer aussi à la compréhension de la production cartographique espagnole à la fois dans le contexte de l’historiographie de la cartographie ancienne et dans le cadre des études sur l’histoire des sciences dans le monde ibérique8.

De la Méditerranée à l’Atlantique

  • 9 Sur le Portugal voir Maria Fernanda Alegria, Suzanne Daveau, João Carlos Garcia et Francesc Relaño, (...)

7L’histoire de la cartographie marine espagnole liée à l’expansion n’a pas commencé en Amérique, ni même sur les rivages de l’Atlantique. La façon de naviguer et de construire des cartes marines développées par les navigateurs et cartographes de la Méditerranée à Majorque, Gênes, Venise et en Catalogne à la période immédiatement antérieure aux grandes découvertes géographiques constituait la référence principale pour les navigateurs et cosmographes de l’expansion maritime qui travaillaient à Lisbonne et à Séville. Les cartographes des Armazéns da Guiné e Índia et de la Casa de la Contratación ont adapté d’anciens modèles nautiques aux nouvelles réalités maritimes et géographiques9.

  • 10 Voir le planisphère de Juan de la Cosa de 1500, au Musée naval de Madrid (Inv. nº 257), manuscrit s (...)
  • 11 Il est connu comme Plano da Índia le projet d’expansion aux Indes orientales programmé par la couro (...)
  • 12 Pour une histoire de la cartographie portugaise du xve et xvie voir M. F. Alegria, S. Daveau, J. C. (...)

8On lit souvent que les cartes espagnoles de l’expansion maritime doivent leur origine à la découverte de l’Amérique et au planisphère nautique de Juan de la Cosa daté de 150010. Cependant, son histoire semble être bien plus ancienne. La plupart de la cartographie du xvie siècle que nous connaissons aujourd’hui est liée à la Casa et au Padrón, et répond à une longue tradition de cartographie maritime née dans la Méditerranée et déplacé vers l’Atlantique sous l’impulsion de la couronne portugaise, de ses intérêts en Afrique, du dit Plano das Índias et, en fin de compte, des nécessités de la navigation associés à l’expansion11. La cartographie maritime espagnole doit beaucoup aux créateurs des cartes portulans médiévales et est redevable à bien des égards à la cartographie portugaise du xve et du début du xvie siècle12. Les méthodes de production cartographiques employées à la Casa doivent tout à ces deux traditions, à l’exception de deux facteurs importants : l’Amérique et l’organisation des connaissances des Indes occidentales. Nous ne pouvons donc pas parler de la cartographie espagnole sans prendre en compte la Méditerranée et le Portugal.

  • 13 Fernand Braudel, El Mediterráneo y el mundo mediterráneo en la época de Felipe II, Madrid, Fondo de (...)
  • 14 Voir Joaquim Alves Gaspar, From the Portolan Chart of the Mediterranean to the Latitude Chart of th (...)

9L’émergence de l’Atlantique comme une zone maritime d’un nouveau potentiel rivalisait avec la Méditerranée pour l’hégémonie sur les transactions commerciales des Européens13. Le Mare Nostrum fait progressivement place au Mar Océano. L’Europe du xvie siècle détournait ses intérêts d’une mer fermée de dimensions limitées vers un océan à petite échelle. Cette transposition correspondait à une transition complexe du point de vue technique et visuel, de la représentation cartographique de la Méditerranée et de la Mer Noire vers la représentation cartographique de l’Atlantique au fur et à mesure que progressaient les découvertes géographiques. L’un des points les plus controversés de l’histoire de la navigation et de la cartographie ibérique est la transition du « point de fantaisie » au « point calculé » (deux façons de déterminer le cap et les positions du navire au large), c’est-à-dire le passage de la navigation estimée à la navigation astronomique, et parallèlement, de la cartographie majorquine à la cartographie de Séville, des cartes portulans aux cartes de latitudes, une transition qui se déroule durant le xve siècle14. Ce processus représente le prélude « naturel » de la production cartographique de la Casa. Contrairement donc à ce qui a toujours été dit, la production de l’école andalouse n’a pas commencé avec Juan de la Cosa et son célèbre planisphère. Tous deux, le cartographe et la carte, sont aussi le point d’arrivée d’un développement antérieur. Ils représentent un maillon intermédiaire d’une longue chaîne.

  • 15 Comme exemples de cette adaptation graphique voir la carte portugaise anonyme de Modène, ca. 1471, (...)
  • 16 A. Pinheiro Marques, “Adenda de actualização”, p. 37 ; et W. G. L. Randles, De la tierra plana al g (...)

10L’exploration de la côte atlantique de l’Afrique de l’Ouest au cours de la première moitié du xve siècle forçait le Portugal à adapter, tant que possible, la cartographie de la Méditerranée aux nouveaux défis posés par la navigation océanique, en particulier lorsque les navires commencèrent à s’éloigner de la côte15. Le monde des découvertes et de l’expansion a débuté officiellement par la conquête de Ceuta par les Portugais en 1415. Son existence se basait d’abord sur des faits de navigation, pour devenir plus tard une réalité cartographique. Cela signifiait le passage d’une mer confinée vers un monde ouvert, de l’extension de la carte portulan méditerranéenne vers la représentation d’espaces inconnus de la tradition qui allait inclure, enfin, le globe terrestre entier, la carte du monde16.

  • 17 Gomes Eanes de Azurara, Crónica do descobrimento e conquista da Guiné, Mem Martins, Publicações Eur (...)

11Nous pourrions dire qu’à l’époque des découvertes géographiques européennes (ca. 1492-1600), l’art et la technique de représenter le monde incarnaient, comme la cartographie elle-même, une pratique en mouvement, une science hybride fondée sur l’adaptation de modèles et sur la réconciliation visuelle de différentes traditions culturelles. Simultanément, les centres de production cartographique se sont déplacés avec l’éclosion de nouveaux centres de pouvoir, tant économique que religieux. La transition d’une cartographie de la Méditerranée à celle de l’Océan Atlantique, des cartes portulans médiévales aux cartes modernes avec latitudes, de l’école des maîtres cartographes Juifs sur Majorque aux écoles ibériques de cartographes catholiques - d’abord à Lisbonne et plus tard à Séville - n’était pas seulement une conversion du point de vue graphique, mais surtout sur le plan nautique. La navigation sur de nouveaux espaces maritimes, jusqu’alors non représentés, forçait les cartographes à adapter les anciens modèles aux nouvelles réalités, et à intégrer les techniques d’autres sciences lorsque les modèles connus s’avéraient inefficaces. La cartographie nautique du monde ibérique était une « science appliquée » développée sous la pression des besoins progressifs manifestés lors de l’expérience nautique ; elle constituait un moyen d’acquérir des connaissances qui étaient fondées, comme l’ont souligné Eanes de Zurara (ca. 1410-1474) et Fra Mauro (mort en 1460), sur la méthode du ver com os próprios olhos (voir de ses propres yeux)17. Ainsi, l’histoire de la cartographie ibérique peut se raconter comme l’histoire des modèles cartographiques qui passent de certaines écoles à d’autres, et d’un endroit à l’autre, et comme l’histoire de modèles qui étaient radicalement mis en question lorsque l’expérience nautique et les témoignages visuels invalidaient les modèles et les informations de départ.

  • 18 Pour l’étude de la cartographie portulane voir Ramón J. Pujades, Les Cartes portulans : la represen (...)
  • 19 Voir la carte portugaise anonyme de 1502, aussi appelé « Planisphère de Cantino », Bibliothèque Est (...)

12C’est alors seulement qu’il est possible de comprendre pourquoi les modèles cartographiques de la tradition portulan et méditerranéenne continuaient à être copiés pendant longtemps.18 Bien que les échelles de latitudes faisaient déjà partie des cartes du xvie siècle, la zone géographique entourant la Méditerranée, ainsi que l’Atlantique du Nord-Est, ont été continûment reproduits, par des générations de cartographes, avec les mêmes caractéristiques et les mêmes « erreurs », comme, par exemple, leur situation pivotée de quelques dix degrés dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, telle que cela est visible sur les planisphères de De la Cosa et de Cantino (1502)19. Les cartes portulans faites par les maîtres italiens, majorquins et catalans représentaient le seul point de référence pour en construire de nouvelles. Cependant, l’Atlantique changeait les principes de base de la cartographie, et la cosmographie ibérique de la Renaissance a dû adapter les uniques modèles portulans disponibles aux nouveaux défis posés par les découvertes océaniques. Les centres hégémoniques de production ne seraient alors non plus Gênes, Venise ou Majorque, mais Lisbonne et Séville, et leur horizon géographique ne serait pas la Méditerranée, mais un océan incontrôlable, rempli de nouveautés et de mystères, mais aussi plein de richesses. Alors que la cartographie portulan était loin d’être morte, elle avait touché à son horizon technique et à ses limites géographiques.

  • 20 Voir la carte-portulan de Gabriel de Vallseca, 1439, Musée maritime de Barcelone (nº inv. 3236), ma (...)

13La cartographie médiévale des écoles méditerranéennes était dans les mains de copistes graphiques qui savaient embellir mais non pas adapter leurs reproductions20. Sa contribution était d’avoir produit un modèle durable pour une zone restreinte du globe, mais elle n’était pas préparée à représenter de nouveaux espaces, et encore moins à déplacer l’épicentre vers l’Atlantique. Mis à part le modèle de base, les techniques imitatives des maîtres majorquins ne pouvaient en rien contribuer au traitement des nouvelles régions du monde. Les nouveaux représentants des anciens modèles étaient les navigateurs portugais, tannés sur l’Atlantique et disposant de connaissances astronomiques. L’Atlantique modifiait le mode de construire une carte nautique par rapport à celui en usage auparavant, tout comme il transformait les caractéristiques professionnelles des cartographes. Leur tâche n’était plus seulement de copier et de décorer. Ces cartographes de l’Atlantique, au-delà d'être des dessinateurs, peintres et reproducteurs de cartes, étaient les artistes et les créateurs de nouvelles images du monde. Les cartographes de Portugal et Castille étaient obligés de comprendre l’espace représenté en termes géométriques, et ainsi de contribuer à une navigation plus précise et fiable. Cette transition, en ajoutant une nouvelle dimension au travail cartographique, a entraîné, en même temps, un changement du statut professionnel du cartographe. Afin de construire une carte, il n’était plus suffisant désormais de copier ou de reproduire un modèle, mais il fallait produire, à partir du modèle, une « bonne » carte, révélatrice, mise à jour et adaptée aux nouvelles exigences, affinée aux découvertes et en conformité avec la prise de contrôle, au plan politique et religieux, des nouvelles terres. L’ensemble de ce processus technique long et complexe nous aide à comprendre de quelle façon l’imaginaire cosmographique ibérique a pris forme.

De l’Atlantique à l’Amérique

  • 21 John H. Elliott, El Viejo Mundo y el Nuevo (1492-1650), Madrid, Alianza, 2000.
  • 22 A. Cortesão, “Descobrimentos no Atlântico e evolução da sua antiga representação cartográfica”, Coi (...)
  • 23 Voir A. Sánchez, “De la ‘cartografía oficial’ a la ‘cartografía jurídica’ : la querella de las Molu (...)

14Or, ce passage de la Méditerranée à l’Atlantique provoquait encore une autre transition géographique : celle de l’ancien (monde) vers le nouveau (monde)21. Alors que la première transition a produit un nouveau modèle cartographique - ce fut une transition technique -, la deuxième a introduit un nouveau territoire à représenter. Elle comprenait aussi la domination d’un peuple sur un autre, des conversions religieuses, de l’arrivée d’or, et de nombreux changements dans la vie quotidienne des Européens. Dans cette phase, un vaste océan sépare et unit, simultanément, les deux mondes. L’Atlantique serait pendant des siècles le témoin de l’expansion maritime des empires européens22. Bien que, depuis le milieu du xve siècle, l’Atlantique ait permis l’exploration de la côte africaine, ce n’est qu’à la fin du siècle qu’il permettrait d’arriver à l’autre monde. Au départ, les Indes Occidentales ne faisaient pas encore partie de l’imaginaire collectif de l’Europe, en tant que masse de terre séparée des Indes Orientales. L’exploration progressive du monde atlantique allait marquer le cours de l’histoire européenne pour de nombreuses décennies. Cette exploration de l’Atlantique ouvrait beaucoup de possibilités. Les intérêts suscités par ces possibilités faisaient de cette transition un processus très controversé, que ce soit face au droit de naviguer par un océan chrétien, ou face à l’attribution de certaines terres inconnues23.

  • 24 Sur la carte anonyme du King-Hamy, attribuée à Amerigo Vespucci, voir Roberto Levillier, «New Light (...)
  • 25 Pour une étude sur la carte anonyme Oliveriana de Pesaro voir Frederick J. Pohl, «The Pesaro Map, 1 (...)
  • 26 Voir Alida C. Metcalf, «Amerigo Vespucci and the Four Finger (Kunstmann II) World Map», e-Perimetro (...)
  • 27 J. H. Elliott, El Viejo Mundo y el Nuevo, Madrid, Alianza Editorial, 1972, p. 60-61.

15La maîtrise nautique de l’Atlantique entraînait la conquête cartographique du Nouveau Monde. Le dévoilement du monde et sa représentation étaient deux activités parallèles. Nul doute que l’histoire des découvertes géographiques européennes peut être lue à travers l’histoire de ses cartes. En 1492, Christophe Colomb était sur le point d’embarquer pour la première fois vers les Indes. En 1500, Juan de la Cosa offrit aux Rois Catholiques (1474-1516) son planisphère nautique, où était suggéré pour la première fois les contours de terres nouvelles et inconnues. En 1502, le planisphère de Cantino et la carte de King-Hamy confirmaient l’existence d’un vaste territoire au-delà de l’Atlantique24. Vesconte Maggiolo représenta aussi une partie de la terre dans une carte de 1504. Il fut suivi, vers 1505, par le planisphère de Caverio et la carte de Pesaro, la première sur laquelle on lit l’expression Mundus Novus sur l’Amérique du Sud25. L’année suivante apparut la première carte imprimée avec la découverte de Colomb, la carte Conterini-Rosselli, ainsi qu’une certaine carte mystérieuse, où le Nouveau Monde est un protagoniste : la carte anonyme de quatre pouces, attribuée à Amerigo Vespucci, également connue sous le nom de ‘Kunstmann II’26. En 1507, Martin Waldseemüller baptisa « Amérique » le nouveau continent. Beaucoup d’autres cartes géographiques européennes contribuèrent à la conception du Nouveau Monde à l’aune de l’expansion, comme celles de Pedro et Jorge Reinel, cartographes de la Casa, et même celle du cartographe ottoman Piri Reis. Tous les cartographes adoptaient le modèle cartographique mis en place par l’école portugaise et buvaient dans les sources que les explorateurs Portugais et Castillans ont fournies sur la Péninsule Ibérique. L’époque des découvertes était une période d’expansion non seulement géographique, mais aussi scientifique, où les cartographes comptaient parmi l’avant-garde des nouvelles connaissances. Ce sont eux qui ont reconfiguré avec minutie les représentations géographiques à échelle de la planète. Après la phase d’observation et de description, les cartes ont permis, avec l’histoire naturelle, la propagation et la compréhension de toute la nouveauté. La publication, en 1590, de la Historia natural y moral de las Indias par José de Acosta marqua une étape importante dans ce processus de compréhension d’ensemble27.

  • 28 Ibid., p. 29.
  • 29 Voir Anthony Grafton, New Worlds, Ancient Texts: the Power of Tradition and the Shock of Discovery, (...)

16Dans son The Old World and the New, 1492-1650, John H. Elliott a insisté sur l’or et la conversion comme les deux plus grands accomplissements de la « découverte » de l’Amérique28. La science, les discussions cosmographiques et les nouvelles façons d’acquérir des connaissances sur les découvertes, ainsi que leur impact durable, ne semblent avoir aucune place dans ce récit29. À la fin du xvie siècle, le capitaine Bernardo Vargas Machuca nota dans son Milicia y descripción de las Indias (1599) la célèbre exclamation : « a la espada y el compás, más y más, y más, y más » (à l’épée et à la boussole, de plus en plus, et de plus en plus). Nous savons beaucoup sur la guerre de la conquête du Nouveau Monde, mais très peu sur son aspect scientifique ; beaucoup a été écrit sur les faits d'armes, et peu sur ceux de la boussole. La topographie des territoires conquis est aussi importante que la conquête militaire pour la définition de la souveraineté territoriale, prétention qui se cache derrière la devise impériale du Plus Ultra.

  • 30 A. Sandman, Cosmographers vs. Pilots: Navigation, Cosmography, and the State in Early Modern Spain, (...)
  • 31 A. Sánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., chap. 2, p. 89-119.

17La représentation cartographique du monde moderne combinait deux aspects : elle servait de preuve géographique par rapport aux lieux controversés et elle avait une capacité de persuasion visuelle dans la perspective de conclure des alliances diplomatiques. D’une part, les cartes contribuaient à la consécration politique et intellectuelle de la géographie. D’autre part, les conflits diplomatiques mettaient des cartographes, comme Diogo Ribeiro, en position de force30. La cosmographie a vu rehausser son prestige comme connaissance de mucha ciencia y experiencia (beaucoup de science et d’expérience), tout comme celui de ses praticiens. Une « bonne carte » dans l’Europe moderne n’est pas nécessairement la plus précise et exacte : celles qui servaient à décider la question des Moluques en constituent un parfait exemple. Cette question a fait prendre conscience combien l’art de faire des cartes était important pour définir les contours d’un monde en mutation, un monde qui dépassait de beaucoup l’oikoumene ptolémaïque31. Les navigateurs et les cartographes ont créé la géographie inédite de l’imago mundi. Être en possession d’une carte, ou d’un globe, signifiait pouvoir étendre et localiser de nouveaux territoires, mais cela servait aussi à une rhétorique du pouvoir qui créait une aura d’autorité politique et commerciale. Réciproquement, ces conditions conféraient aux cartographes modernes une certaine autonomie intellectuelle jamais connue. Ils étaient, en quelque sorte, les architectes du nouveau monde.

  • 32 Voir François Dainville, “Maps and Litigations in the 15th Century”, Imago Mundi, 24, 1970, p. 99-1 (...)

18La production cartographique des découvertes n’était pas uniquement un outil de travail au service de l’administration impériale. Son pouvoir reposait non seulement sur l’exactitude scientifique, mais sur sa capacité de provoquer, d’informer et de résoudre des problèmes diplomatiques, politiques et même économiques. Les cartes produites pendant les années qui s’écoulent du Traité de Tordesillas (1494) jusqu’au Traité de Saragosse (1529) ne racontent pas l’histoire du litige, elles ne sont pas des chroniques graphiques, mais elles étaient tracées pour servir à la négociation et elles prenaient parti dans le conflit32. Elles révèlent aussi les caractéristiques marquantes de la cartographie Renaissante : la splendeur esthétique, la rigueur scientifique et l’intérêt politique et financier.

19Après Tordesillas, il était très clair que la conquête cartographique des Indes allait passer par l’organisation du savoir cosmographique et par la régulation des pratiques cartographiques. Du moins, cela était compris par les Rois Catholiques quand ils ont établi, pour la Casa, un ensemble de lignes directrices qui devaient marquer l’évolution de la cartographie espagnole à partir de 1508. Il s’agit notamment de l’institution du Padrón Real cartographique.

  • 33 Martin Heidegger, La Época de la Imagen del Mundo, Santiago de Chile, Ediciones de la Universidad d (...)

20À l’ère de la conquête du monde comme image, la monarchie espagnole a produit son propre modèle, un modèle dont les fondements devaient être immobiles, mais dont la nature était nécessairement changeante33. Jamais l’histoire de la cartographie, et jamais un si vaste empire n’avait dépendu tellement d’une seule carte, une carte impossible. Une fois mis en place le Padrón Real y general de las Indias, Charles V (1516-1556) et son fils Philippe II (1556-1598) savaient, tous les deux, ce qu’ils y avaient gagné et ce qui restait à gagner. La carte-modèle de la Casa était l’instrument construit par la monarchie espagnole pour projeter ses ambitions expansionnistes et imaginer ainsi un empire mondial.

  • 34 Parmi la vaste littérature qui existe sur les problèmes cosmographiques autour du traité de Tordesi (...)

21Les maestros de hacer cartas de marear (maîtres dessinateurs de cartes marines) et les cosmographes de la Casa, avec l’Atlantique à leurs pieds et le Nouveau Monde à l’horizon, héritaient de pratiques cartographiques développées par des Majorquins, des Italiens, des Catalans et des Portugais. Avec ces pratiques s’associaient aussi des modèles correspondants : la carte portulan dans la Méditerranée et la carte à latitudes dans l’Atlantique. Le Padrón Real et une grande partie de la production cartographique de la Casa doivent être vus comme une réponse à un problème politique et diplomatique important, le Traité de Tordesillas34. Comme beaucoup d’autres traités, celui-ci a produit des désaccords qui se reflètent dans les différentes normes successivement adoptées à la Casa au cours du xvie siècle. Le Padrón Real était donc une carte politique, la carte politique officielle de la couronne de Castille, une carte du monde et de ses parties (figure 1).

Figure 1: Exemple de Padrón Real. Planisphère de Rome de Diogo Ribeiro (1529). Bibliothèque du Vatican, Cité du Vatican, Rome (Borgiano III). Manuscrit sur parchemin, 85 x 204.5 cm.

Figure 1: Exemple de Padrón Real. Planisphère de Rome de Diogo Ribeiro (1529). Bibliothèque du Vatican, Cité du Vatican, Rome (Borgiano III). Manuscrit sur parchemin, 85 x 204.5 cm.

Le Padrón Real: le modèle cartographique de l’empire

  • 35 David Turnbull, “Cartography and Science in Early Modern Europe: Mapping the Construction of Knowle (...)

22Comme la monarchie portugaise de la dynastie d’Avis, la monarchie espagnole comprenait parfaitement la puissance de la cartographie au regard de l’exploration, de l’exploitation et du maintien de son vaste empire d’outre-mer. L’expansion maritime et, par extension, les conflits diplomatiques, démontraient aux Espagnols et aux Portugais que les nouvelles connaissances pouvaient être non seulement stockées et accumulées dans des institutions créées à cet effet, mais également organisées, réglementées et transformées en une puissance accrue et en des bénéfices pour la couronne. Pour ce faire, les Rois Catholiques ont créé la première carte de l’empire: le Padrón Real de la Casa de la Contratación35.

  • 36 Antonio Sánchez, “An Official Image of the World for the Hispanic Monarchy: The Padrón Real of the (...)
  • 37 David Turnbull, Masons, Tricksters and Cartographers: Comparative Studies in the Sociology of Scien (...)

23Dans l’imaginaire de la couronne de Castille, le pas de la Méditerranée à l’Atlantique et de l’Ancien au Nouveau Monde impliquait la création d’un nouveau modèle souverain de représentation, l’image officielle du monde36. Le processus rendait nécessaire une nouvelle carte quant à la forme et à son contenu. Le Padrón était la carte autour de laquelle tournait la totalité de la production cartographique de la Casa, et il était le modèle qui marquait le cours de la cartographie maritime de la couronne de Castille. De nombreux auteurs ont essayé de renommer le Padrón Real avec des noms explicites et suggestifs. Parmi eux, David Turnbull a fait référence au Padrón comme template map (carte modèle), la première map assemblage (carte de compilation), la première tentative d’un État de recueillir l’information géographique du Nouveau Monde de manière systématique37. Toutefois, le Padrón signifiait pour la monarchie beaucoup plus qu’un recueil cartographique.

  • 38 Parmi les études les plus récentes sur la Casa de la Contratación, entre autres, on trouve les suiv (...)
  • 39 Ramón M. Serrera, “La Casa de la Contratación de Sevilla (1503-1717)”, in VV. AA. España y América, (...)
  • 40 Edward L. Stevenson, “The Geographical Activities of the Casa de la Contratación”, Annals of the As (...)

24Le Padrón, pièce centrale des registres cartographiques de l’empire, avait besoin d’être maintenu à jour de manière continue à la Casa, qui était la réalisation institutionnelle du projet de domination et gestion de larges espaces38. À partir de 1508, l’activité nautique et cartographique coloniale de Castille était toute organisée autour de la Casa qui employait une multitude de spécialistes soit pour enseigner la navigation, soit pour construire des instruments et des cartes maritimes, soit pour centraliser et systématiser les informations en provenance des Indes. En 1508 a aussi été créé le poste de Piloto Mayor (Pilote Majeur) - la position la plus importante à la Casa - dès l’origine avec pour fonction de superviser la fabrication des cartes. Vespucci fut le premier à occuper ce nouveau poste. L’installation du premier Pilote Majeur de la Casa a été considérée, par certains historiens, comme la semence d’une première école technique européenne, où des connaissances scientifiques était développées et enseignées dans le but d’améliorer la navigation océanique39. C’est le lieu où l’on pratique la bonne gestion des questions américaines et il s’agit de la première tentative de la couronne d’établir des pratiques cartographiques contrôlées et réglementées40.

  • 41 Ursula Lamb, “Science by Litigation: A Cosmographic Feud”, Terrae Incognitae, 1, 1969, p. 40-57, p. (...)

25Il incombait au Pilote Majeur d’évaluer les navigateurs de la Carrera de Indias, d’approuver leurs cartes et leurs instruments, ainsi que de construire et de corriger les cartes de la Casa en même temps que de veiller au secret de toutes ces informations. En outre, il ressortait parmi ses tâches celle d’achever une carte modèle, basée sur les informations les plus actuelles, qui devait refléter tous les rivages découverts, tous ces points qui avaient été identifiés jusqu’alors et avait été décrits par derrota (route ; estimation ou calcul du parcours de navigué) ou altura (hauteur ; latitude obtenue à travers l’observation d’astres)41. Cette carte modèle était le Padrón Real, le miroir des nouvelles réalités géographiques.

  • 42 Très probablement a existé au Portugal une carte padrão (carte modéle) similaire au Padrón Real. Ce (...)

26Le 6 août 1508, Ferdinand le Catholique demanda à Vespucci de créer le Padrón Real, la carte de l’expansion d’outre-mer42. Celui-ci devait construire et mettre à jour un modèle unique de carte de navigation, le modèle cartographique de l’empire. Le plus important des navigateurs devait diriger la mise en place de la plus importante des cartes :

  • 43 “Y en presencia de vos el dicho Amerigo Vespucio, nuestro piloto mayor, se ordene y haga un padrón (...)

Et en votre présence, le dit Amerigo Vespucci, notre Pilote Majeur, j’ordonne la construction d’un padrón (carte modèle) de toutes les terres et îles des Indes qui, jusqu’à présent, ont été découvertes et qui appartiennent à nos royaumes et seigneuries [domaines]. Et sur leurs raisons et leurs demandes, et en accord avec vous, le dit notre Pilote Majeur, j’ordonne la construction de une carte modèle générale, appelée padrón real, par laquelle tous les navigateurs devront se régir et se gouverner. Et j’ordonne que ce padrón doit être gardé par les fonctionnaires de la Casa et le Pilote Majeur. Et j’ordonne qu’aucun navigateur se serve d’autre cartes sinon de celles qui soient tirées à partir ce celui-ci [padrón real]43.

  • 44 AGI, Indiferente, 1961, L. 1, ff. 65v-67.
  • 45 Felipe Fernandez Armesto a jugé que le fait qu’aucune copie du Padrón Real n’a pas survécu montre q (...)
  • 46 Voir Ramón Ezquerra, “Las Juntas de Toro y Burgos”, in VV. AA., El Tratado de Tordesillas, p. 149-1 (...)

27Par ce décret royal, tous les navigateurs des Indes, descubiertas o por descubrir (découvertes ou encore à découvrir), étaient tenus d’aviser le Pilote Majeur et les fonctionnaires de la Casa lorsqu’ils trouvaient de nuevas tierras o islas o bajos o puertos o cualquier otra cosa que sea digna de ponerla (de nouvelles terres, îles, ports ou autre chose qui soit digne de mettre) sur le Padrón Real, de sorte que todo se asiente en su lugar (tout soit marqué à sa place) et que los navegantes sean más cautos y enseñados en la navegación (les navigateurs soient plus attentifs et mieux renseignés lors de leurs voyages)44. C’est ainsi, donc, que toute la production cartographique de la Casa tournait autour du Padrón Real45. Une fois qu’on avait compris la quantité de ressources auxquelles les découvertes donnaient accès, et qu’on avait identifié les principales difficultés de se les procurer, la couronne s’est mise à développer un instrument de connaissance qui définirait les étendues terrestres et marines de la juridiction espagnole et de ses privilèges économiques. Probablement, c’était à l’occasion des Juntas (consultations de l’État) de Toro et Burgos, tenues en 1505 et 1508 respectivement, et l’intention de devancer le Portugal dans l’exploitation du commerce des épices, qu’aurait surgi l’idée de la création du Padrón Real46. Le Padrón, avec la détermination de la longitude et le problème de la déclinaison magnétique, était l’un des sujets les plus importants de la cosmographie espagnole du XVIe siècle et l’une des questions qui a suscité le plus d’enthousiasme, et provoqué le plus grand nombre de litiges et de sessions du Conseil royal.

  • 47 Aucun de ces modèles n’est connu aujourd’hui.
  • 48 AGI, Indiferente, 1961, L. 1, ff. 65v-67. Ce document a été reproduit dans José Toribio, Juan Díaz (...)

28Dès lors commencerait une incessante réglementation de tout ce qui était lié aux Indes et à l’expérience des navigateurs, y compris l’exercice de leur métier. La création du poste de Pilote Majeur et du Padrón Real en représente les premières mesures. La première visait à améliorer l’instruction des marins et la deuxième devait mettre fin aux muchos padrones de cartas de diversos maestros (nombreuses cartes modèles de différents maîtres) qui existaient avant l’introduction du Padrón47. Cette diversité de modèles contrastait avec la création du Padrón comme un modèle unique, étant donné que tous étaient muy diferentes los unos de los otros, así en las derrotas como en el asentamiento de las tierras, lo cual puede causar muchos inconvenientes (très différents les uns des autres, tant du point de vu des trajets que de celui de la situation des contrées, ce qui peut causer de nombreux problèmes)48. De fait, ce fut l’une des raisons, mais pas la seule, qui ont conduit à la création du Padrón.

Une carte universelle et officielle : un modèle épistémique de représentation

29Lorsque nous examinons la nature du Padrón Real ainsi que ses fonctions, nous nous trouvons assaillis par une série de questions qui sont encore difficiles à traiter. Compte tenu du degré d’improvisation qui prévalait dans certains secteurs des affaires indiennes, les instructions de la couronne n’étaient pas toujours faciles à exécuter. Pourquoi créer, officiellement par un mandat royal, une carte modèle qui a priori devait rester secrète ? Comment le Padrón était-il produit dans la pratique ? Quel était le format et le degré de crédibilité des informations reçues que les cartographes de la Casa devaient incorporer dans le Padrón ? Combien d’artisans, et de quel genre, travaillaient-ils à la préparation du Padrón ? Qui était formé pour effectuer une tâche d’une telle ampleur ? Comment le Padrón a-t-il été adapté aux nouveaux problèmes et aux nouvelles techniques scientifiques qui sont émergé dans le sillon de la navigation Atlantique ? Quels étaient les caractéristiques et le style cartographique qui caractérisaient le Padrón et comment se différenciait-il par rapport aux autres cartes contemporaines ? Et, étant donné ces caractéristiques, quelles fonctions devait-il remplir en tant que modèle cartographique ? Est-ce que le Padrón a atteint les objectifs assignés ? Quel rôle a-t-il joué dans la politique expansionniste de l’empire colonial, en particulier, et dans la construction d’un empire mondial, en général ?

  • 49 Roger Chartier, “Prólogo”, in Fernando Bouza, Imagen y propaganda: capítulos de historia cultural d (...)
  • 50 Pour une explication de la distinction de Ptolémée entre représentation cosmographique ou universel (...)

30Le Padrón Real était une carte universelle, du monde entier, et officielle, établie par la monarchie, qui devait entièrement représenter le monde connu. Il devait représenter les terres et îles appartenant à la Couronne. Ce modèle épistémique de représentation cartographique devait dorénavant servir d’archétype pour toutes les cartes marines (avec différentes échelles) construites à Séville et fournir le schéma cartographique à suivre pour tous les navigateurs, tandis que des sanctions économiques sévères allait frapper toute personne qui ne s’y conformait pas. Selon le brevet du roi de 1508, le Padrón était une carte Royale non seulement parce qu’elle devenait un document officiel, conçu et réalisé par l’administration monarchique, ou parce qu’elle était parrainée par une maison royale, mais aussi parce qu’elle représentait les parties du monde où le roi était présent49. Il était ainsi un puissant instrument de représentation visuelle du roi dirigée à ses sujets et à ses concurrents. Le roi et sa souveraineté deviennent territoire au travers du Padrón car il représente le domaine de l’espace physique. Le Padrón montrait la suprématie d’une monarchie qui se considérait elle-même comme universelle (impérial), au-delà des frontières de la péninsule ibérique et au-delà des Colonnes d’Hercule. Il était également une carte Générale, non seulement parce qu’il représentait le seul modèle admis, mais aussi parce qu’il était conçu comme une carte universelle de toutes les régions connues, à la différence d’une carte chorographique, particulière ou régionale50.

  • 51 Récemment, Mauricio Nieto a déclaré que le Padrón Real était la combinaison de deux efforts diffici (...)
  • 52 Paul Zumthor, La Mesure du monde, Paris, Seuil, 1993. Nous avons utilisé ici la version espagnole, (...)

31A priori, on pourrait définir le Padrón comme une carte-mère, élaborée et adaptée sans cesse sur la base des nouvelles incessantes arrivant à Séville. Toutefois, cette définition traditionnelle ne ferait pas du Padrón une carte différente des autres cartes de l’époque. Il était une représentation continuellement mise à jour, suivant les données rapportées par les marins de leurs voyages d’exploration. Ainsi, malgré ses caractéristiques prototypiques, son adaptation continuelle aux exigences des découvertes faisait de cette représentation une carte en mouvement. Sa double nature - nature exemplaire et nature instable - en faisait un artefact unique dans l’histoire de la cartographie et dans l’histoire de l’épistémologie51. Le Padrón était l’un des plus remarquables produits de l’âge des découvertes, une image du monde en perpétuelle reconstitution. La modification nécessaire du modèle lui conférait une certaine fiabilité, mais une fiabilité momentanée, valable pour de courtes périodes de temps. Le caractère de modèle d’une carte transforme la carte, comme le suggère Paul Zumthor, en une œuvre de fiction, une fable cartographique52.

  • 53 Bruno Latour, Science in Action, Cambridge (Massachussetts.), Harvard University Press, 1987, p. 21 (...)

32Dans une tentative de saisir la nature des cartes, le sociologue des sciences Bruno Latour a considéré les cartes marines de la Renaissance européenne comme des éléments stables, mobiles et combinables qui ont facilité le contrôle des terres lointaines par les centres administratifs de calcul53. Selon lui, les cartes fournissaient une meilleure connaissance et davantage de pouvoir aux personnes qui n’avaient jamais vu ces lieux. En ce sens, B. Latour estime que la plupart des cartes correspondent à ce qu’il appelle des « mobiles immuable et combinables », à savoir, des dispositifs capables de réduire l’immensité des zones géographiques éloignées à un dessin sur un papier. Il ne fait aucun doute que le Padrón revêt aussi ce sens. Toutefois, sa nature le dépasse encore, dans la mesure où il est plutôt un « immobile mutant ». Son caractère secret et ses qualités physiques en font un objet statique. À son tour, la représentation visuelle qui matérialise le même objet est ici, par définition, variable. Il n’y a jamais eu un Padrón immuable et définitif. En ce sens, on peut dire qu’il est lui-même était une carte impossible, presque inexistante. Le Padrón était un modèle épistémique de représentation cartographique, un modèle cognitif - un programme de connaître et d’assimiler la nouveauté. En tant que modèle, il conditionnait la façon de comprendre le monde de la Couronne de Castille, un monde en expansion. Lors de leurs accès au trône impérial ni Charles V, ni Philippe II ne remettaient en doute sa valeur, en parfait accord avec l’idéal monarchique, idéal selon lequel les deux avaient été instruits, et qui prévoyait de forger un État patrimonial hérité, à léguer, ensuite, au successeur du trône, inchangé pour le moins, sinon augmenté, en termes de richesses. Tous les deux ont grandi et régné selon cet idéal testamentaire de recevoir et laisser le même ou davantage que le prédécesseur. Selon ce raisonnement, il n’est pas surprenant que le Padrón ait occupé une place centrale.

  • 54 Dans un arrêté royal du 12 Juillet 1512 a été donnée au pilote Juan Vespucci – neveu d’Amerigo – et (...)
  • 55 Francisco de Lyra, Ordenanzas Reales para la Casa de la Contratación de Sevilla y para otras cosas (...)

33Des dizaines de cartes marines étaient copiés à partir du Padrón chaque année. On appelait les copies du Padrón des traslados (copies), faites par des maîtres ou trasladadores (copieurs) cartographes54. À partir du Padrón on pouvait obtenir des copies officielles approuvés et timbrés par le Pilote Majeur et ratifiés par le Conseil des Indes. Le nombre de copies semble avoir été limité tant par peur d’une trop large diffusion, que par la difficulté de trouver des experts cartographes et par la complication inhérente à la production de ces instruments coûteux, complexes et très élaborés. Compte tenu de l’intérêt manifesté par d’autres puissances, concurrentes, pour dominer de nouveaux territoires d’outre-mer, le Padrón, et, dans une moindre mesure, ses copies, étaient soumis à un contrôle rigoureux. L’une des mesures de sécurité prises par la Couronne était celle de préserver et de sauvegarder le Padrón dans une arche fermée à deux clés, comme on le pratiquait pour d’autres secrets d’État55. Toutefois, les mesures de sécurité et le secret appliqué à la cartographie des découvertes étaient totalement inefficaces. Le Padrón imaginé comme une carte secrète est devenu un secret de polichinelle. Une fois les copies du Padrón hors du contrôle de la Casa on ne pouvait pas le garder secret. Ces cartes marines étaient des cartes voyageuses qui ont été exposées à de nombreux intrus.

34Durant la première moitié du XVIe siècle, le Padrón représentait un mélange de traditions cartographiques européennes et sa rigueur scientifique était toujours conditionnée par les problèmes techniques de la navigation. Avec ses copies, il incorporait encore des caractéristiques portulans, en usage en Europe et dans la Méditerranée. La plupart du temps, les cartographes de l’école de Séville copiaient directement des cartes portulans préexistantes. La disposition du continent africain était dépendante des sources d’informations portugaises, puisque les Portugais furent les pionniers de la reconnaissance de la côte de l’Afrique, tout au long du XVe siècle. Les Indes Occidentales ont pris forme à partir de données des expéditions d’Espagnols et de Portugais. Et la cartographie de l’Asie était fondée sur les descriptions de la tradition ptolémaïque en contraste avec les explorations ibériques des îles Philippines et des Moluques.

35Les sources d’information à partir desquelles on construisait le Padrón, et aussi les autres cartes de la Casa, étaient de divers types. Les cartographes utilisaient les célèbres roteiros ou des itinéraires de voyage rédigés par les navigateurs lors des voyages océaniques. Ces itinéraires contenaient l’indication des distances, des latitudes et des cours. Cette information, d’ordre textuelle, devait être complétée avec des croquis visuels que les navigateurs esquissaient pendant leurs voyages, soit des proto-cartes servant, à la fois, à faciliter le travail d’orientation et de localisation des marins et à améliorer le Padrón. À tout cela, on doit ajouter les connaissances que les responsables du Padrón avaient d’autres cartes contemporaines. Par exemple, il semble évident que le Portugais Diogo Ribeiro ait connu, au Portugal où il avait été formé comme cartographe, d’autres cartes, avant de venir s’installer à Séville.

  • 56 Pour la réforme de 1518 voir R. Cerezo, La Cartografía náutica española, p. 156 et suivantes. Voir (...)
  • 57 Pour les preuves de la visite de Suárez de Carbajal à la Casa de la Contratación voir AGI, Justicia (...)
  • 58 L’étude la plus complète sur ce sujet a été faite par Alison D. Sandman, A. Sandman, Cosmographers (...)
  • 59 AGI, Indiferente, 1964, L. 11, ff. 113-114. AGI, Justicia, 945. AGI, Justicia, 836, N.4. AGI, Justi (...)
  • 60 Pour une étude documentée sur la réforme du Padrón Real menée par Pedro Ambrosio de Ondériz et Andr (...)

36Dès sa création, le Padrón a fait l’objet de révisions successives, faites ou par mandat royal ou par ordre du Conseil des Indes. L’objectif en était d’examiner les connaissances géographiques acquises, de traiter des erreurs accumulées ou de comparer les copies réalisées par certains cartographes. Parmi les réformes que le Padrón a subies se trouvent : celles de 1518 et 1526, confiées à Ferdinand Colomb, et qu’on pourrait associer à la carte anonyme des Antilles et de l’Amérique du Sud (ca. 1518) ainsi qu’au planisphère de Juan Vespucci de 1526 respectivement56 ; celle de 1536, commandée par Juan Suárez de Carbajal57 ; celle de la grande controverse liée aux procès qui ont eu lieu à la Casa autour des cartes avec plusieurs échelles de latitudes par Diego Gutierrez, dans les années 154058 ; l’amendement de 1549, organisée par le conseiller des Indes Hernán Pérez de la Fuente et qui s’est soldée par la carta general en plano (carte général plane) de Sancho Gutiérrez de 155159 ; et enfin, la dernière grande réforme, commencée par Pedro Ambrosio de Ondériz dans les années 1590 et terminée par Andrés García de Céspedes vers 159860. Le Padrón a également subi, de temps en temps, des inspections et qui étaient indépendantes des réformes plus générales. Construire une carte-maître comme le Padrón exigeait, de fait, un effort commun. Par conséquent, une fois que les navigateurs étaient formés et évalués au regard des aspects théoriques et pratiques de la navigation et de la cosmographie, ceux-ci étaient préparés à collaborer à la construction du Padrón avec les cosmographes et le Pilote Majeur.

37Les exemplaires de cartes employés lors des voyages d’outre-mer devaient être des reproductions fidèles et donc, une fois sortis de la Casa, elles devenaient des outils, perdant immédiatement tout leur caractère secret. Bien que les responsables d’un navire aient reçu des instructions précises sur ce que ils devaient ou ne devaient pas faire, et bien qu’un navire se trouvait sous l’autorité de la Couronne, ce n’était pas une institution contrôlable. Il était très difficile de déterminer, d’avance, ce qui pouvait arriver au cours d’un voyage transocéanique de dimensions imprévisibles. Une copie du Padrón, à bord d’un navire en partance pour les Antilles, changeait de statut ontologique et donc épistémologique en fonction de l’endroit où elle était utilisée et en fonction de qui l’utilisait. Le fait que le Padrón ait été copié et que les copies aient été utilisées hors du contrôle du Pilote Majeur, transformait ces instruments en objets très vulnérables. Cela n’en était qu’une des nombreuses ambivalences et même contradictions définissant la production cartographique de la Casa : d’une part, la volonté politique de garder secrètes ces informations concernant la réalité des découvertes géographiques, et de l’autre, la nécessité pratique de le rendre public ou au moins laisser sans protection.

Une carte en tant que norme

  • 61 Voir la discussion qui a eu lieu à la Casa entre les cosmographes Rodrigo Zamorano et Domingo de Vi (...)

38Nombreuses et variées devaient être les raisons de la création du Padrón comme image officielle du monde hispanique. Parmi les plus évidentes, il s’agissait de protéger les connaissances des nouvelles possessions des ennemis potentiels et d’accroître la sécurité du transport transocéanique qui servait les intérêts économiques et politiques de la monarchie. Il fut donc créé pour assurer la sécurité de la navigation, en témoignent l’importance du commerce des Indes et l’existence de l’espionnage cartographique61. Savoir se servir correctement d’une carte de navigation et fournir aux équipages des instruments de navigation efficaces, était devenu une question centrale pour l’instruction complexe des navigateurs. Pour leur formation théorique et pratique, il était nécessaire de disposer d’instruments précis. La monarchie devait considérer que la meilleure façon d’obtenir des cartes, des astrolabes, des boussoles et des quadrants fiables était de créer des prototypes de chaque instrument, de sorte qu’il existe, pour les marins, un modèle unique, auquel ils puissent se fier. En résumé, la sécurité des navigateurs et des bateaux sur les routes océaniques, en particulier dans le Nouveau Monde, et la sécurité des intérêts extérieurs de la monarchie étaient toujours une question sous-jacente dans l’agenda politique des affaires indiennes.

  • 62 Voir F. de Lyra, Ordenanzas Reales. Pour les ordonnances de 1573 sur la construction du livre-padró (...)

39Deuxièmement, il s’agissait d’assurer la normalisation des connaissances géographiques nouvelles. Compte tenu de l’activité cartographique croissante et de la diversité des modèles cartographiques selon l’arbitraire de l’interprétation personnelle de chaque observateur face à la multiplication de ces modèles, les Rois Catholiques ont opté pour un seul archétype. Dès le premier ordre de construire le Padrón, des règles explicites concernaient sa création effective et sa révision. Tout semble indiquer que, dans la pratique, ces règles stipulaient un mode de travail méthodique afin d’assurer la précision des cartes. Les diverses ordonnances au sujet de la Casa ont à chaque fois insisté sur la manière d’obtenir et de gérer, du point de vue pratique, les données, en évitant les erreurs, par ailleurs, inévitables, dues à la subjectivité des cartographes. Cet état d’esprit se reflète dans le texte des ordonnances de 1510, 1531, 1536, 1552, 1571 et 157362.

  • 63 Voir Steven J. Harris, “Confession-Building, Long-Distance Networks, and the Organization of Jesuit (...)

40De par sa singularité, le Padrón constituait la « source et le réceptacle géographique » de laquelle cosmographes et navigateurs obtenaient les données nécessaires pour tracer les cartes en réponse aux exigences de la navigation en haute mer, représentant plus en détail les régions côtières, les îles, en bref, les zones navigables. Une standardisation, soumise à des contrôles et des règlements, permettait, avec plus ou moins de difficulté, de réviser des cartes, de détecter les erreurs ou incohérences de leurs représentations et de modifier ces dispositifs en accord avec les nouvelles informations collectées. Le Padrón était le début et la fin d’un circuit de longue distance : des connaissances scientifiques partant de la Casa et retournant à la Casa63.

Conclusion

41Le Padrón Real des Indes nous permet de comprendre et d’expliquer le rôle de la cartographie et des cartes dans la construction d’une monarchie catholique du XVIe siècle qui se posait comme universelle et dans la construction de l’un des premiers empires mondiaux du monde moderne. Cette partie de la science ibérique n’a pas seulement une histoire, mais aussi une préhistoire qui remonte aux expériences nautiques et cartographiques existantes dans la Méditerranée au cours du Moyen-Âge.

42L’Atlantique, le Cap de Bonne Espérance, le Plano da India, Tordesillas et l’Amérique ont forcé les monarchies ibériques et leurs architectes à puiser dans ces précédents de la Méditerranée afin d’apprendre à naviguer au large de l’Atlantique, en prenant la navigation par estimation et la cartographie portulan pour modèles pour rejoindre tout rivage possible. Désormais, l’expérience pure, l’exercice de « voir de ses propres yeux » et les étoiles réfuteraient le dicton selon lequel il n’y a pas des terres au-delà des colonnes d’Hercule. Or, cela ne pouvait pas être plus loin de la réalité ; il y avait tant de mers et tant de terres qu’il n’était alors plus suffisant de naviguer à l’estime, de se fier au « point de fantaisie » ou de construire une carte marine sans latitudes déduites de mesures. Les connotations limitatives de l’ancienne devise Non Terrae Plus Ultra, a rapidement cédé la place à deux nouvelles sentences de caractère expansionniste et impérial, Usque ad Indos et Plus Ultra. L’Église catholique a donné sa bénédiction à l’exploration du monde par l’Espagne et le Portugal, un monde qui s’étendait sans barrière au-delà des îles Canaries, jusqu’aux Indes Occidentales et Orientales, formant ainsi un orbe de 360 degrés.

  • 64 Pedro Nunes, Obras, Vol. I, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, 2002, p. 120.
  • 65 A. Teixeira da Mota, “Reflexos do Tratado de Tordesilhas na cartografia náutica do século xvi”, art (...)

43La navigation océanique a forcé les Portugais et les Espagnols à se tourner vers le ciel, à apprendre le langage des étoiles, à découvrir - comme s’exprimait Pedro Nunes - de nouvelles étoiles et leur a ainsi permis de prendre pied dans un océan inhospitalier64. Cet événement, assez complexe, a conduit au développement de la navigation astronomique moderne, vers un nouveau langage mathématique qui exigeait de nouveaux instruments et de nouvelles cartes marines, ou, au moins, des dispositifs adapté pour cet usage. Ainsi, un nouveau modèle cartographique a été imposé, les cartes à latitudes, qui pour certaines zones géographiques coexistaient avec les cartes portulan traditionnelles. Bien que Colomb ait atteint les Antilles en 1492, ce n’était que plus tard, avec l’arrivée en Castille d’un autre navigateur italien expérimenté, le florentin Amerigo Vespucci, que la navigation par latitudes a débarqué à Séville, cette capitale cosmographique par excellence de la monarchie espagnole. Il s’agissait de marins experts, comme Vespucci et Juan de Solis, qui, après avoir servi Manuel I de Portugal, étaient appelés à mettre en place l’école nautique de la Casa de la Contratación à partir de 1508 et de 1512 respectivement, et qui ont enseigné aux navigateurs castillans comment on détermine la latitude d’un lieu à partir de la hauteur du soleil ou de l’étoile du Nord65. La fluidité du trafic en connaissances, astronomes, marins, cartographes et cosmographes entre les couronnes portugaise et espagnole, entre Lisbonne et Séville, a permis à Magellan et Elcano de faire le tour du monde en un peu plus de trois ans, entre le 20 Septembre 1519 et le 6 Septembre 1522.

44En effet, il y avait un monde au-delà des Canaries. Il y avait aussi de l’or, de l’argent, des clous de girofle, de la cannelle, des îles inconnues, des monstres marins, des animaux exotiques et des créatures étranges. De tout cela, on recevait des nouvelles dans la péninsule ibérique. Elles étaient abondantes et inouïes, de sorte qu’il ne suffisait pas à les accumuler, mais que leur organisation s’imposait. Pour ce faire, les monarchies ibériques ont conçus des dispositifs sophistiqués de collecte et de gestion d’information. La carte-modèle de la Casa n’en représente qu’un exemple. Le Padrón fut introduit, corrigé, réformé, modifié mille fois. Son utilité même a été questionnée avant d’être de nouveau approuvée.

  • 66 Phillip C. Muehrcke, Map Use: Reading, Analysis and Interpretation, Madison, JP Publications, 1978, (...)
  • 67 Christopher Marlowe, Tamburlaine the Great, London, Forgotten Books, 2008 [1590], part II, acte 5, (...)
  • 68 Jorge Luis Borges, “Del Rigor en la Ciencia”, in El Hacedor, Obras Completas, Emecé Editores, Bueno (...)
  • 69 Esteban de Aguilar y Zúñiga, Estatua y árbol con voz política, Madrid, Iulian de Paredes, 1661, p.  (...)
  • 70 Sur l’idée du Non Sufficit Orbis de Philipe II voir Fernando Broncano, Saber en condiciones. Episte (...)

45On a pu lire qu’il aurait été la première carte de l’empire, carte officielle et universelle, une norme, un modèle, une invention de la modernité pour contrôler et rationaliser l’espace, une représentation instable, en mouvement, en reconstitution constante et perpétuelle, et, en outre, un modèle épistémique de représentation cartographique. Cependant, je pense que nous pouvons ajouter encore autre chose. Cet article a tenté de montrer que le Padrón Real était, après tout, une carte qui n’a jamais existé, une carte faite de paroles, une carte de fiction, ou mieux, une fiction symbolique contrôlée, comme a dit John B. Harley en paraphrasent Phillip Muehrcke66. En bref, une carte impossible. Parce qu’en fin de compte, le Padrón représentait une idée, l’idée d’un imaginaire monarchique, impérialiste et évangélisateur, qui construisait un empire sur lequel le soleil ne se coucherait jamais. De mon point de vue, le Padrón a été le modèle cognitif selon lequel la monarchie espagnole imposait sa façon particulière d’assimiler la nouveauté. Cette carte idéale a été créée comme un prolongement visuel des aspirations politiques de la Maison d’Autriche et correspondait bien à la culture de tendance expansionniste dans laquelle ses monarques avaient été élevés. Charles V et Philippe II étaient obligés d’augmenter la richesse territoriale dont ils avaient hérité. Le Padrón leur permettait de connaître ce qu’ils avaient acquis en des décennies d’explorations et de combats, et il montrait également - comme Tamerlan le Grand - ce qu’ils avaient encore à conquérir67. Le Padrón se voulait - comme disait Jorge Luis Borges - une carte à l’échelle 1/1, il se voulait être le monde68. La Couronne projetait sur le Padrón ses utopies pour imaginer un empire mondial. Mais le monde n’était pas assez. Philippe II aspirait à bien d’avantage. Les cartes devenaient alors au roi - comme jadis à Alexandre le Grand - source de chagrin, car elles permettaient au monarque aussi de constater ce qui lui échappait69. Les cartes nourrissaient l’imaginaire impérial sans qu’il ne fût besoin de quitter le palais. Le Padrón a ce mérite d’exprimer ainsi le désir expansionniste de la monarchie espagnole au XVIe siècle, une histoire qui passe de la devise Non Terrae Plus Ultra (il n’existe pas de région au-delà) à celle de Non Sufficit Orbis (le monde entier ne [nous] suffit pas), passant donc de l’espoir de trouver un monde plus vaste à l’inquiétude d’un roi qui n’est pas content avec ce qu’il avait70.

46Le Padrón a donné naissance à une nouvelle façon d’organiser la connaissance spatiale à l’ère moderne, comme le calendrier grégorien avec le temps. La mappemonde et le calendrier représentent deux des principaux modèles de mesure de l’âge moderne, deux représentations exemplaires comprenant l’ordre céleste et l’ordre terrestre, le monde temporel et historique et l’éternité, celui qu’on peut embrasser et celui qui est trop vaste. Les deux étalons de mesure non seulement fonctionnent bien, mais sont aussi contemporain. D’une part, la réforme du calendrier Julien est à la fois une nouvelle façon de contrôler, sur terre, le domaine de l’éphémère tout comme l’imposition de l’hégémonie ecclésiastique. D’autre part, le Padrón définissait l’autorité territoriale de l’empereur et son empire.

47Le Padrón est le médium et le message. Le discours expansionniste et le processus progressiste de l’éveil du monde s’y unissent dans un modèle rhétorique. Il représente l’autorité du roi en son absence et contribue à la construction de la majesté royale. Le monarque peut atteindre jusqu’aux limites tracées par le cartographe. Le roi est présent dans le Padrón. Des cartographes comme García de Toreno, Diogo Ribeiro, Giovanni Vespucci, Diego Gutiérrez ou Alonso de Chaves ont rendues visible l’invisible, à savoir la souveraineté royale, la grandeur impériale de terres lointaines correspondant à la prétention royale qui ne pouvait pas toujours être réalisé. Le Padrón était un vecteur de souveraineté permettant aux monarques espagnols de voyager aussi loin que leurs marins. Le roi était territoire et puissance à travers le Padrón. Avec ses copies, il transportait une image d’obéissance et de respect vers un pouvoir qui, loin de la cour, était omniprésent.

48Le Padrón Real n’était pas seulement un modèle épistémologique de recueil et de représentation de nouvelles informations géographiques, mais aussi un miroir politique et moral qui permet, aujourd’hui, une lecture différente de la monarchie espagnole et de ses systèmes de construction de connaissances. La mise en place d’une norme de cette ampleur institutionnelle, et les débats qu’elle avait produits démontrent la fragilité et l’inconsistance de l’objectivité, et révèlent la nature politique et morale d’un modèle imposé par une autorité souveraine. Chacune des réformes du Padrón et les processus qu’elles ont provoqués (surtout quand un nouveau modèle cartographique avait été conçu et allait être mis en œuvre par des mauvaises voies) révèle, simultanément, et la personne dans les mains de laquelle se trouvait l’autorité, et ce que voulait dire « faire science » en Espagne au cours du xvie siècle.

Haut de page

Notes

1 Voir entre autres Jorge Cañizares-Esguerra, Puritan Conquistadors: Iberianizing the Atlantic, 1550-1700, Stanford, Stanford-University Press, 2006. Antonio Barrera-Osorio, Experiencing Nature: The Spanish American Empire and the Early Scientific Revolution, Austin, University of Texas Press, 2006. Maria M. Portuondo, Secret Science: Spanish Cosmography and the New World, Chicago, The University of Chicago Press, 2009.

2 Mauricio Nieto, “Ciencia, imperio, modernidad y eurocentrismo : el mundo atlántico del siglo xvi y la comprensión del Nuevo Mundo”, Historia Crítica (Edición especial), Bogotá, Noviembre, 2009, p. 12-32, p. 15.

3 Pamela Smith, The Body of the Artisan: Art and Experience in the Scientific Revolution, Chicago, University of Chicago Press, 2004.

4 ASánchez and Henrique Leitão (eds.), “Introduction: Revisiting Early Modern Iberian Science, 15th to 17th centuries” (special issue), Early Science and Medicine, 21, 2-3, 2016, p. 107-112. Voir aussi H. Leitão, 360º Ciência Descoberta, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, 2013, p. 11-13. Et ASánchez, La Espada, la cruz y el Padrón : soberanía, fe y representación cartográfica en el mundo ibérico bajo la Monarquía Hispánica, 1503-1598, Madrid, CSIC, 2013.

5 Antonio Lafuente et Javier Moscoso, “El compás y el príncipe : ideas para una exposición”, in A. Lafuente et J. Moscoso (eds.), El compás y el príncipe : ciencia y corte en la España moderna, Valencia, Direcció General del Llibre y Coordinació Bibliotecària, 2000, p. 15-25, p. 20.

6 La plupart de ces sources ont été publiées et étudiées par plusieurs auteurs. Voir, par exemple, José Pulido, El Piloto Mayor de la Casa de la Contratación de Sevilla: Pilotos Mayores del siglo xvi (datos biográficos), Séville, Publicaciones del centro oficial de estudios americanistas de Séville (Biblioteca Colonial Americana, Tomo X), 1923. Isabel Vicente et Mariano Esteban, Aspectos de la ciencia aplicada en la España del Siglo de Oro, Salamanca, Junta de Castilla y León, 2006 [premiére édition, 1991]. Ricardo Cerezo, La Cartografía náutica española en los siglos xiv, xv y xvi, Madrid, CSIC, 1994. María Luisa Martín-Merás, Cartografía marítima hispana : la imagen de América, Madrid, Lunwerg, 1993 ; et Alison D. Sandman, Cosmographers versus Pilots: Navigation, Cosmography, and the State in Early Modern Spain (thése de doctorat inédite), University of Wisconsin-Madison, 2001.

7 Pour un travail plus vaste sur ces résultats, voir le déjà cité ASánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit.

8 Pour une histoire récente du Padrón Real voir A. Sanchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., en particulier les chapitres 4, 5 et 6. Voir aussi A. D. Sandman, « Spanish Nautical Cartography in the Renaissance », in David Woodward (ed.), The History of Cartography: Cartography in the European Renaissance, vol. 3, Chicago and London, The University of Chicago Press, 2007, p. 1095-1142.

9 Sur le Portugal voir Maria Fernanda Alegria, Suzanne Daveau, João Carlos Garcia et Francesc Relaño, « Portuguese Cartography in the Renaissance », in D. Woodward (ed.), The History of Cartography, Vol. 3, Chicago and London, The University of Chicago Press, 2007, p. 975-1068.

10 Voir le planisphère de Juan de la Cosa de 1500, au Musée naval de Madrid (Inv. nº 257), manuscrit sur parchemin, 960 x 1830 mm.

11 Il est connu comme Plano da Índia le projet d’expansion aux Indes orientales programmé par la couronne portugaise pour finir avec la menace économique et spirituelle, posé par le monde arabe au christianisme. Cette idée était fortement défendue par l’historien Joaquim Bensaúde dans J. Bensaúde, Origine du Plan des Indes, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1929.

12 Pour une histoire de la cartographie portugaise du xve et xvie voir M. F. Alegria, S. Daveau, J. C. Garcia et F. Relaño, História da Cartografia Portuguesa, séculos xv a xvii, Porto, Fio da palavra, 2012, p. 31-50 ; et Alfredo Pinheiro Marques, « Adenda de actualização », in Armando Cortesão et Avelino Teixeira da Mota (dir.), Portugaliae Monumenta Cartographica, Vol. VI, Lisbonne, Imprensa Nacional - Casa da Moeda, 1987, p. 37-79.

13 Fernand Braudel, El Mediterráneo y el mundo mediterráneo en la época de Felipe II, Madrid, Fondo de Cultura Económica, 1976 [1949].

14 Voir Joaquim Alves Gaspar, From the Portolan Chart of the Mediterranean to the Latitude Chart of the Atlantic: Cartometric Analysis and Modeling (thèse de doctorat inédite), Lisbonne, ISEGI - Universidade Nova de Lisboa, 2010. Du même auteur, « De la Méditerranée à l’océan : nouveaux problèmes, nouvelles solutions », in Catherine Hofmann, Hélène Richard et Emmanuelle Vagnon (dir.), L’Âge d’or des cartes marines. Quand l’Europe découvrait le monde, Paris, Seuil et Bibliothèque nationale de France, 2012, p. 126-130. Et aussi J. Alves Gaspar et A. Sánchez, “Do Mediterrâneo ao Mundo : os alvores da cartografia ibérica do Renascimento”, in H. Leitão (ed.), 360º Ciência descoberta, Lisboa, Fundação Calouste Gulbenkian, 2013, p. 63-91.

15 Comme exemples de cette adaptation graphique voir la carte portugaise anonyme de Modène, ca. 1471, Bibliothèque Estense Universitaire de Modène (C. G. A. 5c), manuscrit sur parchemin, 617 x 732 mm ; la carte de l’Atlantique orientale de Pedro Reinel, ca. 1492, Archives Départementales de la Gironde, Bordeaux (2 Fi 1582 bis), manuscrit sur parchemin, 711 x 948 mm ; et la carte de Jorge de Aguiar de 1492, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, New-Haven, Yale University Press, manuscrit sur parchemin, 1030 x 770 mm.

16 A. Pinheiro Marques, “Adenda de actualização”, p. 37 ; et W. G. L. Randles, De la tierra plana al globo terrestre : una rápida mutación epistemológica, 1480-1520, México, F.C.E., 1990 [1980]. Voir aussi Francisco Bethencourt et Kirti Chaudhuri (eds.), História da Expansão Portuguesa. Volume I, A Formação do Império (1415-1570), Lisbonne, Círculo de Leitores, 1998.

17 Gomes Eanes de Azurara, Crónica do descobrimento e conquista da Guiné, Mem Martins, Publicações Europa-América, 1989, chap. LXXVI, p. 209-210. Édition de Reis Brasil. Pour Fra Mauro voir A. Cortesão, Cartografia Portuguesa Antiga, Lisbonne, Comissão Executiva das Comemorações do Quinto Centenário da morte do Infante D. Henrique, 1960, p. 84.

18 Pour l’étude de la cartographie portulane voir Ramón J. Pujades, Les Cartes portulans : la representació medieval d’una mar solcada, Barcelone, Institut Cartogràfic de Catalunya, 2007 ; et Tony Campbell, “Portolan Charts from the Late Thirteenth Century to 1500”, in John B. Harley et D. Woodward (eds.), The History of Cartography: Cartography in Prehistoric, Ancient, and Medieval Europe and the Mediterranean, Chicago and London, The University of Chicago Press, 1987, p. 371-463.

19 Voir la carte portugaise anonyme de 1502, aussi appelé « Planisphère de Cantino », Bibliothèque Estense Universitaire de Modène (C. G. A. 2), manuscrit sur parchemin, 105 x 220 cm. J. Alves Gaspar, “Blunders, Errors and Entanglements: Scrutinizing the Cantino Planisphere with a Cartometric Eye”, Imago Mundi, 64, 2, 2012, p. 181-200. Du même auteur, “Revisitando o planisfério de Juan de la Cosa : uma abordagem cartométrica” (manuscrit). Conférence présentée dans le Workshop Internacional História da cartografia Ibérica: velhas cartas, novos caminhos, qui s’est tenue à la Bibliothèque nationale de Portugal (Lisbonne) le 29 et 30 mars 2012 (avec l’aimable autorisation de l’auteur). http://www.academia.edu/2177690/Revisitando_o_planisferio_de_Juan_de_la_Cosa_text_.

20 Voir la carte-portulan de Gabriel de Vallseca, 1439, Musée maritime de Barcelone (nº inv. 3236), manuscrit sur parchemin, 75,5 x 112 cm. R. J. Pujades, La Carta de Gabriel de Vallseca de 1439, Barcelona, Lumenartis, 2009.

21 John H. Elliott, El Viejo Mundo y el Nuevo (1492-1650), Madrid, Alianza, 2000.

22 A. Cortesão, “Descobrimentos no Atlântico e evolução da sua antiga representação cartográfica”, Coimbra, Revista da Universidade de Coimbra, Vol. XXVIII, 1980, p. 469-540. Aussi Carla Lois et João C. Garcia, “Do oceano dos clássicos aos mares dos impérios : transformações cartográficas do Atlântico sul”, Anais do Museu Paulista : História e Cultura Material, 17, 2, 2009, p. 15-37.

23 Voir A. Sánchez, “De la ‘cartografía oficial’ a la ‘cartografía jurídica’ : la querella de las Molucas reconsiderada, 1479-1529”, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2009. http://nuevomundo.revues.org/index56899.html. Et aussi Florentino Pérez-Embid, Los Descubrimientos por el Atlántico y la rivalidad hispano-portuguesa hasta el Tratado de Tordesillas, Sevilla, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, 1948.

24 Sur la carte anonyme du King-Hamy, attribuée à Amerigo Vespucci, voir Roberto Levillier, «New Light on Vespucci’s Third Voyage», Imago Mundi, 11, 1, 1954, p. 37-46.

25 Pour une étude sur la carte anonyme Oliveriana de Pesaro voir Frederick J. Pohl, «The Pesaro Map, 1505», Imago Mundi, 7, 1, 1950, p. 82-84 ; et Margaret S. Dilke et A. Brancati, «The New World in the Pesaro Map», Imago Mundi, 31, 1, 1979, p. 78-84.

26 Voir Alida C. Metcalf, «Amerigo Vespucci and the Four Finger (Kunstmann II) World Map», e-Perimetron, 7, 1, 2012, p. 36-44.

27 J. H. Elliott, El Viejo Mundo y el Nuevo, Madrid, Alianza Editorial, 1972, p. 60-61.

28 Ibid., p. 29.

29 Voir Anthony Grafton, New Worlds, Ancient Texts: the Power of Tradition and the Shock of Discovery, Cambridge (Massachussetts), The Belknap Press of Harvard University Press, 2000.

30 A. Sandman, Cosmographers vs. Pilots: Navigation, Cosmography, and the State in Early Modern Spain, op. cit., chap. 1, p. 26-91. Depuis son arrivée à Séville, Ribeiro a été impliqué dans la construction du Padrón Real et la cartographie liée au traité de Tordesillas ainsi que dans le conflit des Moluques entre Espagne et Portugal comme cosmographe de la Casa. Parmi sa production cartographique voir : le planisphère de Rome (1529), Bibliothèque du Vatican, Cité du Vatican, Rome (Borgiano III), manuscrit sur parchemin, 85 x 204.5 cm ; et le planisphère de Weimar (1529), Klassik Stiftung Weimar : Herzogin Anna Amalia Bibliothek (Kt 020-58S), manuscrit sur parchemin, 87 x 210 cm. Voir A. Sánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, ibid., p. 194-210.

31 A. Sánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., chap. 2, p. 89-119.

32 Voir François Dainville, “Maps and Litigations in the 15th Century”, Imago Mundi, 24, 1970, p. 99-121. Parmi les cartes construites dans l’intervalle entre les deux traités voir le planisphère anonyme de Munich, aussi appelé “Kunstmann IV” [Jorge Reinel], ca. 1519, le fac-similé de 1843, Bibliothèque nationale de France, GE AA 564 (RES), manuscrit illuminé sur parchemin, 65 x 124 cm ; et aussi la carte de Philippines de Nuño García de Toreno, 1522, Bibliothèque Royale de Turin (Coll. O XVI/2), manuscrit sur parchemin, 108 x 75 cm.

33 Martin Heidegger, La Época de la Imagen del Mundo, Santiago de Chile, Ediciones de la Universidad de Chile, 1958 [1938], p. 46.

34 Parmi la vaste littérature qui existe sur les problèmes cosmographiques autour du traité de Tordesillas voir Luís de Albuquerque, “O Tratado de Tordesilhas e as dificuldades técnicas da sua aplicação rigorosa”, Coimbra, Revista da Universidade de Coimbra, 23, 1973, p. 1-21 ; et A. Teixeira da Mota, “Reflexos do Tratado de Tordesilhas na cartografia náutica do século xvi”, Coimbra, Revista da Universidade de Coimbra, XXIII, 1973, p. 3-15. VV. AA. El Tratado de Tordesillas y su proyección, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1973. A. Teixeira da Mota (éd.), A viagem de Fernão de Magalhães e a questão das Molucas : actas do II Colóquio Luso-Espanhol de História Ultramarina, Lisboa, Junta de Investigações Científicas do Ultramar, 1975. R. Cerezo, « El meridiano y el antimeridiano de Tordesillas en la geografía, la náutica y la cartografía », Revista de Indias, 54, 202, 1994, p. 509-542. Jesús Varela (coord.), El Tratado de Tordesillas en la cartografía histórica, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1994. L. A. Ribot (coord.), El Tratado de Tordesillas y su época, Madrid, Junta de Castilla y León, 1995. J. Varela, El Tratado de Tordesillas en la política atlántica castellana, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1996.

35 David Turnbull, “Cartography and Science in Early Modern Europe: Mapping the Construction of Knowledge Spaces”, Imago Mundi, 48, 1996, p. 5-24, p. 7. Voir aussi Denis Cosgrove, Apollo’s Eye: A Cartographic Genealogy of the Earth in the Western Imagination, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2001, p. 90.

36 Antonio Sánchez, “An Official Image of the World for the Hispanic Monarchy: The Padrón Real of the Casa de la Contratación in Seville, 1508-1606”, Nuncius, 29, 2, 2014, p. 389-438.

37 David Turnbull, Masons, Tricksters and Cartographers: Comparative Studies in the Sociology of Scientific and Indigenous Knowledge, London and New York, 2005. Carte modèle ou système cognitif général sont également les termes dans lesquels David N. Livingstone se réfère au Padrón Real. D. Livingstone, Putting Science in its Place, Chicago, The University of Chicago Press, 2003, p. 172.

38 Parmi les études les plus récentes sur la Casa de la Contratación, entre autres, on trouve les suivantes : A. Sánchez, “La institucionalización de la cosmografía americana: la Casa de la Contratación de Sevilla, el Real y Supremo Consejo de Indias y la Academia de Matemáticas de Felipe II”, Revista de Indias, LXX, 250, 2010, p. 715-748. Maria M. Portuondo, Secret Science: Spanish Cosmography and the New World, Chicago, The University of Chicago Press, 2009. A. Barrera, Experiencing Nature: The Spanish American Empire and the Early Scientific Revolution, Austin, The University of Texas, 2006. Antonio Acosta, Adolfo González et Enriqueta Vila (coords.), La Casa de la Contratación y la navegación entre España y las Indias. XXV Congreso 500 Años de la Casa de la Contratación en Sevilla, Sevilla, Universidad de Sevilla, 2003. VV. AA, España y América. Un océano de negocios. Quinto centenario de la Casa de la Contratación 1503-2003, Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, Ediciones El Viso, 2003.

39 Ramón M. Serrera, “La Casa de la Contratación de Sevilla (1503-1717)”, in VV. AA. España y América, Madrid, Ediciones El Viso, 2003, p. 47-64, p. 58.

40 Edward L. Stevenson, “The Geographical Activities of the Casa de la Contratación”, Annals of the Association of American Geographers, 17, 2, 1927, p. 39-59 et p. 41-42.

41 Ursula Lamb, “Science by Litigation: A Cosmographic Feud”, Terrae Incognitae, 1, 1969, p. 40-57, p. 41 notamment.

42 Très probablement a existé au Portugal une carte padrão (carte modéle) similaire au Padrón Real. Cependant, les premières références qui existent sur l’existence des cartes padrões des Armazéns da Guiné e Índia à Lisbonne remontent à 1560. Voir A. Teixeira da Mota, “Os regimentos do Cosmógrafo-Mor de 1559 e 1592 e as origens do ensino náutico em Portugal”, Memórias da Academia das Ciências de Lisboa, Coimbra, Junta de Investigações do Ultramar, Tomo XIII, 1969, p. 1-69. Du même auteur, “Some Notes on the Organization of Hydrographical Services in Portugal Before the Beginning of the Nineteenth Century”, Imago Mundi, 28, 1976, p. 51-60.

43 “Y en presencia de vos el dicho Amerigo Vespucio, nuestro piloto mayor, se ordene y haga un padrón de todas las tierras e islas de las Indias que hasta hoy se han descubierto, pertenecientes a los nuestros reinos y señoríos, y sobre las razones y consulta de ellos y al acuerdo de vos el dicho nuestro piloto mayor, se haga un padrón general, el cual se llame el padrón real, por el cual todos los pilotos se hayan de regir y gobernar, y esté en poder de los dichos nuestro oficiales y de vos el dicho nuestro piloto mayor, y que ningún piloto use de otro ningún padrón sino del que fuere sacado por el”, Archivo General de Indias (en avant AGI), Indiferente, 1961, L. 1, ff. 65v-67. Traduction de l’auteur.

44 AGI, Indiferente, 1961, L. 1, ff. 65v-67.

45 Felipe Fernandez Armesto a jugé que le fait qu’aucune copie du Padrón Real n’a pas survécu montre qu’il n’existait pas. Cette position se fonde sur deux arguments. D’une part, aucun autre archive espagnol de la même période a disparu. D’autre part, l’organisation chaotique de la Casa au sujet de la pratique cartographique révèle son mystère. F. Fernández Armesto, “Maps and Exploration in the Sixteenth and Early Seventeenth Centuries”, in D. Woodward (ed.), The History of Cartography: Cartography in the European Renaissance, Vol. 3, p. 738-770 et p. 754. José María Millás Vallicrosa a soutenu que l’école de Séville, influencée par la cartographie portugaise, a été organisée à l’abri du Padrón Real, « affichant une liberté, un plan de la précision géographique et nautique, qui était à l’autre pôle de la tradition servile et conservateur de l’école de Majorque », traduction de l’auteur. J. M. Millás, Nuevos estudios sobre historia de la ciencia española, Barcelona, CSIC, 1960, p. 333 et suivantes.

46 Voir Ramón Ezquerra, “Las Juntas de Toro y Burgos”, in VV. AA., El Tratado de Tordesillas, p. 149-170 ; et U. Lamb, “The Spanish Cosmographic Juntas of the Sixteenth Century”, Terrae Incognitae, 6, 1974, p. 51-62.

47 Aucun de ces modèles n’est connu aujourd’hui.

48 AGI, Indiferente, 1961, L. 1, ff. 65v-67. Ce document a été reproduit dans José Toribio, Juan Díaz de Solís. Estudio Histórico, Santiago de Chile, Impreso en casa del autor, 1897, vol. II p. 7-13 et 41-47. Voir aussi J. Pulido, El Piloto Mayor de la Casa de la Contratación de Sevilla : pilotos mayores, catedráticos de cosmografía y cosmógrafos, Sevilla, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, 1950.

p. 219-222.

49 Roger Chartier, “Prólogo”, in Fernando Bouza, Imagen y propaganda: capítulos de historia cultural del reinado de Felipe II, Madrid, Akal, 1998, p. 5-10. Voir aussi Louis Marin, Le Portrait du roi, Paris, Les Éditions de Minuit, 1981.

50 Pour une explication de la distinction de Ptolémée entre représentation cosmographique ou universelle et représentation chorographique ou régionale voir Denis Cosgrove, Geography and Vision: Seeing Imagining and Representing the World, New York, I. B. Tauris, 2008.

51 Récemment, Mauricio Nieto a déclaré que le Padrón Real était la combinaison de deux efforts difficiles à concilier : celui de disposer d’un modèle unique et celui d’intégrer de nouvelles observations. M. Nieto, Las Máquinas del imperio y el reino de Dios: reflexiones sobre ciencia, tecnología y religion en el mundo atlántico del siglo xvi, Bogotá, Universidad de los Andes, 2013, p. 188. Voir aussi Arndt Brendecke, Imperio e información. Funciones del saber en el dominio colonial español, Madrid, Iberoamericana Vervuvert, 2016 [première édition, 2009], p. 173-183.

52 Paul Zumthor, La Mesure du monde, Paris, Seuil, 1993. Nous avons utilisé ici la version espagnole, La Medida del mundo, Madrid, Cátedra, 1994, p. 305.

53 Bruno Latour, Science in Action, Cambridge (Massachussetts.), Harvard University Press, 1987, p. 215 et suivantes.

54 Dans un arrêté royal du 12 Juillet 1512 a été donnée au pilote Juan Vespucci – neveu d’Amerigo – et à aucune autre personne, excepté le pilote Andres San Martin, une licence pour faire traslados (copies) du Padrón Real. AGI, Indiferente, 418, L. 3, ff. 324v-325v. « Souvent dans les villes maritimes les plus importantes vivent des hommes qui ont copié des cartes de navigation, qui sont connus en tant que maîtres de cartes marines. Ces hommes sont considérés par le peuple comme des hommes très savants en hydrographie, parce que savoir faire une carte de navigation parfaite est une chose admirable ». Traduction de l’auteur. “Suelen comúnmente en las ciudades marítimas que son de grande trato, vivir algunos hombres, de trasladar cartas de marear, los cuales por el vulgo de los marineros suelen llamarse maestros de cartas de marear, y ser tenidos por muy doctos en la Hidrografía, pareciéndoles ser cosa admirable, saber hacer una carta de marear en tanta perfección como ella está”. Pedro de Syria, Arte de la verdadera navegación, Valencia, 1602, p. 68-69.

55 Francisco de Lyra, Ordenanzas Reales para la Casa de la Contratación de Sevilla y para otras cosas de Indias, y de la navegación y contratación de ellas, Sevilla, 1647, f. 46r.

56 Pour la réforme de 1518 voir R. Cerezo, La Cartografía náutica española, p. 156 et suivantes. Voir aussi A. Sánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., p. 169-170. Carte anonyme des Antilles et Amérique du Sud, ca. 1518, Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel, Allemagne (Aug. 103), manuscrit illuminé sur parchemin, 68 x 89,5 cm. Pour la réforme de 1526 voir AGI, Indiferente, 421, L. 11, ff. 234r-234v. L. A. VigneraS, ‹‹The Cartographer Diogo Ribeiro››, Imago Mundi, 16, 1962, p. 76-83 et p. 79-80. R. Cerezo, La cartografía náutica española, p. 190 ; et A. Sánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., p. 188-194. Planisphère de Juan Vespucci de 1526, Hispanic Society of America de New York (MS. K. 42), manuscrit sur parchemin, 85 x 262 cm.

57 Pour les preuves de la visite de Suárez de Carbajal à la Casa de la Contratación voir AGI, Justicia, 943. A. Sánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., p. 210-213.

58 L’étude la plus complète sur ce sujet a été faite par Alison D. Sandman, A. Sandman, Cosmographers vs. Pilots, op. cit., p. 160-211. Voir aussi A. Sánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., p. 229-261. Julio F. Guillen, “Las cartas de dos graduaciones en España”, in Actas del Congreso Internacional de História dos Descobrimentos, vol. II, Lisboa, Comissão Executiva das Comemorações do V Centenário da Morte do Infante D. Henrique, 1961, p. 163-169. R. Cerezo, La Cartografía náutica española, p. 205 et suivantes ; et P. E. Pérez-Mallaína, “El arte de navegar : ciencia versus experiencia en la navegación transatlántica”, in VV. AA., España y América. Un océano de negocios, p. 103-118. La plupart des sources sur cette controverse se trouvent dans l’Archivo General de Indias de Séville, et la plupart d’entre elles en AGI, Justicia, 1146, N.3, R.2. Certains de ces documents ont été publiés par José Pulido dans son déjà cité El Piloto Mayor de la Casa. Comme preuve cartographique des cartes nautiques avec multiples graduations faites par Gutiérrez et approuvés par Sébastien Cabot voir la carte de l’Atlantique de Gutiérrez de 1550, Bibliothèque nationale de France, Paris (GE SH ARCH 2), manuscrit sur parchemin, 131,8 x 85,5 cm.

59 AGI, Indiferente, 1964, L. 11, ff. 113-114. AGI, Justicia, 945. AGI, Justicia, 836, N.4. AGI, Justicia, 836, N.6. AGI, Indiferente, 1964, L. 11, ff. 286r-288r. Voir A. Sánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., p. 264-277. A. Sandman, “Spanish Nautical Cartography”, p. 1121-1122 ; et A. Sandman, Cosmographers Vs. Pilots: Navigation, Cosmography, and the State in Early Modern Spain, University of Wisconsin-Madison, 2001, p. 218-243, Planisphère de Sancho Gutiérrez, 1551, Bibliothèque Nationale d’Autriche, Vienne (K I 99.416, 4 fol.), manuscrit sur parchemin en quatre feuilles séparées, 108 x 336 cm.

60 Pour une étude documentée sur la réforme du Padrón Real menée par Pedro Ambrosio de Ondériz et Andrés García de Céspedes voir M. I. Vicente et M. Esteban, Aspectos de la ciencia aplicada, Madrid, Junta de Castilla y Leon, 1991, p. 407-431 et 444-461. Voir aussi A. Sánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., p. 293-301.

61 Voir la discussion qui a eu lieu à la Casa entre les cosmographes Rodrigo Zamorano et Domingo de Villarroel. A. Sánchez, “Ciencia litigante : retórica, autoridad y razón en los pleitos cosmográficos de la Casa de la Contratación de Sevilla”, Archivo Hispalense, 282-284, volume XCIII, 2010, p. 607-632. Voir aussi A. Sánchez, La Espada, la cruz y el Padrón, op. cit., p. 288-293. Zamorano se plaint à la Couronne que Villarroel était allé en France avec des documents cosmographiques secrets.

62 Voir F. de Lyra, Ordenanzas Reales. Pour les ordonnances de 1573 sur la construction du livre-padrón voir Francisco de Solano (ed.), Cuestionarios para la formación de las Relaciones Geográficas de Indias : siglos xvi-xix, Madrid, CSIC, 1988, p. 36.

63 Voir Steven J. Harris, “Confession-Building, Long-Distance Networks, and the Organization of Jesuit Science”, Early Science and Medicine, 1, 3, 1986, p. 287-318 ; et du même auteur, “Long-Distance Corporations, Big Sciences, and the Geography of Knowledge”, Configurations, 6, 2, 1998, p. 269-304.

64 Pedro Nunes, Obras, Vol. I, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, 2002, p. 120.

65 A. Teixeira da Mota, “Reflexos do Tratado de Tordesilhas na cartografia náutica do século xvi”, art. cit., p. 9,

66 Phillip C. Muehrcke, Map Use: Reading, Analysis and Interpretation, Madison, JP Publications, 1978, p. 103, p. 295. Cité dans John B. Harley, La nueva naturaleza de los mapas : ensayos sobre la historia de la cartografía, México, FCE, 2005 (traduction de la version anglaise, 2002).

67 Christopher Marlowe, Tamburlaine the Great, London, Forgotten Books, 2008 [1590], part II, acte 5, scène 3, p. 212.

68 Jorge Luis Borges, “Del Rigor en la Ciencia”, in El Hacedor, Obras Completas, Emecé Editores, Buenos Aires, 1974.

69 Esteban de Aguilar y Zúñiga, Estatua y árbol con voz política, Madrid, Iulian de Paredes, 1661, p. 257.

70 Sur l’idée du Non Sufficit Orbis de Philipe II voir Fernando Broncano, Saber en condiciones. Epistemología para escépticos y materialistas, Madrid, Antonio Machado, 2003, p. 81. Voir aussi Geoffrey Parker, El éxito nunca es definitivo. Imperialismo, guerra y fe en la Europa Moderna, Madrid, Taurus, 2001, p. 31.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Exemple de Padrón Real. Planisphère de Rome de Diogo Ribeiro (1529). Bibliothèque du Vatican, Cité du Vatican, Rome (Borgiano III). Manuscrit sur parchemin, 85 x 204.5 cm.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/7879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Sánchez, « D'une carte inexistante à un empire colonial. La cosmographie de la Renaissance sous la Monarchie espagnole à partir du Padrón Real », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/7879 ; DOI : 10.4000/acrh.7879

Haut de page

Auteur

Antonio Sánchez

Professor Auxiliar
Centro Interuniversitário de História das Ciências e da Tecnologia [ciuhct.org]
Departamento de História e Filosofia das Ciências
Faculdade de Ciências da Universidade de Lisboa
Campo Grande 1749-016 Lisboa Portugal.
T (+351) 217 500 000 • Ext. 24311.
Antonio Sánchez est professeur d’histoire en science, philosophie des sciences et épistémologie au Département d’Histoire et de Philosophie des Sciences, Faculté des Sciences, Université de Lisbonne (Portugal). Parmi ses publication les plus récentes, on peut citer le livre La espada, la cruz y el Padrón: soberanía, fe y representación cartográfica en el mundo ibérico bajo la Monarquía Hispánica, 1503-1598, Madrid, 2013 et plusieurs articles publiés dans des revues spécialisées telles que Imago Mundi, Nuncius, Early Science and Medicine, Journal of the History of Ideas et History of Science, entre autres.
E-Mail : antosanmar [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org